• La Chine 1917-1919

    photographe Sidney David Gamble

     

     

     

     

    Afficher l'image d'origine

     

    La Chine 1917-1919 par le photographe Sidney David Gamble Sidney D. Gamble (1890-1968), un photographe amateur passionné, a commencé à prendre des photos en Chine lors de son premier voyage dans le pays avec sa famille en 1908.

     

     

     

    Il retourne plusieurs fois entre 1917 et 1932 et a continué à photographier

    la vie quotidienne des citoyens chinois

     Afficher l'image d'origine

     

    Un sociologue et spécialiste de la Chine célèbre, il a voyagé dans tout le pays pour recueillir des données pour les enquêtes socio-économiques et de photographier la vie urbaine et rurale, des événements publics, l'architecture, la statuaire religieuse, et la campagne.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=RFtpjR6uYnI

     

    Gamble utilisé quelques-unes des photographies de sa vaste collection dans ses publications savantes et à des conférences de diapositives, mais la majorité des images ont été jamais publié ou exposé au cours de sa vie.

     

     

     

    GAMBLE et un AMI -
    Enjoying Life 1917 CHINA
    — 杨和甘博

    GAMBLE et un AMI -
    Profiter de la vie 1917 Chine
    - Yang et gump
     

     

    La collection Photographies de numérique Sidney D. Gamble marque la première présentation publique complète de ce grand corps de travail qui comprend des photographies de Corée, Japon, Hawaii, San Francisco, et la Russie.

     

     

     

     

     (中国 ) Sidney DAVID GAMBLE (中国 )

    Crowd – watching picture being taken. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

    Mr. Chia. China, Tianjin, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

     Honey Wagon. China, Beijing, 1917-1919. 

    (Photo by Sidney David Gamble)

     



    Mr. Chia. China, Tianjin, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     Machine Shop. China, Beijing, 1917-1919.
    (Photo by Sidney David Gamble)



    Child Collecting Fuel & Scared. China, Tianjin, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



     
    Sui An Po children, one picking nose.
    China, Beijing, 1917-1919.
    (Photo by Sidney David Gamble)
     

    “Sidney D. Gamble (July 12, 1890 – 1968) was born in Cincinnati, Ohio, to David Berry and Mary Huggins Gamble; grandson of James Gamble, who, with William Procter, founded Procter & Gamble in 1837. in 1912 he graduated magna cum laude from Princeton University with a Bachelor of Literature degree and was elected to Phi Beta Kappa.

     

     

    He visited China for four extended periods, 1908, 1917–1919, 1924–27, and 1931–1932, doing Christian social work for the Y.M.C.A and conducting social surveys. He is now best known for his remarkable and extensive photographs of Peking and North China.

     

    Opium burning, Group Behind Tables.
    China, Beijing, 1917-1919.
    (Photo by Sidney David Gamble)

    Combustion de l'opium, groupe derrière les tables.
    Chine, Beijing, 1917-1919.
    (photo de Sidney David Gamble)

     

     

     

    At his death he left his widow, the former Elizabeth Lowe, four children, Catherine, Louise, David, and Anne, and ten grandchildren. His daughter, Catherine G. Curran, in 1986 established the Sidney D. Gamble Foundation, and the Sidney D. Gamble Lectures are given annually in Pasadena, California.

     

    Buddhist Orphanage Reform School, Lithographing.
    China, Beijing, 1917-1919.
    (Photo by Sidney David Gamble)

    L'école bouddhiste de réforme de l'orphelinat, lithographie.
    Chine, Beijing, 1917-1919.
    (photo de Sidney David Gamble)

     

    Gamble first toured in 1908 accompanying his parents, then after graduating from Princeton in 1912, studied labor and industrial economics at University of California, Berkeley, spending six months on a fellowship working at a reform school for delinquent boys. At this time, he built the house which became known as the Sidney D. Gamble House.

     

     

    In 1917, he joined the work of Princeton-in-Peking and the Peking YMCA where his Princeton friend John Stewart Burgess invited him to do the surveys which resulted in Peking: A Social Survey, which included more than fifty photographs. In 1919 Gamble was on hand to capture dramatic photographs of the May Fourth demonstrations. The motto of the May Fourth Movement, “To save China through science and democracy”, and the missionary ideal of “Saving China through Christianity” for a time seemed to be united.

     

     

    When he returned with his bride, Elizabeth Lowe, to China in 1924, he used his family resources to hire a team of Chinese researchers to survey 283 families. The book was published in 1933 as How Chinese Families Live in Peiping (as Peking was then called). In 1926, Gamble traveled for three weeks in the Soviet Union with Sherwood Eddy, a longtime mentor.

     

     

    Mule Litter. China, Beijing, 1917-1919.
    (Photo by Sidney David Gamble)

    La litière des mules. Chine, Beijing, 1917-1919.
    (photo de Sidney David Gamble)

     

     

     

    November 29 student demonstration,
    Tiananmen Square.
    China, Beijing, 1917-1919.
    (Photo by Sidney David Gamble)

    29 novembre manifestation étudiante,
    Carré de tiananmen.
    Chine, Beijing, 1917-1919.
    (photo de Sidney David Gamble)

     

    As China became more and more inflamed by patriotic agitation and warlord fighting, he found hope in the Ting Hsien Experiment in Rural Reconstruction conducted by James Yen’s Mass Education Movement.

     

    Sidney D. Gamble (1890-1968), an avid amateur photographer, began taking pictures in China during his first trip to the country with his family in 1908. He returnedthree more times between 1917 and 1932 and continued photographing the daily life of Chinese citizens.

     

     

     



    A sociologist and renowned China scholar, he traveled throughout the country to collect data for social-economic surveys and to photograph urban and rural life, public events, architecture, religious statuary, and the countryside.

    In 1931–32 Gamble traveled to China for the fourth and final time to organize the surveys which he used for three more detailed volumes, Ting Hsien: A North China Rural Community (1954) and North China Villages (1963).

     

     

    Chinese Village Plays, published in 1970, after his death, give translations based on unique transcriptions of now lost village yang ko plays, which differ from the later dances.

     

     

    Wedding Carriages.
    China, Beijing, 1917-1919.
    (Photo by Sidney David Gamble)

    Les voitures de mariage.
    Chine, Beijing, 1917-1919.
    (photo de Sidney David Gamble)

     

    Jonathan Spence concludes of Gamble that his “findings were open-minded, clear headed, methodologically intelligent (though not always beyond criticism by scholars of different views), startlingly imaginative, and – when presented in photographic form – vigorous, ebullient, unsentimental, and starkly, yet never cruelly, illustrative of the deep and real suffering that lay at the heart of China's long revolution”.” – Wikipedia. (Photos by Sidney David Gamble via

    Duke University Libraries). P.S. All photos are available in high resolution.









    Mr. Chia. China, Tianjin, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

    Mr. Chia. China, Tianjin, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



    Child Collecting Fuel & Scared. China, Tianjin, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

    Child Collecting Fuel & Scared. China, Tianjin, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



    Man Riding Barrow. China, Guan Xian (Sichuan Sheng), 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

    Man Riding Barrow. China, Guan Xian (Sichuan Sheng), 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



    Selling Old Iron. China, Chengdu, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

    Selling Old Iron. China, Chengdu, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



    Lumber Carrier. China, Guan Xian (Sichuan Sheng), 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

    Lumber Carrier. China, Guan Xian (Sichuan Sheng), 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



    Funeral Feast. China, An Xian, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

    Funeral Feast. China, An Xian, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



    Carrying Tea. China, Qushan, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

    Carrying Tea. China, Qushan, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



    Hillcoat Riding Fu Tu. China, An Xian, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

    Hillcoat Riding Fu Tu. China, An Xian, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



    Sidney Gamble Chair & Corona. China, Chengdu, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

    Sidney Gamble Chair & Corona. China, Chengdu, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



    Talley Keeper. China, Shanghai, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

    Talley Keeper. China, Shanghai, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



    Old Gun. China, Mao Zhou, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

    Old Gun. China, Mao Zhou, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



    Mr. & Mrs. Kao (Gao) in Tibetan. China, Zagunao, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

    Mr. & Mrs. Kao (Gao) in Tibetan. China, Zagunao, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



    Fur collar. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

    Fur collar. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



    Brush Carrier (Bad). China, An Xian, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

    Brush Carrier (Bad). China, An Xian, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



    Beggar Boy. China, Tai Mountains, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

    Beggar Boy. China, Tai Mountains, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



    Boy Scouts House. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

    Boy Scouts House. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



    Harrowing. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

    Harrowing. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

     http://avax.news/educative/China_1917-1919_by_Sidney_David_Gamble.html#

     

     

     

     


  • L'eunuque du Printemps Éternel

    L'impératrice Ts'eu-hi et ses eunuques. Albert Maybon (1878-19xx) : La vie secrète de la cour de Chine. — Librairie Félix Juven, Paris, 1910.L'impératrice Ts'eu-hi sur sa chaise particulière portée par des eunuques.
    (Au premier plan, on voit à droite le Grand eunuque Li Lien-yin, à gauche le doyen de la corporation). Photo Firmin Laribe.
     

     

    Afficher l'image d'origine 

     

    Les derniers bruits du grand bouleversement de 1860 s'éteignaient.

     

    L'on finissait d'embarquer les troupes de l'armée d'occupation.

     

     

    Afficher l'image d'origine

     

     

    Et, par l'intermédiaire du Tsong-li ya-men, les relations des puissances étrangères avec le pouvoir impérial tendaient chaque jour à se régulariser.

    C'était une perspective d'années tranquilles...

    Il y eut des jeux plus riants, plus gracieux que ceux de la politique ; il y eut d'aimables intrigues.

     

    À l'ordre du jour les affaires galantes avaient pris la place des affaires du gouvernement. Et les eunuques faisaient la loi ; partout c'étaient des clabauderies, leurs pitreries, leur turbulence insane.

     

     

     

    Volontiers Ts'eu-hi, en une étrange intimité, les retenait auprès d'elle, désireuse de connaître leur passé, leurs goûts, leurs habitudes.

     

    Un de ces castrats surtout l'intéressait ;

     

    son nom : Siao Tö-hai.

     

    Jeune dodu, rose, mais pas beau : sur sa face ronde, plate, qu'avait criblée la petite vérole, des yeux saillaient, avec des lueurs de charbons ardents, et comme expulsés de leur orbite ; regard fuyant — jovial, cruel.

     

    D'un épais retroussis des lèvres une voix grêle sortait, d'abord avec mollesse, puis en s'animant elle semblait trébucher à des hoquets ; les gestes finissaient la phrase, ce qui amusait follement Ts'eu-hi.

     

    « Siao est décidément le plus drôle », répétait-elle.

     

    Et Siao, pour complaire à sa souveraine, devait raconter la grande aventure de sa vie.

    Il n'avait jamais bien su en quel lieu il était né. Ce qu'il savait bien, c'est qu'il avait vécu son enfance dans la société des pourceaux. Un jour son père lui dit qu'il était assez savant ; et tous deux s'embarquèrent sur une jonque chargée de thé en vrac. On voyagea plusieurs jours. Enfin Siao apprit qu'il était à T'ien-tsin.

     

    Il n'avait jamais vu pareille foule, et, difficilement, il suivait son père dans les rues.

     

    Afficher l'image d'origine 

     

     

    À un carrefour, il le perdit de vue, et ses efforts pour le retrouver furent vains.

     

    Ah ! quels sanglots... Mais son désespoir faisait rire.

     

    Où aller ? À qui se confier ? Un homme d'une haute stature vint à passer ; résolument, Siao lui emboîta le pas, puis courut à ses côtés. Et il était déjà consolé, bien que le géant ne lui eût pas adressé un mot : à l'abri de cette puissante musculature l'inconnu de la vie ne le tourmentait plus.

     

     

    Cependant quand l'autre entra dans une auberge, l'enfant n'osa en franchir le seuil.

     

     

    On lui fit signe d'avancer, et les buveurs réunis là, parmi les détritus, l'accueillirent comme s'il tombait du ciel.

     

    Ils riaient de toutes leurs dents ; des gestes, des mots parurent à Siao gros de mystère, mais il s'endormit, mort de fatigue, sur sa tasse de thé.

    Tout à coup, des cris le réveillent.

     

     

    Dans le petit jour livide que filtraient les stores, il distingue son père et le colosse qui l'avait charmé, prêts à en venir aux mains.



    — Voleur, clamait le premier, voleur d'enfants !

    Mais soudain, la discussion cesse ; on entend un bruit de piécettes, quelques phrases d'accommodement, et Siao aperçoit son père qui, vite, gagne la porte.

     

     

    Il était vendu. Il en était bien aise ;

     

    son acquéreur lui inspirait une telle confiance !

    Les premiers temps furent heureux, sans déceptions.

     

    On prenait un soin infini de sa santé ; on le gavait ; et il était condamné à dormir comme d'autres à travailler.

     

    À ce régime, il devint un jeune garçon gras, mafflu, stupide.

     

     

    Il avait douze ans.

     

    Maintes fois des personnages vêtus de robes sombres, avec des bottes de satin, vinrent l'examiner.

     

    Ils ressemblaient à de vieilles femmes ; et ils avaient une voix de crécelle.

    — Vieux coqs, disait l'aubergiste, est-ce que ça vous convient ? Il me semble que je vous ai préparé un beau morceau !

    Ils le trouvaient rondelet. Bavard ?

    Pas assez, peut-être.

     

    Le Palais aime le caquet, disaient-ils.

     

    Mais ils en avaient vu beaucoup de cette espèce : maussade avant, assourdissant après.

     

    Comme les autres, celui-ci sera un malin quand proprement ses « précieuses » auront été enlevées...

    Un jour enfin ces mêmes hommes vinrent chercher Siao, contre le prix convenu.

     

    À quelque temps de là, il n'était plus le même.

    — Ils m'avaient allégé, ah ! oui... s'écriait l'eunuque en terminant son histoire.

    Et là, il hoquetait coup sur coup, tandis que ses mains imitaient le geste de l'opérateur.

     

     

    Afficher l'image d'origine 

     

    L'impératrice se pâmait.

    — Tout, tout, ajoutait Siao, sur un ton comiquement sérieux.

    Il se rendit bientôt compte, le malin, que plus il outrait son tabarinage, ses bouffonneries, plus son crédit grandissait. Il eut des inventions burlesques.

     

    Et Ts'eu-hi avoua ne plus pouvoir se passer du jeu de l'eunuque-histrion.

     

    Sans lui, les heures étaient terriblement mornes ; et plusieurs fois le jour, la nuit même, on l'allait chercher dans son bouge de l'Intendance.

     

    Un tel succès l'enhardit.

     

    Il ne se contenta plus de faire rire à ses dépens, il parodia les personnages de la cour, la mélancolique impératrice Ts'eu-ngan, le soigneux et douceâtre prince Kong, le turbulent et dévergondé prince K'ing, et tous les hypocrites, tous les corrompus, tous les galantins.

     

    L'impératrice, ravie, applaudissait ; l'autre se rengorgeait en hoquetant de satisfaction. Puis il fallut des divertissements nouveaux.

     

    Siao osa dénigrer la vie étroite, fermée, le convenu, le protocole de la Cité Rouge, et il dit merveille des villes ouvertes aux Européens, de T'ien-tsin, de Chang-hai. Ah ! s'il en avait l'autorisation, que de choses insoupçonnées il rapporterait à sa souveraine... La proposition était trop tentante ; Ts'eu-hi, par décret impérial, lui permit de quitter Pékin. Peu de jours après, il arrivait triomphant au palais ; et, devant la curiosité impatiente de son impériale protectrice, il étalait une collection de photographies.

     

     

    C'étaient des ballerines et des acrobates anglais ; Ts'eu-hi gloussa de plaisir en contemplant les poses extravagantes de ces Européens en maillot.

     

    Elle fut heureuse toute une semaine. Et Siao, manière de génie, devint candidat à la fonction suprême : chef des eunuques du Printemps Éternel.

     

    Dès lors sa langue se délia davantage, son port se fit hautain ; il disposait de l'avenir des courtisans ; faveurs et disgrâces dépendaient d'un mot de sa bouche.

     

    Il sut user largement de cette influence ; des étoiles s'éclipsèrent, d'autres parurent.

     

    Il palpa d'énormes pots-de-vin.

     

     

     

    Afficher l'image d'origine
    Cependant contre cette nouvelle puissance on murmura au palais de l'Est, chez l'impératrice Ts'eu-ngan, refuge des désenchantés, de l'austérité politique.

     

    Déjà des hommes d'État avaient mis toute leur indignation à censurer auprès de la veuve de Hien-fong, toujours morose, les jeux frivoles de Ts'eu-hi ; quand ils virent le personnel gouvernemental à la merci d'un eunuque, il se concertèrent pour attirer le prince Kong dans leur cercle, pour le décider à proclamer qu'il n'était plus solidaire de l'Ouest ; celui-ci, sans doute, répondit à ces sollicitations, le Printemps Éternel ne lui étant plus favorable, ni même accessible ; mais il eut soin de ne pas prendre parti.

     



    Siao eut vent de ces menées : à sa dévotion, il avait quelques censeurs ; l'attitude équivoque de Kong fut dénoncée ; tandis que, pour assurer sa position, le favori jugeait nécessaire d'organiser une nouvelle expédition. Ts'eu-hi y consentit avec empressement ; cette fois quantité de curiosités baroques lui étaient promises.

     

     

    Son attente ne fut pas déçue.

     

    Après trois mois d'absence, le palanquin de l'eunuque, couvert de l'insigne, de l'impériale couleur jaune, pénétra dans la Cité Rouge, suivi de chars où s'entassaient des caisses de toutes dimensions.

     

    Le déballage dura ; mille exclamations de surprises saluaient chaque objet, et, autour de l'impératrice, les femmes du gynécée, les servantes, les dames du palais, les eunuques, pour toucher, pour voir de près ces choses d'Europe, se pressaient, se bousculaient.

     

     

    Il y avait là des crinolines, des châles, des hauts de forme, des bottes russes, des fers à friser, des verroteries, des fausses nattes, des corsets, des images licencieuses...

    Au retour d'une campagne heureuse, un général n'eut pas été plus acclamé que l'eunuque Siao, — et, au milieu de ses emplettes, pareilles à un butin, il triomphait.

    *

    [Les difficiles premières années de pouvoir de l'empereur Kouang-siu]

    Kouang-siu (1871-1908). - Albert Maybon (1878-19xx) : La vie secrète de la cour de Chine. — Librairie Félix Juven, Paris, 1910.L'empereur Kouang-siu.

     

     

    Des décrets avaient annoncé, en juillet 1886, la prochaine remise du pouvoir à l'empereur Kouang-siu. Mais, quand les astrologues fixèrent le jour de la majorité au 7 février 1887, Ts'eu-hi fit connaître que la cour la suppliait de ne point résigner son autorité de régente ; la vérité était autre : contre son éternelle dictature, les grands cabaleurs d'autrefois parlaient d'agencer une coalition. Eux qui avaient dédaigné de grouper leur force autour du trône de T'ong-tche, maintenant acclamaient les seize ans de l'empereur Kouang-siu ; ils étaient las du gouvernement des femmes et des eunuques, et ils n'avaient d'yeux que pour le Fils du Ciel, libre, omnipotent.

     

    En face de cette hostilité, Ts'eu-hi se buta. Aussi quand le ministre de France, M. Lemaire, eut exprimé le désir de remettre ses lettres de créance à l'empereur lui-même, le Tsong-li ya-men lui fit cette réponse :

    « Bien que nous soyons actuellement en temps de règne effectif de l'empereur, l'impératrice continue à donner ses instructions pour le gouvernement.

    Elle les donnait avec un tel accent impérieux que les mécontents, pris d'effroi, s'étaient terrés. La Cité Rouge paraissait soumise. Alors Ts'eu-hi songea à marier Kouang-siu.

    « Depuis que l'empereur est parvenu à la dignité suprême, sa maturité d'esprit a augmenté de jour en jour.

     

    Il convient de choisir une personne sage qui soit sa compagne et l'aide à diriger le Palais, qui pratique ses devoirs d'épouse et qui soutienne la Vertu impériale.

     

    Nous désignons donc la fille du vice-lieutenant Kouei-Siang, de la maison de Ye-ho-na-la.

    Le même décret faisait entrer deux princesses-épouses dans le gynécée ; l'une âgée de quinze ans recevait le non d'Éclat de gemmes, l'autre, n'ayant que treize ans, était appelée Précieuse.

     


    Afficher l'image d'origine

     

     

    Le mariage eut lieu le 26 février 1889.

    La nouvelle impératrice était fille du frère de Ts'eu-hi. On a dit qu'elle ne séduisit pas son époux, mieux encore, qu'elle fit tout pour se l'aliéner.

     

     

    Elle était dévouée à sa tante, qui l'avait stylée de telle façon que l'amour ne pût s'éveiller dans le cœur de Kouang-siu.

     

     

    À la faveur de cette inimitié, Ts'eu-hi pensait perpétuer sa domination. Et, rassurée, le 4 mars 1889, elle transmit les pouvoirs souverains à l'empereur.

    La politique était épineuse.

     

     

    Depuis trois ans des sociétés industrielles, soutenues par des coalitions de financiers, faisaient le siège de Pékin pour obtenir les travaux prévus par le gouvernement.

     

    On les accueillait sans déplaisir, car depuis les palabres de Li Hong-tchang, il était de bon ton à la cour de vanter les chemins de fer, les téléphones, les ports militaires et autres merveilles.

     

     

    Si le vice-roi du Tche-li était l'inspirateur de ce phénoménal snobisme de la Cité Rouge, la publicité bruyante qu'il fit et qu'il fit faire autour de ces projets avait en grande partie déterminé cette immigration de constructeurs de toutes nationalités.

     

    Mais Li Hong-tchang ne se doutait pas que la diplomatie étrangère, stimulée par ce mouvement d'affaires, s'apprêtait à formuler la théorie du « dépècement de l'empire chinois ».

     

    Le prince K'ing, non plus, ne flairait pas le piège.

     

    Il bornait son horizon aux négociations quotidiennes, et il avait soin, pour satisfaire la curiosité du Palais, d'emplir sa mémoire de toute la pesante matière des rapports et propositions dont on l'accablait.

    Ts'eu-hi cependant n'arrivait pas à se faire une opinion.

     

    Elle prit alors le parti de demander aux vice-rois, gouverneurs et généraux leur avis sur la construction des chemins de fer.

     

     

    Les réponses lui parvinrent après qu'elle eut investi l'empereur de la souveraineté absolue.

     

    L'ancienne régente ne put garder le silence ; elle annonça qu'après examen, elle était acquise aux projets du vice-roi Tchang Tche-tong, et, le 27 août 1889, Kouang-siu recevait un long écrit de Ts'eu-hi portant en tête :

     

    « Moi l'empereur j'ai reçu de l'impératrice le décret suivant. »

     

     

    C'était lui signifier qu'il devait y apposer sa signature de vermillon.

     

    Il le fit sans murmurer.

     

    Et Li Hong-tchang avec Tchang Tche-tong furent ainsi chargés de commencer la ligne des provinces des Hou par les deux extrémités ; le reste, disait le décret, se fera progressivement.

    Ts'eu-hi régnait donc toujours. Sans doute s'efforçait-elle de se détacher du trône, mais une force supérieure à sa volonté l'y ramenait ; autour de l'empereur elle voyait des visages qu'elle n'aimait pas, des partisans de Kong...

    Un événement abattit son opiniâtreté : la mort de son beau-frère,

    le prince Tch'ouen, le 1er janvier 1891.

     

     

    Elle se retira dès lors sous sa tente confiant ses intérêts au prince K'ing. Elle renonçait à gouverner, mais non à agir sur les hommes publics et, en premier lieu, sur l'empereur.

     

     

    Pour cette direction cachée, elle avait des moyens à elle et des agents habiles.

    La résidence des Jardins de l'Ouest ne cessait d'être au fait de ce que voyaient et entendaient salles du trône et appartements impériaux.

     

     

    Le va-et-vient du petit chemin de fer reliant la Cité Rouge à la région des lacs n'était que le va-et-vient de l'espionnage.

     

     

    Au glapissement de la locomotive, Ts'eu-hi sursautait, et, de son allure la plus calme, elle égarait ses pas dans les allées du parc.

     

    Un soir l'eunuque qu'elle attendait fut devant elle...

     

    Ah ! masqué par un paravent, que venait-il d'entendre !

     

     

    L'empereur s'était entretenu plusieurs heures avec les vice-présidents du ministère de la Guerre et du ministère des Travaux. Mais comment sa bouche pourrait-elle rapporter les propos insensés de ces deux grands mandarins amis de Kong ?...

     

     

    On outrage la Mère de l'État, devant l'empereur ; on le pousse à ne plus respecter Celle à qui il doit le trône, voilà !

     

    On a dit qu'elle n'était plus qu'une vulgaire concubine d'empereur, que si sous T'ong-tche, qu'elle avait enfanté, on ne pouvait l'empêcher de parler au trône, aujourd'hui, les relations de mère à fils n'existant plus, on était en droit d'interdire à elle et à ses gens l'accès du Palais...

    Ts'eu-hi n'en entendit pas davantage. Dans son pavillon intime elle réunit ses affidés. Peu après, comme un commandement impérieux, le sifflet du train troubla le sommeil des choses.

    Les ordres de la douairière s'accomplirent.

     

    À l'instant où le Fils du Ciel allait rejoindre la compagne de sa nuit, il vit au seuil de la chambre des officiers prosternés ; ils lui présentaient un papier couvert de caractères ; ils lui demandaient d'y apposer son paraphe de vermillon.

     

     

    Ces visages, cette graphie... Kouang-siu, tout tremblant, signa et s'enfuit.

    Kong et ses partisans connurent le lendemain le nouveau décret :

    « J'ai reçu pendant vingt ans les bienfaits de l'impératrice ; je n'oserais l'oublier. Or le vice-président du ministère de la Guerre et le vice-président du ministère des Travaux l'ont calomniée ; il faut les priver de leur charge et ne plus jamais leur donner d'emploi. Respect à ceci.

    Peu après, un censeur représenta à Kouang-siu qu'un Fils du Ciel ne doit pas négliger d'entendre chaque jour la lecture des livres classiques et que, pour cet office, il était urgent de désigner des lettrés.

     

     

    L'empereur allait se rendre à cet avis, mais les conseillers qui avaient pris la place de Ts'eu-hi l'inspirèrent différemment.

    « Depuis que je gouverne par moi-même, répondit-il au censeur, j'emploie le peu de temps qui me reste à étudier les Classiques et l'Histoire. Je ne me permettrai pas de rester oisif un instant.

    Il n'est pas utile que des lettrés viennent tour à tour me donner des explications. Ils n'ont pas à apprendre l'art de gouverner.

     

    Les uns répéteraient des vieilleries, les autres rempliraient leur charge par manière d'acquit, d'autres seraient attentifs à deviner les pensées et les sentiments de leur royal disciple, afin de le flatter et d'exécuter en secret d'astucieux desseins.

    Le parti de Kong venait de se dresser contre une nouvelle tentative de Ts'eu-hi.

    Alors la souveraine dépitée fit jouer d'autres ressorts.

     

     

    Elle choisit le gynécée comme centre d'action.

     

    D'ailleurs, en sa qualité de douairière, elle avait été tenue d'intervenir plus d'une fois dans les affaires sexuelles du Fils du Ciel.

     

     

    Quand l'impératrice-épouse fut pour la première fois après le mariage, empêchée, ce fut Ts'eu-hi qui désigna quelle princesse-épouse devait partager la couche du Dragon.

    — Sois attentive et respectueuse, lui dit-elle, pleine de douceur, soumise aux convenances ; n'aie ni orgueil, ni jalousie, conforme-toi aux rites.

    Et le lendemain, pour attester sa virginité, la princesse envoya à la douairière un linge maculé de sang.

    Maintenant Ts'eu-hi projetait de réglementer avec plus de sévérité les amours impériales. D'abord elle étudia le caractère de celles qui devaient inconsciemment servir ses desseins.

     

    L'impératrice-épouse avait toujours appartenu à sa volonté ; mais les deux princesses et les quinze dames du palais ou concubines lui étaient moins familières.

     

     

    Elle s'enquit de leur goût, de leurs faiblesses, par l'intermédiaire des eunuques, et aussi des préférences de cet empereur, qu'elle allait disputer à des adversaires roués.

    Bientôt la partie fut engagée ; tout ce monde féminin obéissait docilement aux combinaisons de l'impératrice.

    Kouang-siu n'avait plus la liberté de désigner les compagnes de ses nuits.

     

    Émancipé dans les salles du trône, il tombait en tutelle dans ses appartements intimes.

     

    Plus de régence politique, mais un gouvernement, davantage insupportable peut-être, celui des appétits charnels. En toute occasion, la loi de la douairière s'imposait.

     

    Sans doute les fins que poursuivait T'seu-hi étaient-elles de réduire l'empereur à des actes désespérés ou à des mouvements de rébellion ; d'où prétexte pour réapparaître, pour imposer sa volonté.

     

    Mais la guerre contre le Japon survint.

     

    Soudainement, il fallut faire face aux désastres.

     

     

     

    SOURCES 

    http://www.chineancienne.fr/maybon-la-vie-secrete-de-la-cour-de-chine/#extrait2

     


  •  
     
    Mémoires d'un Eunuque dans la Cité Interdite
     
     

    Mémoires d'un Eunuque dans la Cité Interdite

     
     
    TRES BON LIVRE à LIRE ! pour connaitre ces faits !
     
    Restons en Chine, mais tout en partant quelques années en arrière, au temps de l'Empire des Qing (1644 - 1912), plus précisément sous le règne de l'Empereur Guangxu (1875 - 1908). C'est à cette époque, en 1898, qu'un jeune adolescent du nom de Yu Chunhe tombe dans le piège d'un trafic d'enfants fournissant en eunuques la Cité Interdite, résidence des Empereurs de Chine depuis 1420.
     
    Son histoire fut enregistrée et romancée par Dan Shi, un historien spécialiste de la dynastie des Qing, et publiée en France en 1991 sous le titre Mémoires d'un eunuque dans la Cité Interdite.
     
     
    Afficher l'image d'origine
     
    L'histoire
     
    Le livre, qui tient plus du document historique que du roman, nous raconte l'histoire de Yu Chunhe depuis son enfance dans la région de Dongping jusqu'à ses péripéties au moment de la chute de l'Empire. Victime d'une intrigue amoureuse ayant mal tournée, le jeune garçon quitte son village très jeune, craignant pour sa peau.
     
     
    C'est à Pékin qu'il tombera dans les griffes de trafiquants d'enfants,
    qui le vendront au castrateur Bi le Cinquième.
     
    Afficher l'image d'origine
     
    L'impératrice Ts'eu-hi sur sa chaise particulière portée par des eunuques.
    (Au premier plan, on voit à droite le Grand eunuque Li Lien-yin, à gauche le doyen de la corporation). Photo Firmin Laribe.
     
     
     
    Une fois les organes génitaux coupés (dans une opération de "purification du corps"), Yu Chunhe fut emmené à la Cité Interdite où il restera enfermé près de vingt ans (à l'exception de la période de débâcle due à la Guerre des Boxers), au service du dignitaire Diba puis de l'impératrice Xiaoding.
     
     
     
    Un témoignage de la vie dans la Cité Interdite
     
    En nous racontant la vie de Yu Chunhe au sein de la ville impériale, Dan Shi fait renaître à nos yeux toute une époque : celle d'une cour dirigée d'une main de fer par l'impératrice douairière Cixi (1835 - 1908), fourmilière humaine réglée par des rituels immuables.
     
     
     
    L'impératrice douairière, ayant fait taire son neveu l'empereur Guangxi suite à une tentative ratée de réforme, s'est en effet arrangée pour maintenir le plus strict respect de la tradition. Au milieu de tout cela, les eunuques serviteurs du palais coiffent, nourrissent, escortent et même habillent les princes, qui ont droit de vie ou de mort sur eux.
     
    Cependant, ces mêmes eunuques constituent eux-mêmes une puissance parallèle. Ainsi, Yu Chunhe nous parle souvent de Li Lianying, chef du palais de l'impératrice Cixi, surnommé le vice-empereur au sein de la Cité Interdite.
     
     
    Celui-ci fait et défait ses pairs, crée des normes en lieu et place de l'Empereur, et reçoit d'énormes pots de vin de quiconque souhaite l'avoir en bonne grâce. Selon Yu Chunhe, il finira par mieux s'enrichir que sa propre maîtresse.
     
     
    La situation est la même dans les grades inférieurs : depuis la dynastie Ming, les grands eunuques ne cessent de s'enrichir, ruinant les deux dynasties en usant de l'intrigue et de la corruption, au détriment des fonctionnaires lettrés qui ont vu leur pouvoir fondre comme neige au soleil face aux castrats.
     
    Toutefois, si des eunuques partis de rien finissent par acquérir d'impressionnantes richesses - Li Lianying, vivant dans la misère, s'est châtré lui-même dans sa jeunesse en espérant rentrer au palais - la grande majorité restent en bas de l'échelle, souvent handicapés dès leur entrée dans la Cité.
     
     
    Ainsi les deux grands castrateurs, Bi le Cinquième et Liu la Fine Lame, percevaient la totalité des traitements des enfants issus des trafics et passés entre leurs mains. La situation est arrivée à son terme avec la suppression de ce poste en 1900, sans remplacement.
     
     
     
    Une période-clef dans l'histoire de la Chine
     
    Outre un témoignage sur la vie dans les palais, les Mémoires d'un Eunuque dans la Cité Interdite nous décrivent de l'intérieur la partie de l'histoire de la Chine
    qui aboutira à la chute de la dynastie Qing.
     
    Nous voyons ainsi une haute société sclérosée depuis l'échec provoqué de la Réforme des Cent Jours menée par Guangxi (ayant pour but de transformer la Chine en monarchie constitutionnelle, à l'image du Japon Meiji) et la corruption omniprésente, à la tête d'un pays en perte de vitesse face à l'occident et au Japon.
     
    L'épisode le plus parlant est ici celui de la fuite de la famille impériale vers Xian, au sud-ouest. Le glorieux cortège impérial se transforme bien vite en un pitoyable troupeau d'affamés, créant une situation proprement insupportable pour la noblesse habituée au luxe des palais.
     
     
    La raison de cette fuite vient de la Guerre des Boxers (1899 - 1901), du surnom du société secrète voulant chasser les influences étrangères du Pays du Milieu, et soutenue par l'impératrice douairière.
     
    Après des mises à sac d'ambassades et des assassinats de Chinois chrétien, la réaction occidentale ne se fait pas attendre.
     
    Pékin est vite envahie par les troupes des grandes puissances coloniales de l'époque, et la famille impériale apeurée part en exil.
     
    A lire Dan Shi, cet événement marque l'un des points finaux de l'Empire Chinois.
     
    Au retour de la famille impériale à Pékin, les journalistes étrangers sont là pour "photographier (...) les derniers spécimens d'un empire déclinant, qu'ils allaient ensuite exhiber dans leurs salons de Paris ou de Londres."
     
    L'impératrice et l'empereur meurent à quelques jours d'intervalle, en 1908,
    dans une période marquée par une ambiance de déclin.
     
    Les luttes entre anciennes concubines pour bénéficier des faveurs du tout jeune empereur Pu Yi laissent vides les caisses de l'Etat.
     
    Dignitaires et eunuques quittent le palais, les uns emportant leurs bien, les autres pillant tout ce qui leur tombe sous la main. En 1911 la révolution éclate, chaque province tombant l'une après l'autre.
     
    Le 12 février 1912, Pu Yi abdique.
     
    Tout le système impérial tombe, et la majorité des eunuques finissent dans des monastères, témoins d'une époque révolue.
     
    Conclusion
     
    L'ouvrage de Dan Shi se révèle vite passionnant pour qui s'intéresse à la Chine impériale.
     
    Le point de vue adopté, celui d'un serviteur, est original et extrêmement pertinent. s'ajoute à cela une excellente introduction sur l'histoire et la vie des eunuques dans le système impérial.
     
    Un ouvrage à mettre en parallèle avec un film comme Le Dernier Empereur de Bernado Bertolucci.

  • Cixi avec des tubes pour protéger ses ongles (Xunling)


    Peut-être qu'on se souvient d'un billet sur Bruno Barbey de début février 2013 à la suite d'une visite à la Galerie Beaugeste. Comme il n'y a pas de hasard, nous avons reçu une invitation :
    SwissCham Shanghai is delighted to invite you to:中国瑞士商会诚挚邀请您How to decode contemporary China through the history of Chinese photographyBy the art director of Beaugeste Gallery Mr. Jean Loh

     

    image: http://media.paperblog.fr/i/652/6520087/decoder-chine-photographie-i-cixi-L-luzr5P.jpeg

    Décoder la Chine par la photographie I : Cixi

     

    Jules Itier

     

    image: http://media.paperblog.fr/i/652/6520087/decoder-chine-photographie-i-cixi-L-EhWfUO.jpeg

    Décoder la Chine par la photographie I : Cixi


    En savoir plus sur http://www.paperblog.fr/6520087/decoder-la-chine-par-la-photographie-i-cixi/#lX7GdHpZW6AhQqS1.99

     

     

    Les plus vieilles photos de Chine prises par un français

    (1844 - Jules Itier)

     

    Jules Itier serait le 1er français a avoir ramené des clichés de Chine avec des photos datant de 1844.

    Il était receveur des douanes. Il accompagna la mission en Chine de Théodore de Lagrenée.

    Voici quelques unes de ses photographies :

     

    illustration 

     

     

     

     

     

    Il était receveur des douanes. Il accompagna la mission en Chine de Théodore de Lagrenée.

    Voici quelques unes de ses photographies :

     illustration
    illustration
    illustration
    illustration
    illustration
    illustration
    illustration
    Canton, entre 1843 et 1846
    illustration
    La grande pagode de Macao
    illustration
    illustration
    Praja à Macao, octobre 1844
    illustration
    Canton, vers 1844
    illustration
     Canton, novembre 1844
    illustration
    Canton entre 1843 et 1846

    illustration

    illustration 


  • Old Tiananmen (China)

     

    Anciennes photos restaurées absolument

    stupéfiantes de l’ancienne Chine Impériale

    Voici une série totalement incroyable de photographies restaurées !

    Certaines datent d’il y a près de 100 ans,

    elles sont des traces impressionnantes de

    l’histoire de Chine et de la manière

    dont vivait la population à cette époque.

     

     

    source : flickr.com


  •  
    Afficher l'image d'origine
     
     
    ARTICLE
    écrit par Madame Christiane Peyronnard, et Monsieur Patrice Delpin samedi 20 juin 2015
     
    sources fin article 
     
    Les ambassadeurs anglais refusent la nonuple prosternation rituelle devant l’empereur (3 fois à genoux chacun suivi de 3 fois baisé terre)
     
     
    « Ton royaume, situé au loin par-delà plusieurs Océans, nous témoignant sa sincérité et tenant en estime notre influence pour son perfectionnement, avait précédemment pendant la 58e année Qianlong [1793] (...) fait passer la mer à ses envoyés, qui étaient venus à notre Cour.
     
     
     
    Cette année tu as de nouveau, roi, fait partir des envoyés (...) et tu les as munis d’objets (...) destinés à m’être présentés. (...)
     
     
    Tes envoyés ont dit verbalement à mes hauts dignitaires que, lorsque le moment serait venu, ils se soumettraient aux agenouillements et aux prosternements, sans que des manquements aux rites puissent se produire. (...) Le 7, jour fixé pour me contempler en audience, tes envoyés étant déjà parvenus aux portes du palais et j’allais prendre place dans la salle du trône, lorsque ton premier envoyé eût été prit d’un mal subit, aussi prescrivis-je de ne faire entrer en ma présence que les seconds envoyés. Cependant, les seconds envoyés déclarèrent aussi qu’ils étaient souffrants. L’impolitesse fut donc sans égale. Je ne les réprimandai pas sévèrement et les fis partir le jour même, pour retourner dans leur pays. (...)
     
     
     
    La Cour Céleste ne tient pas pour précieux les objets venus de loin, et toutes les choses curieuses et ingénieuses de ton royaume ne peuvent non plus être considérées comme ayant une rare valeur. (...) À l’avenir, point ne sera besoin de commettre des envoyés pour venir aussi loin prendre la peine inutile de voyager par terre et par mer. Sache seulement montrer le fond de ton cœur et t’étudier à la bonne volonté, et on pourra dire alors, sans qu’il soit nécessaire que tu envoies annuellement des représentants à ma Cour, que tu marches vers la transformation civilisatrice. C’est afin que tu y obéisses longtemps que je t’adresse cet Ordre Impérial. » Lettre de l’empereur Jiaqing au roi d’Angleterre Georges III, 1816. le texte presque complet de cette lettre « Ton royaume, situé au loin par-delà plusieurs Océans, nous témoignant sa sincérité et tenant en estime notre influence pour son perfectionnement, avait précédemment pendant la 58e année Qianlong [1793], sous le règne du dernier empereur, fait passer la mer à ses envoyés, qui étaient venus à notre Cour (1). Mais à cette époque, les ministres-envoyés par ton pays s’étaient conformés à nos rites avec exactitude et respect et n’avaient encouru aucun reproche au point de vue des formes prescrites. Aussi avaient-ils été les récipiendaires déférents des faveurs et grâces impériales et avaient-ils été appelés à contempler en audience la personne de l’Empereur, à prendre part à des festins ordonnés par Sa Majesté et à en recevoir des dons à profusion. Cette année tu as de nouveau, roi, fait partir des envoyés porteurs d’un placet et tu le as munis d’objets provenant de ton pays et destinés à m’être présentés (2). En songeant au respect et à la bonne volonté dont tu faisais ainsi preuve d’une façon déterminée, j’en ai ressenti une profonde joie. Me référant aux précédents, j’ai donné des instructions à mes fonctionnaires pour que, lorsque tes ministres envoyés seraient arrivés, ils fussent admis à me contempler en audience, que des festins et des cadeaux leur fussent donnés et qu’on suivît en tout le cérémonial adopté sous le précédent empereur. Tes ministres-envoyés arrivèrent à Tientsin et je prescrivis qu’on députât des fonctionnaires pour leur offrir, dans cette ville, un banquet ; mais, contre toute attente, tes envoyés, au moment de faire leurs remerciements pour ce banquet, ne se conformèrent pas aux prescriptions des rites. Je considérai alors que, si des petits ministres d’un Royaume lointain ignoraient les formes et les règles d’usage, je pouvais les plaindre et leur pardonner. Je désignai spécialement de hauts dignitaires chargés de dire à tes envoyés, lorsque ceux-ci seraient sur le point d’arriver à la capitale, que, pendant la 58e année de Qianlong, tes précédants envoyés, en accomplissant les salutations, s’étaient agenouillés et prosternés absolument selon les règles. Comment admettre, cette fois, que l’on changeât cette manière de faire ? Tes envoyés ont dit verbalement à mes hauts dignitaires que, lorsque le moement serait venu, ils se soumettraient aux agenouillements et aux prosternements, sans que des manquements aux rites pussent se produire. Mes hauts dignitaires ont consigné le fait dans un rapport au trône. Je rendis alors un décret au terme duquel tes envoyés devaient être admis en ma présence le septième jour de la septième lune [le 29 août 1816]. Le 8, un banquet et des cadeaux devaient leur être donnés de ma part dans la salle Zheng da guang ming et ils devaient, en outre, recevoire des vivres dans le jardin Tong le yuan. Le 9, ils devaient prendre congé de moi et je leur aurais, ce même jour, accordé la faveur de visiter la résidence impériale de Wan-shou shan. Le 11 ils devaient recevoir des dons à la porte Tai he men, puis se rendre au ministère des Rites pour y prendre part à un festin. Le 13, ils seraient partis. Les salutations à faire, les dates fixées et les formes du cérémonial furent intégralement portées par mes hauts dignitaires à la connaissance de tes ministres-envoyés. Le 7, jour fixé pour me contempler en audience, tes envoyés étant déjà parvenus aux portes du palais et j’allais prendre place dans la salle du trône, lorsque ton premier envoyé déclara qu’une maladie soudaine ne lui permettait ni de remuer ni de marcher. Je considérai qu’il était possible que le premier envoyé eût été prit d’un mal subit, aussi prescrivis-je de ne faire entrer en ma présence que les seconds envoyés. Cependant, les seconds envoyés déclarèrent aussi qu’ils étaient souffrants. L’impolitesse fut donc sans égale. Je ne les réprimandai pas sévèrement et les fis partir le jour même, pour retourner dans leur pays. Tes envoyés n’ayant pas paru en ma présence, il n’y avait pas lieu non plus que ton placet me fût remis et il a été remporté par tes envoyés. Cependant, ayant présent à la pensée que toi, roi, tu m’avais adressé ce placet et des offrandes à plusieurs milliers de lieues de distance, et que si tes envoyés avaient agi d’un façon irrespectueuse pour me transmettre l’expression de tes sentiments, la faute en était à tes envoyés, j’ai bien discerné que tu avais, toi, roi, un cœur respectueux et de bonne volonté. Aussi ai-je reçu et accepté parmi tes objets envoyés en tribut des cartes géographiques, des tableaux, des paysages et des portraits. Je loue ton cœur sincère : cela équivaut à tout accepter. (…) La Cour céleste ne tient pas pour précieux les objets venus de loin, et toutes les choses curieuses et ingénieuses de ton royaume ne peuvent non plus être considérées comme ayant une rare valeur. Toi, maintiens la condorde parmi ton peuple, veille à la sécurité de ton territoire, sans te relâcher en rien de ce qui est éloigné ou proche. Voilà, en vérité, ce que je louerai. A l’avenir, point ne sera besoin de commettre des envoyés pour venir aussi loin prendre la peine inutile de voyager par terre et par mer. Sache seulement montrer le fond de ton cœur et t’étudier à la bonne volonté, et on pourra dire alors, sans qu’il soit nécessaire que tu envoies annuellement des représentants à ma Cour, que tu marches vers la transformation civilisatrice. C’est afin que tu y obéisses longtemps que je t’adresse cet Ordre Impérial. » Traduction française reprise de J. Chesnaux et M. Bastid, La Chine, vol. I, pp. 52-53.1 Il s’agit des vaines démarches de Lord Macartney, envoyé britannique à Pékin (1793).2 Cette seconde mission était dirigée par Lord Amherst, et échoua comme la précédente. La cour impériale a envoyé Lin Zexu réprimer le commerce de l’opium à Canton, faisant tort aux marchands anglais, ce qui va déclencher la "Guerre de l’opium". « (...) Les lois interdisant la consommation de l’opium sont maintenant si sévères en Chine que si vous continuez à le fabriquer, vous découvrirez que personne ne l’achètera et qu’aucune fortune ne se fera par l’opium. (...) Tout l’opium qui est découvert en Chine est jeté dans l’huile bouillante et détruit. Tout bateau étranger qui, à l’avenir, viendra avec de l’opium à son bord, sera mis à feu, et tous les autres biens qu’il transportera seront inévitablement brûlés en même temps. Alors, non seulement vous ne parviendrez pas à tirer quelque profit de nous, mais vous vous ruinerez dans l’affaire. Ayant voulu nuire à autrui, vous serez la première à en souffrir. Notre Cour Céleste n’aurait pas gagné l’allégeance d’innombrables pays si elle n’exerçait un pouvoir surhumain. Ne dites pas que vous n’avez pas été avertie à temps. À la réception de cette lettre, Votre Majesté sera assez bonne pour me faire savoir immédiatement les mesures qui auront été prises (...). » Lettre du commissaire impérial extraordinaire Lin Zexu à la reine Victoria, 1839. texte presque complet de cette lettre « La voie du Ciel est l’équité envers tous : elle ne supporte pas que nous fassions du mal aux autres pour notre bénéfice. Sur ce point, tous les hommes sont semblables dans le monde entier : ils chérissent la vie et haïssent ce qui met la vie en danger. Votre pays se trouve à vingt mille lieues ; mais malgré cela, la Voie du Ciel s’applique pour vous comme pour nous, et vos instincts ne sont pas différents des nôtres ; car nulle part les hommes ne sont assez aveugles pour ne pas distinguer entre ce qui apporte la vie et ce qui apporte la mort, entre ce qui est avantageux et ce qui est préjudiciable. Notre Cour Céleste traite tous ceux qui vivent entre les quatre mers comme les membres d’une grande famille. La bonté de notre grand Empereur est comme le Ciel, qui couvre toutes choses. Il n’est pas une région si sauvage ou si éloignée qu’il ne chérisse et ne garde. Toujours depuis que le port de Canton a été ouvert [ouvert au commerce britannique, au milieu du XVIIIe siècle], le commerce a prospéré. Depuis quelque cent vingt ou trente ans, les natifs de l’endroit ont joui de relations pacifiques et profitables avec les bateaux qui viennent de l’étranger. La rhubarbe, le thé, la soie sont tous des produits de valeur de notre pays sans lesquels les étrangers ne pourraient pas vivre. La Cour Céleste, étendant sa bienveillance à tous pareillement, autorise leur vente et leur transport à travers les mers, sans les regretter même pour des empires éloignés, sa bonté égalant la bonté du Ciel et de la Terre. Mais il y a une catégorie d’étrangers malfaisants qui font de l’opium et l’apportent pour le vendre, incitant les sots à se détruire eux-mêmes, simplement en vue d’en retirer du profit. Auparavant le nombre des fumeurs d’opium était petit ; mais maintenant ce vice s’est répandu partout, et le poison a pénétré de plus en plus profondément. S’il est des gens stupides pour céder à ce besoin à leur propre détriment, c’est eux qui ont causé leur propre perte, et dans un pays aussi peuplé et florissant, nous pouvons nous passer d’eux. Mais notre grand Empire Mandchou unifié se considère responsable des habitudes et des mœurs de ses sujets et ne peut rester satisfait en les voyant victimes d’un poison mortel. Pour cette raison, nous avons décidé d’infliger des peines sévères aux marchands d’opium et aux fumeurs d’opium afin de mettre un terme définitif à la propagation de ce vice. Il semble que cette marchandise empoisonnée est manufacturée par certaines diaboliques personnes dans des endroits soumis à votre loi. Naturellement ce n’est pas selon vos ordres qu’elle est faite ou vendue. Ce n’est pas non plus tous les pays sur lesquels vous régnez qui la produisent, mais seulement quelques-uns d’entre eux. On me dit que dans votre pays il est interdit, sous peines sévères, de fumer de l’opium. Cela signifie que vous n’ignorez pas à quel point cette action est nocive. Mais plutôt que d’interdire la consommation de l’opium, il vaudrait mieux en interdire la vente, ou mieux encore, en interdire la production, ce qui est le seul moyen de purifier la contamination à sa source. Aussi longtemps que vous ne prendrez pas cette mesure vous-même, mais continuerez à faire de l’opium et à inciter le peuple de Chine à l’acheter, vous vous montrerez soucieuse de la vie de vos propres sujets et insouciantes pour la vie des autres hommes, indifférente au mal que vous faites aux autres dans votre avidité pour le gain. Une telle conduite répugne au sentiment humain et est en désaccord avec la Voie du Ciel… Les lois interdisant la consommation de l’opium sont maintenant si sévères en Chine que si vous continuez à le fabriquer vous découvrirez que personne ne l’achètera et qu’aucune fortune ne se fera par l’opium. Plutôt que de gaspiller vos efforts dans une entreprise désespérée, ne vaudrait-il pas mieux projeter quelque autre forme de commerce ? Tout l’opium qui est découvert en Chine est jeté dans l’huile bouillante et détruit. Tout bateau étranger qui, à l’avenir, viendra avec de l’opium à son bord, sera mis à feu, et tous les autres biens qu’il transportera seront inévitablement brûlés en même temps. Alors, non seulement vous ne parviendrez à tirer quelque profit de nous, mais vous vous ruinerez dans l’affaire. Ayant voulu nuire à autrui, vous serez la permière à en souffrir. Notre Cour Céleste n’aurait pas gagné l’allégeance d’innombrables pays si elle n’exerçait un pouvoir surhumain. Ne dites pas que vous n’avez pas été avertie à temps. A la réception de cette lettre, Votre Majesté sera assez bonne pour me faire savoir immédiatement les mesure qui auront été prises dans chacun de ses ports. » Tiré de J. Chesneaux et M. Bastid, La Chine, vol. I, pp. 70-71. Première guerre de l’Opium "(...) À la Chambre des communes, deux camps s’affrontaient à propos de la politique adoptée par le gouvernement de Sa Majesté. Le premier demandait à la Couronne un dédommagement de deux millions de livres sterling pour les vingt mille caisses d’opium effectivement livrées par le capitaine Elliot à Lin tse-hsu, tandis que le second, plus radical, et conduit par William Jardine, réclamait une intervention militaire ayant pour effet d’impressionner l’empereur en le dissuadant de toute autre sanction contre l’Angleterre. Il alla de soi que le contribuable britannique n’avait aucune envie de payer les déboires financiers d’une bande de contrebandiers ; quand au parti des va-t’en-guerre, il soutenait que la Royal Navy n’aurait pas besoin de tirer un seul coup de canon et que l’étalage de sa puissance suffirait à faire indemniser les maisons de commerce par les Chinois eux-mêmes. Dans les discussions internationales, écrit André Maurois, l’argument habituel de lord Palmerston était la menace de la flotte britannique. Seize navires de guerre portant chacun cinq cent quarante canons, quatre steamers et vingt-huit transports de troupes seront finalement mis à la disposition de la « défense du commerce d’outre-mer » au printemps 1840. Forte de quatre mille soldats, cette armée s’ébranlera pour « obtenir l’indemnité requise » et contraindre la Chine à libéralisé l’accès des ports de Canton, Amoy, Fuzhou, Ningpo et Shanghai. Dans la foulée, on demandera la libération totale du commerce et la disparition des Hong. Certains parlementaires britanniques avaient craint jadis que les menaces de Palmerston conduisent une jour le pays à la guerre, note André Maurois dans son Histoire d’Angleterre, mais il enchantait l’Anglais moyen qui voyait son pavillon respecté sans combat. De fait, il ne sera pas question de « guerre » avant plusieurs années et lorsque les bâtiments britanniques entreront à Macao le 21 juin 1840, le commandement de la flotte n’aura pas pour mission de faire usage de sa puissance de feu. Intimider le commissaire Lin à Canton, imposer la présence de l’Union Jack à l’embouchure du fleuve Jaune et contrôler le commerce du Yang-tsé de manière à paralyser les échanges de la Chine avec l’extérieur : tels étaient les ordres émis pas lors Palmerstone, ministre des Affaires étrangères de lord Melbourne. (...) " JAEGER Gérard A., Hong Kong : Chronique d’une île sous influence. France : Éditions du Félin, 1997. 375p. (citation p. 106) Édit céleste de 1853. « Nous estimons que le monde appartient à la Chine et non aux Tartares (...). Il est regrettable que la dynastie Ming ait manqué à ses devoirs en tant que chef ; les Mandchous ont profité du chaos, profané la Chine, volé le territoire de la Chine, violé et maltraité ses filles et ses garçons (...). Heureusement, les doctrines célestes ont triomphé et la Chine a des espoirs de se relever. Pendant que les esprits des gens cherchent un remède, il y a des signes certains de l’annihilation des Tartares (...).
     
     
    Les péchés des Tartares sont à leur comble. Le Ciel Auguste a perdu patience et a commandé à notre Roi Céleste de montrer respectueusement la grandeur du Ciel en levant la bannière de la droiture, en faisant disparaître les mauvais démons, en nettoyant totalement la Chine et en exécutant respectueusement la punition du Ciel (...). Nous levons l’armée de la droiture en vue d’assouvir la vengeance du Dieu là-haut sur ceux qui ont trompé le Ciel, et de libérer les masses en bas pour l’amour de la Chine. Nous devons nettoyer toutes traces des Tartares et jouir ensemble de la joie de la Paix universelle. Ceux qui obéissent au Ciel seront largement récompensés, mais ceux qui s’opposent au Ciel mourront d’une mort frappante. (...) » Nankin est assiégée par les Taiping « (...) La vie de communauté est vraiment représentée à Nankin dans sa plus expressive physionomie et la plus large acception du mot, mais sans le moindre détriment pour les mœurs ; bien loin de là, l’attentat aux mœurs, comme le pillage, est irrémissiblement puni de mort (...). Les principaux chefs sont sans doute jaloux de conserver une hiérarchie et de la faire respecter. Le canon annonce toujours leur départ ou leur arrivée (...), néanmoins nous avons vu non seulement les chefs secondaires, mais même le simple peuple les approcher en toute liberté. On ne saurait le nier, il y a quelque chose, dans leurs rapports mutuels, qui justifie le nom de frères que les gens du Guangxi se donnent entre eux. Il y a encore maintenant un air de famille. Ainsi toutes les habitations sont du domaine commun : les vivres, les vêtements ont été déposés dans des magasins publics : l’or, l’argent et les matières précieuses, portés au trésor public. On ne peut plus rien vendre ni rien acheter ; l’argent, de fait, serait inutile entre les mains des particuliers. (...) C’est aux chefs de pourvoir aux différentes nécessités de leurs subordonnées. Et c’est vraiment chose digne d’admiration, qu’une population que l’invasion a fait monter à plus d’un million, puisse être ainsi périodiquement nourrie et vêtue, comme nous l’avons vu de nos yeux ; et cela au milieu d’une guerre civile, et en face d’un campement ennemi qui assiège la ville. (...) » Lettre du R.P. Stanislas Clavelin, 1853. Seconde guerre de l’Opium Convention ENTRE LA FRANCE ET LA CHINEDépêche du baron Gros à S. Exc. le ministre des affaires étrangères. "Pékin, 26 octobre 1860 Monsieur le ministre, Je m’empresse de vous faire une copie de la convention que j’ai signée hier avec le prince Kong, frère de l’Empereur, et je vous envoie aussi une copie du procès verbal de l’échange des ratifications du traité de Tien Tsin, échange qui a eu lieu dans la même séance. (...) Sa Majesté l’empereur des Français, le sieur Jean-Baptiste-Louis baron Gros, sénateur de l’empire, ambassadeur et haut commissaire de France en Chine, grand officier de l’ordre impérial de la Légion d’honneur, chevalier grand-croix de plusieurs ordre, etc., etc., et Sa Majesté l’empereur de la Chine, le prince Kong, membre de la famille impériale et haut commissaire. Lesquels, après avoir échangé leurs pleins pouvoirs, trouvés en bonne et due forme, sont convenus des articles suivants : Art.1er. Sa Majesté, l’empereur de la Chine a vu avec peine la conduite que les autorités Militaires chinoises ont tenue à l’embouchure de la rivière de Tien-Tsin, dans le mois de juin de l’année dernière, au moment où les ministres plénipotentiaires de France et d’Angleterre s’y présentoient (sic) pour se rendre à Pékin afin d’y procéder à l’échange des ratifications des traités de Tien Tsin. Art. 2. Lorsque l’ambassadeur haut commissaire de Sa Majesté l’empereur des Français se trouvera à Pékin (...) il sera traité (...) avec les honneurs dus à son rang. (...) Art.7. (...) Les commandants en chef des forces françaises auront cependant le droit de faire hiverner leurs troupes de toutes armes à Tien-Tsin, s’ils jugent convenable, et de ne les en retirer qu’au moment où les indemnités dues par le gouvernement chinois auroient (sic) été entièrement payées. (...) Art. 8. (...) Le gouvernement français pourra, s’il juge convenable, y laisser des trouvpes jusqu’au moment où la somme totale de 8 millions de taëls sera payée en entier. (...) La présente convention de paix a été faite à Pékin en quatre expéditions le vingt cinq octobre mil huit cent soixante, et y a été signée par les plénipotentiaires respectifs, qui y ont apposé le sceau de leurs armes. (L.S) Signé : Baron GROS. (L.S) Signé : Prince DE KONG. Pour copie conforme : Signé : Barons GROS. " Tiré de Histoire et Littérature, journal historique du mois de mai 1860. 1er mai 1860, pp.488-492. Pillage du Palais d’été réaction de Victor Hugo : lettre de Victor Hugo au capitaine Butler "Hauteville House, 25 novembre 1861 Vous me demandez mon avis, monsieur, sur l’expédition de Chine. Vous trouvez cette expédition honorable et belle, et vous êtes assez bon pour attacher quelque prix à mon sentiment ; selon vous, l’expédition de Chine, faite sous le double pavillon de la reine Victoria et de l’empereur Napoléon, est une gloire à partager entre la France et l’Angleterre, et vous désirez savoir quelle est la quantité d’approbation que je crois pouvoir donner à cette victoire anglaise et française. Puisque vous voulez connaître mon avis, le voici : ll y avait, dans un coin du monde, une merveille du monde ; cette merveille s’appelait le Palais d’été. L’art a deux principes, l’Idée qui produit l’art européen, et la Chimère qui produit l’art oriental. Le Palais d’été était à l’art chimérique ce que le Parthénon est à l’art idéal. Tout ce que peut enfanter l’imagination d’un peuple presque extra-humain était là. Ce n’était pas, comme le Parthénon, une oeuvre rare et unique ; c’était une sorte d’énorme modèle de la chimère, si la chimère peut avoir un modèle. Imaginez on ne sait quelle construction inexprimable, quelque chose comme un édifice lunaire, et vous aurez le Palais d’été. Bâtissez un songe avec du marbre, du jade, du bronze, de la porcelaine, charpentez-le en bois de cèdre, couvrez-le de pierreries, drapez-le de soie, faites-le ici sanctuaire, là harem, là citadelle, mettez-y des dieux, mettez-y des monstres, vernissez-le, émaillez-le, dorez-le, fardez-le, faites construire par des architectes qui soient des poètes les mille et un rêves des mille et une nuits, ajoutez des jardins, des bassins, des jaillissements d’eau et d’écume, des cygnes, des ibis, des paons, supposez en un mot une sorte d’éblouissante caverne de la fantaisie humaine ayant une figure de temple et de palais, c’était là ce monument. Il avait fallu, pour le créer, le lent travail de deux générations. Cet édifice, qui avait l’énormité d’une ville, avait été bâti par les siècles, pour qui ? pour les peuples. Car ce que fait le temps appartient à l’homme. Les artistes, les poètes, les philosophes, connaissaient le Palais d’été ; Voltaire en parle. On disait : le Parthénon en Grèce, les Pyramides en Egypte, le Colisée à Rome, Notre-Dame à Paris, le Palais d’été en Orient. Si on ne le voyait pas, on le rêvait. C’était une sorte d’effrayant chef-d’oeuvre inconnu entrevu au loin dans on ne sait quel crépuscule, comme une silhouette de la civilisation d’Asie sur l’horizon de la civilisation d’Europe. Cette merveille a disparu. Un jour, deux bandits sont entrés dans le Palais d’été. L’un a pillé, l’autre a incendié. La victoire peut être une voleuse, à ce qu’il paraît. Une dévastation en grand du Palais d’été s’est faite de compte à demi entre les deux vainqueurs. On voit mêlé à tout cela le nom d’Elgin, qui a la propriété fatale de rappeler le Parthénon. Ce qu’on avait fait au Parthénon, on l’a fait au Palais d’été, plus complètement et mieux, de manière à ne rien laisser. Tous les trésors de toutes nos cathédrales réunies n’égaleraient pas ce splendide et formidable musée de l’orient. Il n’y avait pas seulement là des chefs-d’oeuvre d’art, il y avait un entassement d’orfèvreries. Grand exploit, bonne aubaine. L’un des deux vainqueurs a empli ses poches, ce que voyant, l’autre a empli ses coffres ; et l’on est revenu en Europe, bras dessus, bras dessous, en riant. Telle est l’histoire des deux bandits. Nous, Européens, nous sommes les civilisés, et pour nous, les Chinois sont les barbares. Voila ce que la civilisation a fait à la barbarie. Devant l’histoire, l’un des deux bandits s’appellera la France, l’autre s’appellera l’Angleterre. Mais je proteste, et je vous remercie de m’en donner l’occasion ; les crimes de ceux qui mènent ne sont pas la faute de ceux qui sont menés ; les gouvernements sont quelquefois des bandits, les peuples jamais. L’empire français a empoché la moitié de cette victoire et il étale aujourd’hui avec une sorte de naïveté de propriétaire, le splendide bric-à-brac du Palais d’été. J’espère qu’un jour viendra où la France, délivrée et nettoyée, renverra ce butin à la Chine spoliée. En attendant, il y a un vol et deux voleurs, je le constate. Telle est, monsieur, la quantité d’approbation que je donne à l’expédition de Chine.
     
    Victor Hugo" extrait de Le Monde diplomatique, octobre 2004 http://www.monde-diplomatique.fr/2004/10/HUGO/11563 idem plus court "Un écrivain d’Occident – exilé qui fuyait un autre Empire – comprit, au moment où l’Europe pavoisait, que ce fait d’armes était le signe terrible d’une offense à la civilisation : « Il y avait, dans un coin du monde, une merveille du monde : cette merveille s’appelait le Palais d’Été. Tout ce que peut enfanter l’imagination d’un peuple presque extra-humain était là… Bâtissez un songe avec du marbre, du jade, du bronze et de la porcelaine, couvrez-le de pierreries, drapez-le de soie, faites-le ici sanctuaire, là harem, là citadelle, mettez-y des dieux, mettez-y des monstres, vernissez-le, émaillez-le, dorez-le, fardez-le, faites construire par des architectes qui soient des poètes les mille et un rêve des mille et une nuit, ajoutez des jardins, des bassins, des jaillissements d’eau et d’écume, des cygnes, des ibis, des paons, supposez une sorte d’éblouissante caverne de la fantaisie humaine. (...) « Il avait fallu, pour le créer, le lent travail des générations. On disait : le Parthénon en Grèce, les Pyramides en Égypte, le Colisée à Rome, le Palais d’été en Orient (...). « Cette merveille a disparu. « Un jour, deux bandits sont entrés dans le Palais d’Été. L’un a pillé, l’autre a incendié. On voit mêlé à tout cela le nom d’Elgin*, ébauché au Parthénon, on l’a fait au Palais d’Été, plus complètement et mieux, de manière à ne rien laisser. Tous les trésors de toutes nos cathédrales réunies n’égaleraient pas ce formidable et splendide musée d’Orient. Grand exploit, bonne aubaine ! L’un des deux vainqueurs a empli ses poches, l’autre ses coffres : et l’on est revenu en Europe, bras dessus bras dessous en riant. « Nous Européens, nous sommes les civilisés, et, pour nous, les Chinois sont les Barbares. Voilà ce que la civilisation a fait à la barbarie. « Devant l’Histoire, l’un des deux bandit s’appellera la France, l’autre s’appellera l’Angleterre. Mais je proteste ! « L’Empire français a empoché la moitié de cette victoire, et il étale aujourd’hui, avec une sorte de naïveté de propriétaire, le splendide bric-à-brac du Palais d’Été. J’espère qu’un jour viendra où la France, délivrée et nettoyée, renverra ce butin à la Chine spoliée. « En attendant, il y a un vol et deux voleurs. « Je le constate. « Telle est, Monsieur la quantité d’approbation que je donne à l’expédition de Chine. » Cette lettre méconnue est signée : Victor Hugo." " *Elgin (James Bruce, 8e compte d’) n’était autre que le fils de l’ambassadeur britannique en Turquie qui conçut puis réalisa le projet de piller les trésors qu’il avait découvert dans les ruines d’Athènes, à commencer par la frise du parthénon. " Alain Peyrefitte, L’empire immobile ou le choc des mondes. Paris : Fayard, 1989. 552 p. (extrait des pages 455-456) La misère des paysans : souvenirs du maréchal Zhu De « (...) Comme toutes les familles paysannes, les Zhu formaient une unité économique, organisée pour travailler durement et dans la discipline afin de se protéger de la famine. Grand-mère Zhu organisait et dirigeait l’économie de la maison. Elle attribuait sa tâche à chaque membre de la famille, aux hommes les gros travaux des champs, aux femmes et aux enfants les travaux des champs les moins pénibles et les besognes ménagères. (...) Tous les repas se déroulaient de façon identique d’un bout de l’année à l’autre. Les hommes mangeaient ensemble selon la coutume ; venait ensuite le tour des femmes et des enfants. Les Zhu étaient trop pauvres pour manger du riz, autrement qu’en de rares occasions. (...) La grand-mère ne se contentait pas de répartir le travail, elle attribuait aussi les rations en fonction de l’âge et du travail effectué. Même à table, la liberté individuelle était chose inconnue et on restait toujours sur sa faim. (...) Cet hiver-là [1893], il y avait eu un peu de neige, mais il n’avait pas plu, et la récolte d’hiver avait été maigre. Au printemps, on manqua aussi de pluie. (...) Pendant toute l’année, tous les membres de la famille Zhu portèrent de l’eau à leurs pièces de kaoliang [variété de sorgho] et de légumes et Grand-Mère Zhu rationna la nourriture jusqu’à deux maigres repas par jour (...). Dans les villes, les marchands spéculaient sur le riz au point que les gens durent pour en obtenir troquer leurs outils, leur bétail, leurs vêtements, leurs meubles et, en dernier ressort, leurs filles (...). La nuit, les hommes de la famille Zhu montaient la garde à tour de rôle pour protéger leurs récoltes. À l’automne, ils récoltèrent leur kaoliang, leurs courges et leurs navets, pendant que les enfants récoltaient dans les montagnes des plantes sauvages et des herbes. (...) L’été suivant [1894], la sécheresse fut la même. (...) Des paysans se levaient la nuit pour lancer des invectives contre les cieux impitoyables ou la lune indifférente. Un jour du début de l’été (...), un nuage de poussière s’éleva sur la Grand-Route. De ce nuage émergea bientôt une masse de squelettes humains. Il y avait des hommes avec les armes les plus diverses et des femmes aux pieds bandés qui portaient des bébés sur leur dos. Puis venaient des enfants nus au ventre énorme, aux yeux creusés et rouges, qui se traînaient, épuisés. (...) L’avalanche des affamés déferlait sur la route. Certains s’écartaient du courant et venaient dans la cour des Zhu : « Venez manger chez les gros ! » Grand-Père et Grand-Mère Zhu retinrent leurs fils (...). Le général Zhu ne parvenait pas à se rappeler comment les siens avaient pu vivre pendant cet été terrible. Il se rappelait cependant que de temps à autre quelqu’un apportait des vivres au cours de la nuit. Son père et le plus jeune de ses oncles disparaissaient parfois pour plusieurs jours. Il savait qu’en de telles occasions, des paysans se faisaient bandits et allaient très loin effectuer des razzias. Il était toutefois incapable de dire si cela avait été le cas pour les hommes de sa famille (...). » Souvenirs du maréchal Zhu De (1886-1976) mis en forme par Agnès SMEDLEY, La Longue marche. Mémoires du général Zhu De. Paris, Richelieu, 1969, vol. 1. Contre les sciences étrangères « (...) L’astronomie et les mathématiques sont d’une utilité fort mince, et si elles sont enseignées par des Occidentaux dans les programmes réguliers des études, le dommage sera fort considérable. (...) De l’antiquité à nos jours, on n’a jamais ouï dire de quelqu’un qui à l’aide des mathématiques ait pu relever le pays lorsqu’il se trouvait en déclin, et réparer ses faiblesses. (...) S’il est nécessaire d’enseigner l’astronomie et les mathématiques, en cherchant bien, on trouvera sûrement des gens qui maîtrisent ces techniques. Pourquoi n’y aurait-il que les barbares ? Et pourquoi faudrait-il prendre les barbares pour maîtres ? Bien plus, les barbares sont nos ennemis. En 1860, ils ont pris les armes et se sont rebellés contre nous. Notre capitale et sa banlieue furent envahies. Nos autels furent ébranlés. Notre Palais impérial fut incendié. Nos fonctionnaires et notre peuple furent tués ou blessés. Durant les deux siècles de notre dynastie, nous n’avions jamais subi un tel outrage. Tous les lettrés et les fonctionnaires en ont été cruellement affligés, et aujourd’hui encore gardent leur rancune. (...) L’Empire a déjà souffert du fait des barbares. Allons-nous étendre leur influence, souffler sur la flamme ? (...) Je crains que ce que l’on va étudier ne le puisse être à fond, et jette cependant le doute dans l’esprit des lettrés ; cela irait exactement dans le sens des machinations étrangères. (...) » Lettre de Wo-Ren [principal ministre de l’empereur] contre l’introduction de l’enseignement des sciences à l’École des langues étrangères de Pékin, 1867. La révolte des Boxers Voici un texte affiché en guise de proclamation, en 1899, par un groupe des Boxeurs. « Pendant le règne de l’empereur Xian-feng (1851-1860), l’Église catholique et les Occidentaux complotaient ensemble contre la Chine. Ils dilapidaient l’argent de notre pays, démolissaient nos temples et les effigies des Bouddhas, occupaient, pour y enterrer leurs familles, les terres appartenant au peuple : des milliers d’hommes les haïssaient. Les arbres fruitiers et les bourgeons eux-mêmes subissaient chaque année des fléaux : insectes ou sécheresse. La nation était troublée, le peuple inquiet et la colère était parvenue jusqu’au ciel. « Rendons grâce aujourd’hui à la miséricorde du Grand Seigneur des Cieux qui envoie les dieux sur nos autels afin d’apprendre à nos frères la boxe divine qui nous aidera à « renforcer la dynastie Qing, anéantir la puissance occidentale et rendre la justice du Ciel ». En nous efforçant d’aider la patrie, nous consolidons notre communauté et protégeons notre peuple dans les champs ou les villages. Au sommet de la crise, il y a là un signe annonciateur de bonheur. « Mais nous redoutons les imbéciles et les scélérats qui profiteraient de notre influence pour agir sans scrupule et opprimer les faibles avec l’aide des puissants. C’est pourquoi nous demandons aux chefs des villages et aux dirigeants des Corps de Boxeurs de rendre la justice selon la loi et de ne pas rechercher un profit personnel. S’ils se laissaient corrompre, ils seraient frappés par le regard foudroyant des dieux, condamnés sans partialité ni pitié selon la gravité du cas. « La croyance en une religion étrangère et l’usage de la sorcellerie ont excité la colère du Ciel qui envoie les saints sur terre pour enseigner la boxe Yi-he à nos frères. Yi signifie la justice et He, la concorde. Avec la justice et la concorde, l’harmonie et l’entente régneront dans les villages. La vertu est notre principe, l’agriculture notre métier ; nous obéissons au bouddhisme. Nous n’admettons pas les vengeances personnelles, au nom de la justice commune, l’oppression des pauvres par les riches, l’humiliation des faibles par les puissants et l’inversion du vrai et du faux. » Texte chinois dans Yang Song, Zhong-guo jin-dai shi zi-liao (recueil de matériaux d’histoire moderne chinoise), Pékin, 1954, pp. 506-507, cité par Jean CHESNEAUX, L’Asie Orientale aux XIX et XX siècles, Paris : Presses Universitaires de France, 1966, 371 p. (citation pp. 295-296) Dernière lettre de Léon-Ignace Mangin (prêtre missionnaire jésuite français) à sa famille "Tchou-kia-ho, 28 juin 1900 Les événements qui se passent ici sont bien faits pour vous alarmer, aussi ne veux-je pas chercher à vous les dissimuler. Le télégraphe a dû vous annoncer le massacre de deux de nos Pères à Ou-i, à 6 heures d’ici. Tout le Nord de la Mission est à feu et à sang ; chaque jour arrivent de malheureux fugitifs dont on a brûlé les maisons ; les morts sont nombreux et combien de disparus ! Si les secours humains nous manquent, il nous reste Dieu et notre confiance en Lui. Nous sommes venus ici pour sa cause : nos établissements, toutes nos oeuvres n’existent que pour le faire connaître et servir ce peuple. Permettra-t-il la perte de tant d’hommes et de tant de travaux ? Si oui, nous le bénirons quand même. Et ceux d’entre nous qui échapperont à la ruine ou ceux qui viendront nous remplacer, recommenceront avec le même courage et la même confiance en Dieu. Dans ce village, outre les cinq chrétiens qui l’habitent, nous avons au moins trois cents réfugiés.
    Nous faisons un rempart ; on achète force vivres, poudre et autres munitions en vue d’une attaque qui, humainement, ne peut ne pas avoir lieu. Nous nous défendrons tant que nous pourrons ; si Dieu ne nous donne pas la victoire, nous finirons massacrés ou brûlés jusqu’au dernier. Que la volonté de Dieu soit faite ! Je fais le sacrifice de ma vie pour le salut des âmes et le bien de toute ma famille. Si vous apprenez ma mort, priez pour moi et remerciez Dieu du choix qu’il aura daigné faire de notre famille pour lui demander ce sacrifice. Mes bien aimés frères et soeurs, je vous remercie de l’affection que vous m’avez toujours témoignée. Je vous demande pardon des peines que j’ai pu vous causer. Quoi qu’il vous arrive, demeurez bons et fidèles chrétiens, dignes de nos bien-aimés parents. Je vous dis adieu, vous embrassant tous de tout mon coeur et vous bénissant tous au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Fiat ! Tout vôtre en Notre-Seigneur, Léon-Ignace MANGIN, s.j." Repris de http ://www.jesuites.com/histoire/chine/mangin2.htm Difficile Réforme « (...) Nous avons aujourd’hui reçu les ordres de Sa Majesté et appris qu’Elle est maintenant tout à fait acquise à une réforme radicale. (...) Le principal défaut de notre système administratif est sans aucun doute sa trop grande fidélité à des méthodes périmées et le rôle prépondérant qu’y joue le document écrit.
    La conséquence en est la pléthore de rapports et des fonctionnaires inefficaces, alors qu’on manque déplorablement de véritables hommes de talent (...).
     
    La corruption est responsable de l’état fâcheux de toute notre administration et dans notre empire les premiers efforts de modernisation ont été paralysés par le mot fatal : précédent. (...) Sans considérer nos besoins réels,
    Nous n’avons fait jusqu’ici à l’Europe que des emprunts superficiels ; mais quel espoir pouvons-nous avoir de progresser selon cette méthode ? Toute réforme pour être efficace et permanente doit se poursuivre dans un réel désir de réalisation et d’honnêteté. C’est pourquoi par le présent édit, Nous décrétons et ordonnons que les fonctionnaires intéressés mènent des enquêtes précises et comparent les différents systèmes de gouvernement pratiqués dans les pays d’Europe en s’attachant particulièrement à en étudier les aspects qui peuvent se retrouver dans la Chine actuelle :
    non seulement les institutions monarchiques et l’organisation du pouvoir central, mais encore tout ce qui contribue à la prospérité de nos sujets : système d’examen et d’éducation, agencement des armées, gestion des finances.
    Les fonctionnaires, dans leurs rapports, devront indiquer les transformations qu’ils trouvent souhaitables, désigner les institutions à abolir, les méthodes étrangères à adopter, les institutions chinoises existantes à préserver.
    Nous avons par dessus tout besoin d’un flux constant de talents, d’une saine gestion des finances nationales et d’une armée efficace. (...) » Décret de Sian, 8 janvier 1901. La Faute aux Mandchous Pour les nationalistes chinois, la déchéance de la Chine est due avant tout à l’incapacité des Mandchous. « (...) Avant l’usurpation du trône par les Mandchous, notre pays était ouvert au commerce étranger et la tolérance religieuse régnait, comme en témoignent les écrits de Marco Polo et l’inscription de la tablette nestorienne de [X’]ian. Aveuglés par l’ignorance et l’égoïsme, les Mandchous fermèrent le pays aux contacts extérieurs et plongèrent le peuple chinois dans un obscurantisme destiné à étouffer ses talents et ses capacités naturels (...). Mais par leur désir de perpétuer leur joug sur les Chinois et de s’enrichir, les Mandchous gouvernèrent le pays pour le malheur durable de notre peuple et à son détriment. (...) Ils ont (...) limité aux ports ouverts le commerce avec les étrangers (...) et paralysé le trafic intérieur. Ils ont retardé la création d’entreprises industrielles, rendu impossible le développement des ressources naturelles et volontairement négligé de sauvegarder les intérêts acquis. (...) Ils ont fermé les yeux sur la corruption des fonctionnaires, vendu les postes aux plus offrants et fait passer le jeu des influences avant le mérite. (...) Ils n’ont pas su mettre à profit les leçons douloureuses que les Puissances étrangères nous ont enseignées au cours des ans et ils se sont exposés et ont exposé notre peuple au mépris du monde. (...) » Manifeste de la République de Chine à toutes les nations amies, Nankin, 5 janvier 1912. Textes sur Civilisation extra-européenne : les philosophies et les religions en Chine , et La Chine au XXe siècle, la Chine communiste
     
    ARTICLE écrit par Madame Christiane Peyronnard, et Monsieur Patrice Delpin samedi 20 juin 2015
    sources / https://clio-texte.clionautes.org/La-Chine-des-Qing-au-XIXe-et-debut.html
     
     
     
     
    ARTICLE écrit par Madame Christiane Peyronnard, et Monsieur Patrice Delpin samedi 20 juin 2015
    sources / https://clio-texte.clionautes.org/La-Chine-des-Qing-au-XIXe-et-debut.html

  • Un train pour le Yunnan ou les tribulations de deux Français en Chine

    Par Laurent Filippi | Publié le 13/03/2015 à 09H54, mis à jour le 18/08/2016 à 09H31

     

     

    A la fin du XIXe siècle, de grands groupes industriels et financiers des pays occidentaux veulent conquérir le marché chinois. Ils pressent l’Empire du Milieu d’ouvrir ses frontières au commerce international. La France alors implantée en Indochine propose un projet de construction d’une ligne du chemin de fer reliant le Tonkin à Yunnanfu, la capitale de la province du Yunnan.

    Le 10 avril 1898, le projet est ratifié par les Chinois. Les travaux commencent en 1903. Ils sont pharaoniques et connaîtront de nombreux obstacles (révoltes, paysages sauvages, terrains accidentés, épidémies…). La ligne sera inaugurée le 31 mars 1910.
     
    En 2013, cette voie de chemin de fer de 855 kilomètres est classée au patrimoine mondial de l’Unesco.
     
    L’exposition Un train pour le Yunnan proposée par le Musée national des Arts asiatiques-Guimet (en partenariat avec le Musée départemental des Arts asiatiques de Nice) nous montre à voir les travaux photographiques de deux Français : Auguste François, consul général honoraire et délégué au chemin de fer du Yunnan et Georges-Auguste Marbotte, expert-comptable pour Waligorski, une société sous-traitante de la Compagnie française des chemins de fer de l’Indochine et du Yunnan de 1903 à 1908.
     
    Les deux passionnés de photographie nous font découvrir un pays, un peuple et l’évolution de ce chantier titanesque.

     
    •  
      Georges-Auguste Marbotte
      01 /10
      Georges-Auguste Marbotte,

      ici entouré d’autochtones, profite de ses heures libres pour s’adonner à sa passion photographique. Auguste François lui aussi fixe sur pellicule son quotidien comme sur cet autoportrait où il brandit deux léopardeaux. Il possédait plusieurs animaux domestiques dont une panthère apprivoisée.      © Georges-Auguste Marbotte/Auguste François

    •  
      Ils fixent sur pellicule
      02 /10
      Ils fixent sur la pellicule

      les milieux favorisés des mandarins (gauche) ou les hommes du peuple, comme ici de l’ethnie Yi.    © Auguste François

    •  
      Cliché d’Auguste François
      03 /10
      Cliché d’Auguste François

      d’un pont suspendu en bois qui enjambe la rivière Da Du He entre la Chine et le Tibet. Sur la rive en face, une porte monumentale couverte à étage et, de part et d'autre, quelques maisons le long du fleuve.  © Auguste François

    •  
      Auguste François réside à Yunnanfu 1899 à 1904.
      04 /10
      Auguste François réside à Yunnanfu de 1899 à 1904.

      Rebaptisée Kunming en 1913, la ville fut fondée sous les Hans (206 av. J.-C.-220 ap.  J.-C.). Les murs d'enceinte furent construits sous la dynastie Ming (1368-1644). La ville comptait 50.000 habitants intramuros à l'époque d'Auguste François.

      Sa population actuelle dépasse six millions et demi d'habitants.  © Auguste François

    •  
      Lorsque constructeurs chemin fer arrivèrent sur place
      05 /10
      Lorsque les constructeurs du chemin de fer arrivèrent sur place,

      ils ne disposaient pas d'autre voie d'accès que ces chemins de montagne qu'il a fallu agrandir pour l'acheminement des matériaux et des vivres. Le transport pouvait se faire à dos d'animaux à condition que les charges ne dépassent pas 80 kilos. 12.000 bêtes furent nécessaires.    © Georges-Auguste Marbotte

    •  
      En cas d’ encombrement trop important
      06 /10
      En cas d’un encombrement trop important,

      comme ici les armatures métalliques destinées à la mise en place d’un pont sur arbalétriers, l'acheminement se faisait à dos d'hommes.

       

      Sur 60.000 ouvriers locaux qui travaillèrent sur ce chantier, 12.000 moururent.      !!!    

      © Georges-Auguste Marbotte

    •  
      A proximité pont sur arbalétriers au kilomètre 111.
      07 /10
      A proximité du pont sur arbalétriers au kilomètre 111.

      Sa construction a nécessité de nouvelles méthodes. L'ingénieur Paul Bodin a mis au point une solution assemblant deux treillis triangulaires ancrés plus bas dans la falaise. C’est un pont en arc long de 67 mètres. Cet ouvrage unique a été réalisé en huit mois.      © Georges-Auguste Marbotte

    •  
      Les deux ouvertures part d'autre pont sur arbalétriers au kilomètre 111
      08 /10
      Les deux ouvertures de part et d'autre du pont sur arbalétriers au kilomètre 111

      Ce pont métallique en arc à trois articulations est une première dans le monde entier. Il enjambe une gorge de 102 mètre au-dessus d'un affluent de la Nanxi. Obligé de rentrer en France en mai 1908, Georges-Auguste Marbotte ne vit pas la fin de ce chef d’œuvre.  © Georges-Auguste Marbotte

    •  
      172 tunnels ont été percés 3422 ponts construits.
      09 /10
      172 tunnels ont été percés et 3422 ponts construits.

       

       

      Au final, 3.628 ouvrages ont été réalisés : viaducs, remblais, aqueducs, murs de soutènement…    © DR

    •  
      Ligne Lao-Kay à Yunnanfu
      10 /10
      Ligne de Lao-Kay à Yunnanfu

      Ligne de Lao-Kay à Yunnanfu© MNAAG

       

       

       

      sources / 

      http://geopolis.francetvinfo.fr/un-train-pour-le-yunnan-les-tribulations-de-deux-francais-en-chine-55977


  • Le train du Yunnan

     

    Yunnan-Vietnam :

    une ligne de chemin de fer française... en Chine

    “Un train pour le Yunnan” :

    la folle histoire d'un projet impossible.


     Afficher l'image d'origine

     

    Au début du XXe siècle, deux Français sont les témoins en Chine d'un chantier impossible : construire une voie ferrée à flan de montagne, au dessus du vide.

     

    La Chine traverse à la fin du 19e siècle de profonds troubles.

     

    La Guerre de l’Opium (1839-1842) et les interventions occidentales, qui se soldent par le sac du Palais d’Été (octobre 1860), créent une pression étrangère source de multiples incidents.

     

     Les deux ouvertures part d'autre pont sur arbalétriers au kilomètre 111

    L’exaspération culmine avec la Guerre des Boxers (1899-1901), le siège des légations étrangères durant les « 55 jours de Pékin » et

     

    le partage de la Chine en zones d’influences concurrentes.

     

    Dans ce contexte, la France voulut affirmer sa présence et relier par voie ferrée le nord de la péninsule indochinoise, sous sa domination, au Yunnan, dans le sud de la Chine, s’ouvrant ainsi une voie de pénétration dans le vieil empire fragilisé.

     

    Elle chargea Auguste François, consul en poste, de l’organisation des négociations avec les autorités chinoises en vue de créer la ligne Laokay-Yunnanfu.

     

     

    Entre 1903 et 1908, Georges-Auguste Marbotte rejoint le projet.

     

     

    A eux deux, ils photographient les ouvriers de l’extrême œuvrant dans des paysages singuliers et merveilleux, aux reliefs impressionnants.

     

    Avec leurs objectifs ils immortalisent les populations qu’ils côtoient, leurs coutumes et modes de vie et le travail de titans accompli par les ouvriers locaux sur un chantier singulièrement périlleux.

     

    Leurs magnifiques photographies cadrent le plus souvent les actions et les êtres dans des paysages grandioses aux reliefs impressionnants.

     

     

     

    Devant relier deux mondes, l’Indochine française et le Yunnan sauvage, séparés par les vallées et les montagnes, la voie ferrée a nécessité la construction de 3000 viaducs, tunnels et autres ouvrages, pour un parcours de 500 km entre Laokay et Yunnanfu, soit 6 infrastructures par kilomètre de voie !

     

    À flanc de montagne, ce train traverse la province du Yunnan, à 3 000 kilomètres au sud de Pékin.

     

    Il s'agit d'un train historique.

    ( 12.000 Morts quand même ! parmi les ouvriers chinois ! )

     

     

     

     

    La ligne Yunnan-Vietnam a été imaginée et construite par les Français entre 1903 et 1910.

     

    Avant, le voyage durait 25 jours.

     

    Avec le train, seulement trois jours et demi.

     

     En cas d’ encombrement trop important

     

    En cas d’un encombrement trop important,

    comme ici les armatures métalliques destinées à la mise en place d’un pont sur arbalétriers, l'acheminement se faisait à dos d'hommes.

    Sur 60.000 ouvriers locaux qui travaillèrent sur ce chantier, 12.000 moururent.          

    © Georges-Auguste Marbotte

     

    Afficher l'image d'origine

     

    Face au calvaire des travaux, Auguste François émettait des objections toutes diplomatiques, la ligne pouvant devenir, craignait-il, une porte d’entrée aux ennemis de tous bords.

     

    Cliché d’Auguste François

     

    Il y a 50 ans, c’est par lui que les Chinois fournirent des armes au Viet Minh, qui écrasera l’armée française.

     

    Auguste François réside à Yunnanfu de 1899 à 1904.

     

    Auguste François réside à Yunnanfu 1899 à 1904.

     

    Rebaptisée Kunming en 1913, la ville fut fondée sous les Hans (206 av. J.-C.-220 ap.  J.-C.).

    Les murs d'enceinte furent construits sous la dynastie Ming (1368-1644). La ville comptait 50.000 habitants intramuros à l'époque d'Auguste François. Sa population actuelle dépasse six millions et demi d'habitants.  © Auguste François

     

    Le clairvoyant consul François avait vu juste.

     

     

     

    Après de multiples défis, à l’aube d’un siècle nouveau, le chemin de fer venait relier deux mondes, l’Indochine colonisée et le Yunnan sauvage.

     

     

     Afficher l'image d'origine

     

     

    La voie ferrée devenait un moyen de communication entre Orient et Occident et reste aujourd’hui un symbole fort d’un siècle de relations humaines entre la France et la Chine.

     

     

    Lorsque les constructeurs du chemin de fer arrivèrent sur place,

     

     

     

    Lorsque constructeurs chemin fer arrivèrent sur place

     

    ils ne disposaient pas d'autre voie d'accès que ces chemins de montagne qu'il a fallu agrandir pour l'acheminement des matériaux et des vivres. Le transport pouvait se faire à dos d'animaux à condition que les charges ne dépassent pas 80 kilos. 12.000 bêtes furent nécessaires.    

    © Georges-Auguste Marbotte

     

     

    Cette voie ferrée a été classée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2013.

     

    Aujourd’hui encore, de nombreux chinois empruntent cette ligne Laokay-Yunnanfu, moyen de communication entre Orient et Occident.

     

     

    Il reste sur le tracé de cette ligne, des gares à la française qui séduisent les Chinois.

     

    Ils sont nombreux à s'y faire prendre en photo.

     

    Ils fixent sur pellicule

     

    Des gares bien de chez nous, modèle d’avant le TGV, avec des tuiles mécaniques oranges, une horloge à fond émaillé estampillé d’une maison bisontine, une potence ouvragée et un hangar d’à côté en bardage de bois.

     

     

     http://massonregis.jimdo.com/2016/05/30/le-train-du-yunnan/

     


  •  

     

    Photographs of pre-revolution China, 1870-1946

     
    Photographs of pre-revolution China, 1870-1946. Here is an amazing collection of vintage photographs taken in pre-revolution China, taken in Pre Deng XiaoPing period (1870-1946).
    clip_image002
     
    Chinese Family [c1875]
    Attribution Unk
     
    clip_image006
    Greatwall China [1907] Herbert G. Ponting
     
     


    clip_image004
     
    Group Of Chinese Women With Fans, Canton, China
    [c1880] Afong Lai
     

    clip_image007
     
    Boxer Prisoners Captured By 6th US Cavalry, Tientsin,
     
    China [1901] Underwood & Co
     

    clip_image008
     
    Beggars, Beihai Park [c1917-1919]
     
    Sydney D. Gamble
     
     

    clip_image010
     
    Cholon Actress, Cholon, Saigon, French Cochinchina
    [c1900's]
     
    Attribution Unk
     

    clip_image012
     
    Qing Court Return, The Emperess Dowerger [1902]
    George E. Morrison
     
     

    clip_image014
     
    China, Manchu Ladies Of The Palace Being Warned To Stop Smoking
    [c1910-1925] Frank & Frances Carpenter
     
     
     

    clip_image015
     
     
    Interior Canal, Canton, China [c1917-1919]
    Sidney D. Gamble
     

    clip_image017
     
     
    Pekin, Walls Of The Tartar City [c1894-1896]
     
    William H. Jackson
     
     

    clip_image019
     
    Muslim Bandits, Xinjiang, China
    [c1915]
     
    Marc Aurel Stein
     

    clip_image021
     
    Peking To Paris Autorace [1907]
    Attribution Unk
     

    clip_image023
     
    Bride On Her Way To Wedding, Fuzhou Fujian China
    [c1911-1913]
    Ralph G. Gold
     

    clip_image025
     
    Bomb Protection [c1940]
    Attribution Unk
     

    clip_image027
     
    Mouth Of Coal Mine In Mountain Ridge West Of Ta Chu, China
    MAR [1909]
    Thomas C. Chamberlin
     

    clip_image029
     
     
    Bridges By Which The Night Police Of The Roofs Cross The Streets,
    Canton, China [1900]
    Underwood & Co.
     

    clip_image031
     
    Chang The Chinese Giant [c1870]
    Attribution Unk
     

    clip_image033
     
    Chinese Punishment, Whipping A Lawbreaker
    [c1900]
    Attribution Unk
     

    clip_image035
     
    Peking Mission School Children At Play,
    The Dragon's Head, China [1902]
    Carlton H. Graves Co
     
     

    clip_image037
     
    Foot Bound Girls, Liao Chow, Shansi, China [c1930]
    IE Oberholtzer (Probable)
     
     

    clip_image039
     
    During The Famine Young Child Dying In The Gutter,
    China [1946]
    Geroge Silk
     

    clip_image041
     
    Taiwan Aborigines, Bunun Tribe, Formosa [c1900]
    Attribution Unk
     
     

    clip_image043
     
    Empress Gobele Wan Rong [c1920-1940]
    Attribution Unk
     

    clip_image045
     
    Toy Vendor, Chinatown, San Francisco [c1900s]
    Arnold Genthe
     
     

    clip_image047
     
    Example Of A Coiffure On A Tartar Or Manchu Female,
    Frontview, Peking, Pechili Province,
    China [1869]
    John Thomson
     

    clip_image049
     
    The Meridian Gate, Entrance To The Forbidden City,
    Peking China [1927]
    Herbert C. White
     
     

    clip_image051
     
    Black, Chinese 
     
    Frances Carpenter
     
     

    clip_image053
     
    Ulysses S. Grant & Li Hung Chang,
    Tientsin, China [1879]
    Attribution Unk
     
     

    clip_image055
     
    Jade Belt Bridge & Boat,
    Summer Palace,
    Peking, China
     
    Sidney D. Gamble
     
     
     
     
    clip_image057
     
    Men Laden With Tea, Sichuan Sheng,
    China
    [1908]
    Ernest H. Wilson
     

    clip_image059
     
    Imperial Gate Of The Imperial City,
    Looking North,
    Peking, China [1901]
    Hawley C. White Co.
     

    clip_image061
     
    Family In Lanchow, China [1944]
    Fr. Mark Tennien
    clip_image063
     
    Kampa Dzong, Tibet [1904]
    John C. White
     

    clip_image065
     
    Forest Temple Near Chefoo, Shantung, China
    [c1895]
    William H. Jackson
     

    clip_image067
     
    Singing Girls, Hong Kong, China
    [c1901]
    Benjamin W. Kilburn Co.
     

    clip_image069
     
    A Boat On A River With Rolling Hills In The Background In
    The Kiangsu Province Or Yunnan Province In China
    [1946] Arthur Rothstein
     

    clip_image071
     
    Chinese Aviatrix Receives Gift Of New Plane
    From Colonel Roscoe Turner,
    Washington, D.C. [1939]
    Harris & Ewing
     
     

    clip_image073
     
    Natives At Breakfast, Movable Chow Shop,
    Canton, China [c1919]
    Keystone View Co.
     
     

    clip_image075
     
    Rich Merchants Dining With Singing Girls,
    Pekin, China
    [c1901] Benjamin W. Kilburn
     
     

    clip_image077
     
    A Chinese Professor, China [c1919]
    Keystone View Co.
     

    clip_image079
    Six Strongmen In Traditional Dress,
    China [1909]
    William Purdom
     

    clip_image081
     
    Cake Of Millet & Jujubes, Peking, China [1915]
    Frank N. Meyer
     

    clip_image083
     
    The Harvard Houseboat, Kiating Fu, China [1908]
    Ernest H. Wilson
     

    clip_image085
     
    Stele Pavilion, SacredWay, Ming Tombs, Peking, China
    [c1900] Attribution Unk

    clip_image087
     
    Mercenary Artillerymen Supplied With Guns & Ammunition
     
    By The British [c1880] Attribution Unk
     

    clip_image089
     
    Canton, China [c1880]
    R.H. Brown
     

    clip_image091
     
    Flower Boats, Canton China [c1871]
     
    Emil Rusfeldt

    clip_image093
     
    View Of An Old Village, Kowloon Peninsula, Hong Kong
    [c1946]
    Hedda Morrison
     

    clip_image095
     
    Kidnapped Girls, Foochow, China [1904] Attribution Unk
     

    clip_image097
     
    Yung Ting Men, Front View Of The Two Towers & The Barbican
    [1924] Osvald Siren
     

    clip_image099
     
    Jeunes Filles Chinoises [c1901]
    René Parison
     

    clip_image101
    Tibetan Lhacham, Tibet [c1879]
    Sarat Chandra Das
     

    clip_image103
    Bowl Shaped Objects Scattered Outside
    A Building, Yunnan, China [1922]
    Joseph F. C. Rock
     

    clip_image105
    Ching Yang Temple, Chentu, China [1908]
    Ernest H. Wilson
     

    clip_image107
     
    Leuchtturm Im Cantonfluss [c1891]
    C. R. Hager
     

    clip_image109
     
    Fisherman In Grand Canal By The East Gate, Peking, China [1907]
    Herbert C. White Co.
     

    clip_image111
     
    Queen's Road On Chinese New Years Day, Hong Kong,
    China [1902]
     
    Carlton H. Graves
     

    clip_image113
     
    China,  Kuan Hsien Temple [1908]
    Ernest H. Wilson
     

    clip_image115
     
    Drache Am Schleusenrand Im Túngchou-Kanal, Peking,
    Chihli Province [c1906]
    Ernst Boerschmann

    clip_image117
     
    Examination Hall With 7500 Cells, Canton, China [1873]
    Attribution Unk
     

    clip_image119
    Der Industriebezirk Der Salzbrunnen, Tzeliutsing, Szechúan Province
    [c1906] Ernst Boerschmann
     

    clip_image121
     
    Auf Der Reise Zum Kloster Des Himmelsknaben Bei Ningpo,
    Ningpo-Tíen Túng Sze, Chekiang Province [c1906]
    Ernst Boerschmann
    clip_image123
     
    Der Abt Des Klosters, Tíen túng sze, Chekiang Province [c1906]
    Ernst Boerschmann
     

    clip_image125
     
    Young Mother Carrying A Child On Her Back In The Market,
    Hong Kong Island [c1946] Hedda Morrison
     

    clip_image127
     
    Produce & Wares From Shops Along The Sides Of A Typical Backstreet,
    Western District, Hong Kong Island [c1946] Hedda Morrison
     

    clip_image129
     
     
    Seated Man Amid Baskets Of Fish & Hanging Dried Fish,
    Eastern Districts, Hong Kong Island [c1946] Hedda Morrison
     

    clip_image131
     
    Produce & Wares From Shops Along
    The Sides Of A Typical Backstreet,
    Western District, Hong Kong Island [c1946] Hedda Morrison
     

    clip_image133
     
    House Interior Showing Woman With Bound Feet Tending
    A Stove In The Lost Tribe Country [1936] Hedda Morrison
     

    clip_image135
     
    House Interior Showing A Woman At A Brick Stove,
    A Bucket & A Ladle Made From
    A Gourd In The Lost Tribe Country [1936] Hedda Morrison
     

    clip_image137
     
    Fisher Families With Junks In Aberdeen Harbor, Hong Kong Island [c1946]
    Hedda Morrison
     
     
    clip_image139
     
    Men With Leopard At The Dongan Mission, China [1932]
    Fr. Otto Rauschenbach
     

    clip_image141
     
     
    China's Common Carrier, Her Substitute For Railways,
    A Camel Square In Peking, China [1901] Underwood & Co
     
     
     
     
     
    https://onlinebrowsing.blogspot.fr/2013/05/photographs-of-pre-revolution-china.html 
     
     
     
     

  •  

     

     

    Sidney D. Gamble


    Sidney D. Gamble (1890-1968), un photographe amateur passionné, a commencé à prendre des photos en Chine lors de son premier voyage dans le pays avec sa famille en 1908. Il returnedthree plusieurs fois entre 1917 et 1932 et a continué à photographier la vie quotidienne des citoyens chinois .

     

    Un sociologue et spécialiste de la Chine célèbre, il a voyagé dans tout le pays pour recueillir des données pour les enquêtes socio-économiques et de photographier la vie urbaine et rurale, des événements publics, l'architecture, la statuaire religieuse, et la campagne.

    Gamble utilisé quelques-unes des photographies de sa vaste collection dans ses publications savantes et à des conférences de diapositives, mais la majorité des images ont été jamais publié ou exposé au cours de sa vie.

     

     

    Sidney D. Gamble

    La collection Photographies de numérique Sidney D. Gamble marque la première présentation publique complète de ce grand corps de travail qui comprend des photographies de Corée, Japon, Hawaii, San Francisco, et la Russie.

     

    Photos Anciennes:  La Chine 1917-1919 par le photographe Sidney David Gamble

    Crowd – watching picture being taken. China, Beijing, 1917-1919.

    (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Mr. Chia. China, Tianjin, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Child Collecting Fuel & Scared. China, Tianjin, 1917-1919.

    (Photo by Sidney David Gamble)



    A sa mort, il a laissé sa veuve, l'ex-Elizabeth Lowe, quatre enfants, Catherine, Louise, David et Anne, et dix petits-enfants. Sa fille, Catherine G. Curran, en 1986, a créé la Fondation Sidney D. Gamble, et les Sidney D. Gamble cours sont donnés chaque année à Pasadena, Californie 



    Man Riding Barrow. China, Guan Xian (Sichuan Sheng), 1917-1919.

    (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Selling Old Iron. China, Chengdu, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



    Gamble a visité en 1908 accompagnant ses parents, puis après avoir été diplômé de Princeton en 1912, a étudié le travail et l'économie industrielle à l'Université de Californie, Berkeley, passé six mois sur une bourse de travail dans une école de réforme pour les garçons délinquants.

     

    A cette époque, il a construit la maison qui est devenue connu sous le nom de Sidney D. Gamble House. 



    Lumber Carrier. China, Guan Xian (Sichuan Sheng), 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)


    En 1917, il rejoint le travail de Princeton en Pékin et de Pékin YMCA où son ami

    Princeton John Stewart Burgess l'a invité à faire les enquêtes qui ont abouti à Pékin:

     

    Une enquête sociale, qui comprenait plus de cinquante photographies.

     

    En 1919, Gamble était sur place pour capturer des photos spectaculaires des mai quatrième manifestations étudiantes.

     

    La devise de la Quatrième Mouvement mai,

    «Pour sauver la Chine grâce à la science et de la démocratie», et l'idéal missionnaire de "Sauver la Chine à travers le christianisme" pendant un certain temps semblaient être unis. [4] Quand il est revenu avec son épouse, Elizabeth Lowe, en Chine en 1924, il a utilisé ses ressources familiales d'embaucher une équipe de chercheurs chinois pour étudier 283 familles. Le livre a été publié en 1933 Comment les familles chinoises Live in Peiping (comme Pékin appelait alors). En 1926, Gamble a voyagé pendant trois semaines dans l'Union soviétique avec Sherwood Eddy, un mentor de longue date.
     



    Funeral Feast. China, An Xian, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Carrying Tea. China, Qushan, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Hillcoat Riding Fu Tu. China, An Xian, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Sidney Gamble Chair & Corona. China, Chengdu, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Talley Keeper. China, Shanghai, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Old Gun. China, Mao Zhou, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Mr. & Mrs. Kao (Gao) in Tibetan. China, Zagunao, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Fur collar. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Brush Carrier (Bad). China, An Xian, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Beggar Boy. China, Tai Mountains, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Boy Scouts House. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Harrowing. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    13,500 Cash to Shu Fu Tsang. China, Shu Fu Tsang (Sichuan Sheng), 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Barbers on Bund. China, Yichang Shi, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Policeman in boat during a flood. China, Tianjin, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Two Grandmas, Salvation Army. China, Tianjin, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Children Carrying Firewood. China, Hangzhou, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Soldiers. China, Guangzhou, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



    Alors que la Chine est devenue de plus en plus enflammée par l'agitation patriotique et chef de guerre des combats, il a trouvé l'espoir dans l'expérience Ting Hsien dans la reconstruction rurale menée par le Mouvement d'éducation de masse de James Yen.

     

    En 1931-1932 Gamble a voyagé en Chine pour la quatrième et dernière fois pour organiser les enquêtes dont il se servait pour trois volumes détaillés, Ting Hsien:

     

    Une Chine Communauté rurale du Nord (1954) et la Chine du Nord Villages (1963). Chinese Village Plays, publié en 1970, après sa mort, donner des traductions fondées sur des transcriptions uniques du village perdu yang ko joue, qui diffèrent des danses plus tard.

     

    Jonathan Spence conclut de Gamble que ses «conclusions étaient ouverts d'esprit, lucide, méthodologiquement intelligente (mais pas toujours au-delà de la critique par des chercheurs de différents points de vue), étonnamment imaginatives, et - lorsqu'il est présenté sous forme photographique - vigoureux, exubérants, unsentimental , et nettement, mais jamais cruellement, illustrative de la souffrance profonde et réelle qui se trouvait au cœur de la longue révolution de la Chine 



    Page & Children. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Pusiang Children at Table. China, Hangzhou, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    $5,000 (Five thousand dollar) Check. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Victory Celebration, November 13, Diplomats etc. Baron Hayashi. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Man on Wheelbarrow. China, Kaifeng Xian, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Prison, Making Matches. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



    Beggars, Beihai Park. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)

     

    Beggars, Beihai Park. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Student Arrest Soldiers on Guard. China, Beijing, June 4 1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Hangyang Iron Works. China, Hankou (Wuhan), 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Stove. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Dr. Metcalf & Patients. China, Tianjin, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Needle Pagoda. China, Hangzhou, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Child with Life Preserver. China, Guangzhou, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Woman & Baby. China, Tongliang Xian, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Suspension Bridge. China, Mao Zhou, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Water Chestnuts. China, Hangzhou, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Man on Rope Bridge. China, Zagunao, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Tsinghua Crowd & Poteat family. China, Kaifeng Xian, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Wood Market and Canal. China, Hangzhou, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Sui An Po – Mud. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Funeral Set, Paper Horse & Carriage. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    New Year's worship, Woman lighting Incense. China, Baoding Fu, February 1, 1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Honey Wagon. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Machine Shop. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Chi Hua Men Chapel & Reception Committee. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Buddhist Orphanage Reform School, Lithographing. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    November 29 student demonstration, Tiananmen Square. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    YMCA (Young Men's Christian Association) Building. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Sui An Po children, one picking nose. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Anti-Opium Inspectors. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Winnowing. China, Beidaihe, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    City God, Attendant & Boys. China, An Xian, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Boys Fishing. China, Xindu Xian, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Making Sandals Sun Yien Dien. China, Sanyuan Zhen (Santai Xiang, Sichuan Sheng), 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Grub Boxes. China, Chengdu, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Sawing Coffin Tops. China, Tongchuan (Sichuan Sheng), 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Escort. China, Zhaozhen (Sichuan Sheng), 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Money Changer. China, Tianjin, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Nut Boys. China, Tanzhesi, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Charley. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Ferryman. China, Chongqing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Funeral Paper Servants. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Women Mr. Lie Camp. China, Tianjin, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Boat on Mud Slide. China, Hangzhou, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Weaving Belts. China, Hangzhou, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Thanksgiving Day Review, President's Party at Hall of Supreme Harmony. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Thanksgiving Day Review, President Making Speech Telar. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Road to Temple Beggars. China, Baoding Fu, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Rickshas, Bicycle. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Tsinghua Scouts Cooking. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Opium burning, Group Behind Tables. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Old Man and children. China, Beidaihe, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    American Board District, Blind Beggar. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Mule Litter. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble)



     



    Wedding Carriages. China, Beijing, 1917-1919. (Photo by Sidney David Gamble) 


  • muraille de chine pékin

    Le Projet fou d’une Grande Muraille sous la dynastie Qin

     

     

    La dynastie des Qin fut la première dynastie chinoise.

    Son empereur, Shi Huangdi, unifiat les différents royaumes indépendant pour créer la Chine.

    Chaque royaume avait construit des pans de muraille pour se protéger des invasions barbares.

     

    L’empereur entrepris l’immense projet de relier tous les tronçons pour créer une immense fortification.

     

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    La Grande Muraille de Chine

     

     

    La Grande Muraille de Chine, classée au patrimoine de l'Unesco depuis 1987, fait partie des sept merveilles du monde. Elle reste incontestablement l'une des plus belles et des plus impressionnantes constructions sur notre planète. Tel un gigantesque dragon, la Grande Muraille domine déserts, vallées, montagnes et plateaux.

     

    Elle s'étend sur presque 9000 kilomètres, d'est en ouest.

     

    Construite il y a environ 2000 ans, certaines parties sont aujourd'hui en ruines ou ont carrément disparu mais la Grande Muraille de Chine continue néanmoins d'attirer chaque année des millions de touristes venus des quatre coins du globe grâce à sa grandeur architecturale et aux légendes qui l'entourent.

    Servant dans un premier temps de fortifications aux états de Yan, Zhao et Qin, la Grande Muraille a subi plusieurs extensions et réparations au fil des années.

     

    Dans un premier temps, les murs n'étaient pas rattachés.

     

    C'est l'Empereur Qin Shihuang qui a fait relier les différentes parties afin de repousser les Huns. Il n'y a cependant que très peu d'informations sur sa construction.

    On imagine que des matériaux régionaux ont été utilisés.

     

    Afficher l'image d'origine

    Parmi les ouvriers, on retrouve des soldats, des prisonniers et des autochtones.

    Encore aujourd'hui, la Grande Muraille de Chine joue un rôle important dans la culture du pays.

    Pour visiter la Grande Muraille de Chine, nous vous recommandons de passer par Pékin. Il y a trois sites qui se démarquent peut-être plus que les autres : Badaling, Mutianyu et Simatai. Ce sont les sites les plus fréquentés car les plus accessibles. Badaling est l'une des parties les mieux préservées de la Muraille, mais aussi la plus touristique. Elle se trouve à 70 kilomètres de Pékin et suit un chemin tortueux dans les montagnes, à 1000 mètres d'altitude. Les paysages, splendides, sont on ne peut plus verdoyants.

    Egalement très bien conservé, Mutianyu est un site remarqué pour ses 22 tours de garde, aussi appelés miradors.

     

    Cette section a été construite en granit et mesure 7 mètres de haut.

     

     

    La Grande Muraille de Chine

    On trouve de nombreux ruisseaux et forêts aux alentours. Le cadre est là encore très naturel et la nature luxuriante. Mutianyu, comme Badaling, se trouve à 70 kilomètres de Pékin.

    La Grande Muraille de Chine

     

     

    Elle a longtemps été intégrée à la mythologie et au symbolisme chinois.

     

    La légende la plus connue est sans doute celle de Meng Jiangnu qui aurait fait s'effondrer une partie du mur tant ses larmes de chagrin suite à la mort son époux lors de la construction étaient puissantes.

     

    Simatai est sans doute plus difficile d'accès mais moins envahie par les touristes et surtout plus authentique. Après 3 années de rénovation, cette partie a ré-ouvert en janvier 2014 mais a su garder son apparence originale datant de la dynastie Ming. Simatai est séparée par un lac avec deux sources différentes : une source chaude et une source froide. Elle se trouve à 120 kilomètres de Pékin.


     

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

     

     

    A cette époque, la muraille était faite d’une superposition de couches de terre damée.

    Le pénible travail de construction exigea la participation de centaines de milliers d’ouvriers, dirigés par le Général Meng Tian.

    180 millions de mètres cube de terre aurait été nécessaires à la construction de la Grande Muraille.

     

    Afficher l'image d'origine

    Selon la légende, les corps des ouvriers morts à la tâche auraient également servis de remblai.

     

    Région de Sematai

     

     

    Intégrée de divers murs, de tours de guet et de tours de feu de signalement, la Grande Muraille est avant tout un système de défense redoutable. Photo © Saad Akhtar

     

     

    Pour certains, ceci n’est qu’une légende et les corps auraient été enterrés aux alentours de la muraille…

    La légende populaire chinoise de Meng Jiangnü, participa à entretenir cette croyance.

     

     

    grande-muraille-chine-4

    En effet, cette célèbre légende chinoise raconte l’histoire d’une femme dont le mari mourut d’épuisement à la construction de la Grande Muraille.

     

    Tronçon de Mutianyu

     

    Et cette histoire populaire raconte que le corps de son mari fut enseveli dans le cœur de la muraille…

     

     

    muraille de chine photo

     

    La Muraille de Chine et la Route de la Soie

    Les premiers empereurs de la dynastie suivante, la dynastie des Hans, abandonnèrent l’entretien de la Grande Muraille, préférant négocier avec les envahisseurs du Nord en leur offrant des filles plutôt que de se battre.

    Mais l’empereur Wudi relança la construction de la muraille ; d’une part pour repousser les nomades du nord et d’autre part pour favoriser le commerce et développer la route de la soie!

    Au final, au cours de son histoire, la muraille de Chine servit d’avantage de route pour le transport des hommes et des marchandises que de fortification défensive.

    En effet, malgré sa taille et sa robustesse, les gardes étaient corruptibles, et la muraille ne réussit pas toujours à contenir les envahisseurs!

     

     

    Afficher l'image d'origine

     

     

     

     

     


  •  

     

     

    Le nom de Cochinchine a été employé pour désigner une colonie française, conquise militairement en 1858, dans la partie Sud de l'actuel Viêt Nam.

     

    Par le traité de Saïgon en 1862, la dynastie Nguyễn reconnaît la conquête française.

     

    La France annexe directement le Sud de la Cochinchine - nom jusque-là donné à la moitié Sud de l'actuel Viêt Nam - et s'arroge les terres les plus riches du pays.

     

    Ce n'est que dans les années 1880 que la France conquiert le reste du territoire Vietnamien, divisé en trois parties et placé en 1887 sous l'autorité du Gouverneur général de l'Indochine française. 

     

     

    Histoire - Indochine : La Cochinchine

    La Cochinchine demeure séparée des deux autres parties du territoire vietnamien, l'Annam et le Tonkin, qui ont le statut de protectorats ; ce n'est qu'en 1949 qu'elle est réintégrée au reste du Viêt Nam. La Cochinchine était appelée par les Vietnamiens Nam Ky (« pays du Sud ») ou Nam Bo (« région du Sud »), ce dernier terme étant préféré par les nationalistes.
     

     

    En 1858, le Second Empire organise une expédition de quelques bateaux au royaume d'Annam gouverné par la dynastie Nguyễn), à l'instigation des milieux catholiques, qui dénoncent les persécutions dont sont victimes les catholiques annamites et des milieux d'affaires, qui jugent que la conquête du territoire aidera la France à développer son influence commerciale en Extrême-Orient. Au début de 1857, Mgr Diaz, évêque espagnol au Tonkin, est décapité sur ordre de l'empereur, ce qui fournit une justification à l'expédition de Cochinchine.

     

    Après la signature avec la Chine du traité de Tientsin qui met fin à la seconde guerre de l'opium, l'amiral Rigault de Genouilly est envoyé entamer le siège de Tourane. 

     

     

    Histoire - Indochine : La Cochinchine

    Après une première phase difficile, les Français prennent, en février 1861, la citadelle de Vĩnh Long et l'île de Poulo Condor. L'empereur Tự Đức, confronté dans le Tonkin à une révolte, se résout à négocier avec les Occidentaux ; les amiraux français, de leur côté, manquent de moyens pour aller au-delà de la « Basse-Cochinchine » et n'ont pas d'instructions précises de Paris. Le 5 juin 1862, le traité de Saigon est signé par la France et l'Annam ; la France annexe trois provinces, ainsi que Poulo Condor et trois ports, dont Tourane, sont offerts au commerce français et espagnol. La partie conquise par les Français, qui était jusque-là désignée par les Occidentaux du nom de Basse-Cochinchine (le nom de Cochinchine désignant l'ensemble du Sud de l'Annam et celui de Tonkin le Nord), devient la colonie française de Cochinchine, le nom la désignant désormais de manière exclusive.

     
     
     
    À la suite de la conquête, les Français sont confrontés à un vide politique dans un territoire sous-peuplé, l'administration annamite s'étant retirée. De nouveaux fonctionnaires indigènes sont alors recrutés pour aider à administrer le territoire. La Cochinchine est d'abord soumise à un régime d'administration militaire. Le parti anticolonial, qui trouve la conquête inutile et coûteuse, manque de remporter la victoire en faisant signer, en 1864, un traité de rétrocession de la Cochinchine, mais Napoléon III fait volte-face et dénonce le traité alors que celui-ci a déjà été signé. Le gouverneur de Cochinchine, l'amiral de la Grandière achève la conquête de la colonie dans les années 1860 et annexe de nouveaux territoires en 1867. En 1866-1868, l'expédition d'exploration du fameux lieutenant Francis Garnier sous le commandement du capitaine Doudart de Lagrée remonte le Mékong dans des conditions extrêmement précaires. Doudart de Lagrée meurt de maladie au bout de deux ans d'expédition, mais Garnier en revient convaincu que la bonne voie menant en Chine du Sud n'est pas le Mékong, mais le fleuve Rouge. En 1873, le lieutenant de vaisseau Garnier est envoyé en mission au Tonkin pour « protéger le commerce en ouvrant le pays et son fleuve à toutes les nations sous la protection de la France » ; il conquiert certains territoires, mais il est tué dans une embuscade tendue par les Pavillons noirs, pirates chinois que l'Annam utilise comme soldats mercenaires.
     
    En 1874, par le « traité Philastre », la France restitue à l'Annam les villes prises par Garnier et reconnaît la souveraineté de l'empereur Tự Đức sur le Tonkin ; en échange, l'empereur vietnamien reconnaît la souveraineté française sur l'ensemble de la Basse-Cochinchine, y compris les provinces annexées en 1867, et garantit la liberté religieuse, mettant fin pour un temps aux persécutions contre les missionnaires et leurs convertis. Mais la Chine, suzeraine de l'Annam refuse de reconnaître le traité, ce qui entraîne par la suite la guerre franco-chinoise.
     
    En 1880, les Français créent une assemblée élue, le Conseil colonial, où siègent quelques Annamites désignés par les chambres de commerce et d'agriculture. L'éligibilité et le suffrage sont réservés aux Français : les Annamites « sujets français » n'accèdent au suffrage que par la naturalisation, qui ne concernera jamais qu'un petit nombre de personnes dans toute l'Indochine (surtout en Cochinchine). Le Conseil colonial, principalement composé de petits fonctionnaires et de colons, devient en quelques années la principale instance dirigeante en Cochinchine. À partir de 1881, la Cochinchine est représentée à l'Assemblée nationale française par un député.
     
    Les incursions des Pavillons noirs, qui gênent notamment le commerce cochinchinois, provoquent en 1883, l'expédition du Tonkin : en 1885, le reste du territoire annamite est mis sous protectorat. Deux ans plus tard, les trois régions, Tonkin, Annam et Cochinchine, sont incorporées à l'Indochine française, dont le gouverneur-général devient le supérieur hiérarchique du gouverneur de Cochinchine.
     
    La Cochinchine demeure cependant régie par un régime distinct des deux protectorats d'Annam et du Tonkin : un indigène du Tonkin désirant se rendre en Cochinchine a besoin pour cela d'un laisser-passer, et le souverain vietnamien lui-même a besoin d'une autorisation du gouvernement colonial.
     
    Alors que le Tonkin est le foyer administratif de l'Indochine et que l'Annam est peu développé, la Cochinchine est la région la plus dynamique économiquement, et le terrain privilégié de la colonisation agricole. C'est également en Cochinchine que la densité de population européenne est la plus forte. À partir de 1900, la culture de l'hévéa s'affirme comme une grande réussite économique de l'Indochine française, et devient la seconde production du pays, après le riz L'enseignement est développé et une bourgeoisie vietnamienne occidentalisée apparaît. La Cochinchine demeure cependant une société profondément inégalitaire : 50 % des terres sont possédées par 2,5 % de la population, qu'il s'agisse des colons - peu nombreux - ou des élites annamites qui vivent de la rente foncière.
     
    Dans la première moitié du xxe siècle, la Cochinchine est, comme le reste du territoire vietnamien, marquée par le développement d'une agitation nationaliste et indépendantiste. C'est principalement dans la colonie que prospèrent, dans les années 1920-1930, des organisations politico-religieuses comme le caodaïsme et la secte Hoa Hao.
     
    Durant la Seconde Guerre mondiale, la Cochinchine est, comme le reste de l'Indochine, occupée par l'armée du Japon, qui laisse cependant en place l'administration coloniale française, coupée de la métropole. En mars 1945, les Japonais s'emparent de l'Indochine : si l'Annam et le Tonkin sont unifiés au sein d'un nouvel Empire du Viêt Nam (nom remis à l'honneur par les Japonais) dirigé symboliquement par une monarchie vietnamienne officiellement indépendante, les Japonais conservent pour la Cochinchine un statut à part et l'administrent directement, en conservant à leur profit les structures de l'administration française. Ce n'est qu'en août 1945, peu avant la reddition du Japon, que l'unification de la Cochinchine au gouvernement indépendantiste vietnamien est proclamée ; cette annexion ne se fait que de manière théorique, car l'empereur Bảo Đại abdique quelques jours plus tard, tandis que le Việt Minh dirigé par Hô Chi Minh prend le pouvoir au cours de la révolution d'Août.
     
    L'Indochine vit à l'automne 1945 une situation chaotique : le pouvoir du Việt Minh est bien moins assuré qu'au Tonkin et au Nord de l'Annam et les groupes nationalistes s'agitent. Les troupes britanniques débarquent en Cochinchine, mais n'ont pas d'effectifs suffisants pour maintenir l'ordre et des Français sont massacrés à Saïgon. Ce n'est qu'en octobre 1945 que les troupes françaises, commandées par le général Leclerc, peuvent débarquer en Cochinchine, repousser progressivement l'ennemi et reprendre l'administration de la colonie, puis du reste de l'Indochine. Mais les Français reprennent difficilement l'administration de l'Indochine, faute d'hommes et de moyens dans ces années d'après-guerre.
     
    Dans le cadre des difficiles négociations entre la France et Hô Chi Minh sur le futur statut du Viêt Nam, la question de la Cochinchine demeure une pierre d'achoppement. En 1946, à l'instigation de l'amiral d'Argenlieu, une « République de Cochinchine » est proclamée, la colonie ayant désormais un statut politique hybride ; cette proclamation contribue à faire échouer la conférence de Fontainebleau par laquelle la France visait à régler avec le Việt Minh la question indochinoise.
     
    Le gouvernement cochinchinois, presque sans moyens, est de surcroit confronté à une guérilla menée par les troupes sudistes du Việt Minh.
     
    Le président de la Cochinchine, Nguyễn Văn Thinh, découragé, se suicide au bout de quelques mois ;
     
    Lê Văn Hoạch lui succède.
     
    À la fin 1946, Hô Chi Minh repasse dans la clandestinité et la guerre d'Indochine éclate. Alors que la France cherche une solution politique pour le statut du Viêt Nam, le Conseil colonial retire sa confiance à Lê Văn Hoạch en octobre 1947 ; le général Nguyễn Văn Xuân lui succède à la tête du gouvernement de la Cochinchine, qu'il rebaptisé Gouvernement provisoire du Sud Viêt Nam. La réticence d'une partie des milieux politiques cochinchinois, où existe un courant autonomiste, retarde le règlement du statut de la colonie.
     
    En mai 1948, Xuân quitte ses fonctions pour devenir le chef d'un Gouvernement central provisoire du Viêt Nam, réunissant l'Annam et le Tonkin en attendant que la question de la Cochinchine soit réglée, condition pour que l'ex-empereur Bảo Đại accepte de prendre la tête d'un Viêt Nam réunifié.
     
    Trần Văn Hữu succède à Xuân à la tête du gouvernement cochinchinois. Une assemblée territoriale est formée dans le but de voter le rattachement de la Cochinchine au reste du Viêt Nam, ce qui est fait le 23 avril ; le 20 mai, le Parlement français ratifie la décision. L'État du Viêt Nam est proclamé le mois suivant. Le terme Cochinchine est encore utilisé un temps pour désigner le Sud du Viêt Nam, mais tombe progressivement en désuétude.
     
    Sources : 
    Philippe Devillers, Histoire du viêt-nam de 1940 à 1952, Seuil,‎ 1952 
    Philippe Franchini, Les Guerres d'Indochine, Pygmalion - Gérard Watelet,‎ 1988 
    Pierre Brocheux et Daniel Hémery, Indochine : la colonisation ambiguë 1858-1954, La Découverte,‎ 2001
     
     
    Sources !
    http://www.cambodgemag.com/2016/05/histoire-indochine-la-cochinchine.html
     
     
     
     

  •  

     

    Né dans un obscur village des bords du Yangtsé, C.T. Loo (1880-1957) devient, par son extraordinaire talent, le plus grand marchand d'art asiatique de son époque.

     

    Il crée un nouveau goût, là où l'Occident ne connaissait que les «chinoiseries»

     

     JE CONNAIS cette maison depuis mon enfance !

    Singulière sous le ciel de Paris, avec ses volumes élégants et sa peau « sang de boeuf » caressée par la lumière, la Pagode reflète la passion de son premier propriétaire, l'antiquaire Ching-Tsai Loo (1880-1957), pour les arts de l'Asie.

     

    Une pagode ? !! à PARIS ?!!
    IGNORANCE !

    Rien d’étonnant pourtant tant on trouve à Paris nombre de mosquées, temples, et autres édifices destinés à toutes confessions religieuses…!!

     



    Oui, mais le caractère original de la Maison Loo est qu’elle n’est en aucun cas un bâtiment religieux, mais simplement le résultat de l’amour d’un homme pour son pays d’origine

     

    – la Chine – et de sa volonté de le partager avec son pays d’adoption – la France. !

    Arrivé en 1902 à Paris, Ching Tsai Loo est un marchand d’art à la réussite fulgurante.

     

     

     

     

     

    Il rachète un hôtel particulier construit en 1880, de style Français classique, pour y exercer son activité à quelques pas du Parc Monceau. M. Loo a de la chance,


    Ce chinois ambitieux, originaire de la province méridionale du Zhejiang, s'établit à Paris au début du XXe siècle et devint le plus fameux spécialiste du commerce d'antiquités orientales que connut son époque.!!

     

    En 1926, Monsieur Loo un riche antiquaire chinois décide de racheter un hôtel particulier du 8ème arrondissement de Paris pour le transformer en pagode chinoise.

     

    Apres deux années de travaux, seule une pièce de l’hôtel particulier témoignait encore du passé haussmannien du bâtiment :

     

    cette pièce, jamais touchée est resté le bureau de la société pendant des années.

     

    PagodeParis2_Lutetiablog-Lutetia

     

    Rehaussée de deux étages, agrémentée d’un toit typiquement asiatique avec des tuiles vernis, la maison ressemble trait pour trait à une pagode chinoise.

     

    Un portique précède la porte, les deux entrées n’étant pas alignées pour éviter aux mauvais esprits de pénétrer dans la maison.

    Entrer dans ce bâtiment (aujourd’hui un musée / une gallérie d’art) permet de se sentir immédiatement dans un autre monde.

     

    Le plafond est décoré de stucs d’animaux sauvages, des frises représentent des animaux fantastiques ou des carrosses, chars ou cavaliers….

     

    L’ouverture en demi lune est aujourd’hui parfaitement alignée avec une œuvre d’art représentant un vase ce qui crée une perspective très intéressante.

     

     

     

     

    On continue le tour en visitant le premier étage avec des portes découpées dans des paravents du 18 ème et des peintures qui représentent des animaux, toujours par deux bien sur selon les croyances asiatiques pour avoir le Ying et le Yang.

     

    A l’époque où le bâtiment était encore un magasin, ces placards magnifiques contenaient des porcelaines Ming.

     

     Afficher l'image d'origine

     

     

    Arrivé en 1902 à Paris, Ching Tsai Loo est un marchand d’art à la réussite fulgurante.

    Il rachète un hôtel particulier construit en 1880, de style Français classique, pour y exercer son activité à quelques pas du Parc Monceau. M. Loo a de la chance,

     

     

     

     

     

    Le deuxième étage n’est pas visitable et le troisième étage ne garde aucune trace de son époque asiatique.

     

    Le quatrième étage héberge quand à lui une  merveille :

     

    une salle entière composée de boiseries et sculpture sur bois.

     

    Cette salle est unique par son intégralité : c’est une des seules anciennes pièces indienne au monde à ne pas avoir été découpé et vendue en petits bouts, ce qui lui vaut aujourd’hui d’être classé à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.

     

    Afficher l'image d'origine

     

     

    Les boiseries proviennent du Rajasthan et les autels viendraient de Pondichery.

    Il reste la dernière salle et le chemin de ronde au niveau du toit, malheureusement non ouverts au public.

     

     

    Cette visite insolite à Paris est également l’occasion d’admirer des œuvres d’artistes asiatiques.

     

    Sont actuellement exposées des œuvres de Ran Hwang une coréenne qui fait des réalisations à base de boutons, d’épingle et de fils, Li Xiaoffeng qui crée des objets à partir de porcelaine chinoise cassée et Chan Dany qui utilise la technique de la mosaïque pour réaliser des tableaux en taillures de crayons de couleur.

     

     

     

     

     

     

    Afficher l'image d'origine

     

     

    Dominé par les hôtels particuliers à la française et par l’imposante architecture haussmannienne, cet espace unique et inattendu a de quoi étonner les passants.

     

     

    A l’origine, au 19ème siècle, il s’agissait d’un hôtel particulier “classique” qui se fondait dans la masse.

     

    Mais en 1925, un collectionneur d’art asiatique achète le bâtiment. Ching Tsai Loo, par amour pour sa patrie, décide de transformer cet endroit et d’en faire

    un hôtel particulier pour remercier la France !

     

     

     

     

    Cet espace devient un véritable écrin de la collection d’art asiatique.

     

    A la mort de Monsieur Ching Tsai Loo, en 1957,

    la pagode ferme ses portes et baisse ses rideaux.

     

     

    Mais en 2012, un investisseur privé décide d’ouvrir ce trésor architectural au public.

     

     

     

     

     

     

    A quelques pas du Parc Monceau, la Maison Loo détonne dans ce quartier haussmannien du VIIIe arrondissement.

    un bel immeuble d’architecture extrême orientale, la maison de Monsieur Ching Tsai Loo

     

     

     

    A l’angle de la rue de Courcelles et de la rue Rembrandt,

    Arrivé en 1902 à Paris, Ching Tsai Loo est un marchand d’art à la réussite fulgurante.

     



    Il rachète un hôtel particulier construit en 1880, de style Français classique, pour y exercer son activité à quelques pas du Parc Monceau. M. Loo a de la chance,

     

     

     

     

     

    Une folie que l'on doit à monsieur Loo, marchand et collectionneur d'art asiatique qui décide de transformer son hôtel particulier en pagode chinoise rouge vif.

     

     

     

     

    En 1926, l'édifice devient l'écrin de la collection d'art asiatique présentée

    par la galerie C.T LOO et Cie.

     Afficher l'image d'origine

    L'édifice a aujourd'hui gardé sa vocation première et accueille

    une galerie d'art et des expositions.

     

     

     

     

     

     

    Afficher l'image d'origine

     

     

     

     

    Voici la formidable aventure d’un orphelin né dans un obscur village des bords du Yangtsé qui devint le plus grand marchand d’art asiatique de son époque.

    Au début du XXe siècle, C.T. Loo (1880-1957) crée un nouveau goût, là où l’Occident ne connaissait que les « chinoiseries ».

    Dans sa pagode parisienne ou sa galerie new-yorkaise, Européens et Américains découvrent la grande statuaire, les fresques bouddhiques, les jades et bronzes archaïques chinois.

    Honoré en Occident pour avoir enrichi les grandes collections publiques et privées, cet homme si discret est honni en Chine pour avoir pillé les trésors nationaux.

    La vie extraordinaire de ce « Kahnweiler chinois » offre un éclairage passionnant sur la rencontre de la Chine avec l’Occident

     

     

     

    - ces bibelots étranges et abâtardis mis à la mode par les frères Goncourt.

     

     

     

    Dans sa pagode parisienne

     

    ou sa galerie new-yorkaise sur la Cinquième Avenue, Européens et Américains découvrent le «véritable art chinois» :

     

     

    la grande statuaire, les fresques bouddhiques, les jades et bronzes archaïques.


    Derrière la figure respectée du grand marchand s'en cache une autre, plus controversée. Honoré en Occident pour avoir enrichi les plus grandes collections publiques et privées, cet homme discret et volontiers manipulateur est accusé en Chine d'avoir pillé les trésors nationaux.

     

     

     

     

    Afficher l'image d'origine

     

     

    Au lendemain de la révolution de 1949, il parviendra miraculeusement à échapper aux représailles mais ses associés connaîtront tous une fin tragique.

     

     

     

     

     

     


    Le parcours éminemment romanesque de cet homme hors du commun constitue un tableau saisissant du monde de l'art dans la première moitié du XXe siècle, de ses grandes figures et de ses pratiques, entre Paris, Londres, New York et Shanghai, tandis que sa vie extraordinaire, ponctuée par les grands événements de l'Histoire, offre un éclairage passionnant sur la rencontre de la Chine avec l'Occident.

     

     

     

     

     

    Année après année, la Pagode a attiré les collectionneurs et les artistes, venus y nourrir leur imagination.

    Janine Loo, la quatrième fille de monsieur Loo, prit en 1947, à la demande de son père la direction de la Pagode. Née dans un train, en 1920, entre Poitiers et Angoulême, la jeune femme avait hérité la passion de sa famille pour l'art et les voyages.

    Elle épousa le poète et journaliste Pierre Emmanuel (1916-1984), en 1952 et se lia d'amitié avec le psychiatre et psychanalyste Jacques Lacan (1901-1981).

     

    Cette maison d'antiquités a été tenue par le petit-fils
    de Monsieur Loo, MICHEL CORDOSI , mais, trop endommagée par les griffes du temps, elle a dû subir une importante réfection.

     

     



    Géraldine Lenain est historienne de l'art.

    Afficher l'image d'origine 

    Elle a vécu une grande partie de son enfance en Chine.

    Installée depuis 2010 à Shanghai, elle dirige les activités liées aux objets d'art chinois d'une grande maison de vente aux enchères internationale.

     

     

     Cette maison d'antiquités a été tenue par le petit-fils
    de Monsieur Loo, MICHEL CORDOSI , mais,

    trop endommagée par les griffes du temps, elle a dû subir une importante réfection.

     

     

     

    Après deux ans de travaux, elle a rouvert ses portes
    au public le 12 Octobre 2012.

    Elle est désormais destinée à accueillir des expositions, des évènements culturels et des ventes d’art asiatique.

    Les visiteurs pourront également découvrir la bibliothèque privée de Ching Tsai Loo,

    un lieu exceptionnel qui abrite plus
    de 2000 livres, 3000 catalogues d’art, 3000 photographies

    et la correspondance de l'ancien maître des lieux.

     

     

     

     

     

    On aperçoit au premier étage, derrière les fines colonnes qui rythment la façade, un petit balcon où se retrouvaient autrefois les collectionneurs venus rendre visite à Ching Tsai Loo.

    China Beijing The Forbidden City | In #China? Try www.importedFun.com for award winning #kid's #science |:

     

     

     

    Une fois par an, le célèbre marchand organisait dans
    son « palais des arts » de fastueuses fêtes mondaines,

    prisées du tout-Paris et de ses clients internationaux.

     
     
     

     

     


  • Afficher l'image d'origine

     

     

    Marché de l’art. Les secrets du plus célèbre des marchands d’art chinois, Ching Tsai Loo, qui fit connaître l’art de son pays en Occident, révélés dans la biographie que lui consacre Géraldine Lenain, experte chez Christie’s à Shanghai.

     

    Longiligne, des cheveux lisses et blonds, des mains fines qui bougent sans brusquerie lorsqu’elle parle, Géraldine Lenain se livre avec délicatesse et des faux airs de Sandrine Kiberlain dans le salon de thé parisien où nous la rencontrons. Elle s’apprête à prendre un vol pour New York. Elle est de passage en France. Directrice internationale des départements de céramiques et d’objets d’art chinois de Christie’s, elle vit à Shanghai et voyage beaucoup.

     

     

    « Elle a un “oeil” », loue l’expert Thierry Portier,spécialiste des arts asiatiques, qui l’a formée avant qu’elle n’entre dans une maison de vente aux enchères. Un “oeil”, c’est le mot-clé qui revient dans la bouche de Géraldine Lenain pour parler de Ching Tsai Loo (1880-1957) plus connu sous le patronyme de “C. T. Loo”, le plus célèbre marchand d’art asiatique, le “Kahnweiler chinois”. « Celui entre les mains de qui passent, pendant plus d’un demi-siècle, les pièces les plus extraordinaires d’art asiatique », tient-elle à préciser.

     

    Elle lui consacre une biographie, Monsieur Loo, qui relève parfois du roman.

     

     

    Se pencher sur ce qu’était, en Occident, la perception de l’art chinois avant “Monsieur Loo”, donne la mesure de son influence :

     

    « On ne connaît alors que les “chinoiseries” — ces bibelots étranges et abâtardis mis à la mode par les frères Goncourt. » C. T. Loo va former le goût des puissants. On découvre grâce à lui la grande statutaire, les jades archaïques, les fresques bouddhiques.

     

     

    Il n’est que le “serviteur” d’un riche Chinois lorsqu’il arrive à Paris, en 1902, mais dès lors qu’il trouve sa vocation dans l’art, son ascension est fulgurante.

     

     

    Afficher l'image d'origine

     

     

    Dès les années 1920, il a pour clients les Rockefeller, les Morgan, les Vanderbilt. Il enrichit les plus grandes collections privées et publiques.

     

    Il est incontournable pour de prestigieuses institutions comme le musée Guimet, à Paris, ou le Metropolitan Museum of Art de New York.

     

    En 1915, il y ouvre une galerie sur la 5e Avenue.

     

     

    Entre 1926 et 1928, il fait construire La Pagode, immense villa chinoise dans la rue de Courcelles, dans le VIIIe arrondissement.

     

    C’est ici que le travail de « reconstitution d’une vie » commence pour Géraldine Lenain.

     

     

    « En 2006, j’ai été invitée par ses descendants à consulter ses archives, retrouvées par hasard à La Pagode. J’ai consulté ces milliers de pages de correspondance sur place. Le puzzle était complexe.

     

    L’enquête m’a demandée six années de travail. »

     

    Elle met à profit ses qualités professionnelles : des recherches méthodiques, de l’opiniâtreté pour mener un travail au long cours.

     

    Autre atout, pour avoir vécu une partie de son enfance en Asie, la Chine lui est aussi familière qu’elle le fut pour Lucien Bodard.

     

    Géraldine Lenain parle le mandarin et fut le premier expert occidental à travailler pour une maison de ventes chinoise, Guardian.

     

    Avec une proximité singulière, elle chemine au coeur des choix de cet homme de l’art chinois, distingué, résolu, énigmatique, défendant au mieux ses intérêts.

     

    Elle décortique son parcours qui fut « éminemment romanesque », alors qu’il brouille les pistes constamment, mentant sur ses origines, cachant sa double vie — chinoise et française —, cultivant maintes contradictions : il est fier de son pays natal mais pille sans vergogne ses trésors, il est à la fois un affairiste et un philanthrope.

     

    « En Chine, il est considéré comme un traître pour avoir exporté des stèles de Taizong, deuxième empereur de la dynastie des Tang. »

     

    L’auteur révèle un homme parfois manipulateur, qui, au lendemain de la Révolution de 1949, sera le seul « à échapper aux représailles ». Sacrifiant son guanxi (“réseau”) et défendant vaille que vaille l’idée que « les objets d’art parcourent le monde tels des ambassadeurs silencieux ».

     

     

    Voici la formidable aventure d’un orphelin né dans un obscur village des bords du Yangtsé qui devint le plus grand marchand d’art asiatique de son époque.
    Au début du XXe siècle, C.T. Loo (1880-1957) crée un nouveau goût, là où l’Occident ne connaissait que les « chinoiseries ».

     

    Dans sa pagode parisienne ou sa galerie new-yorkaise, Européens et Américains découvrent la grande statuaire, les fresques bouddhiques, les jades et bronzes archaïques chinois.
    Honoré en Occident pour avoir enrichi les grandes collections publiques et privées, cet homme si discret est honni en Chine pour avoir pillé les trésors nationaux.

     

    La vie extraordinaire de ce « Kahnweiler chinois » offre un éclairage passionnant sur la rencontre de la Chine avec l’Occident.

     

    Monsieur Loo.

    Le Roman d’un marchand d’art asiatique, de Géraldine Lenain, Éditions Philippe Picquier, 272 pages, 19 €. En librairie le 29 mars.

    Photo © SHANGGI NET

     

    Géraldine Lenain est historienne de l’art et spécialiste de l’art chinois.

    Elle a vécu une grande partie de son enfance en Chine.

    Installée depuis 2010 à Shanghai, elle dirige les activités liées

    aux objets d’art chinois d’une

    grande maison de vente aux enchères internationale.

    www.afhongkong.org

     
     

  • Regard d'un dirigeant métropolitain sur ses ouvriers indochinois en 1933...

    "LES ANNAMITES CHEZ EUX" 

    René Bouvier (La Revue des deux mondes, octobre 1933)

     

    Voici un témoignage fort intéressant sur la perception d'un français de métropole sur les Annamites.

     

    Les défauts annoncés sont ceux couramment avancés par les colons, qui se plaignent d'être les victimes fréquentes de divers larcins. Le colonialisme a peut être encouragé ce "défaut", car la délinquance n'a jamais été trait culturel chez le vietnamien.

     

    En revanche l'analyse des autres qualités et défauts méritent le détour !

     

    J'ajouterai, à titre personnel, un trait de caractère non repris ici mais j'ai trouvé dans un ouvrage ancien et que je trouve toujours d'actualité:

     

    "mais l'Annamite n'est qu'un grand enfant que l'expérience ne rendra jamais plus sage" 

     

     

    René Bouvier est issu de la haute Société protestante (HSP), administrateur de la SFFC (future SOFFO), filiale de la Banque de l’Indochine dirigée par Edmond Giscard d’Estaing (note A.L.)].

     

    Les notes entre crochets sont d'Alain Léger. 

    Merci à Alain Léger pour cette contribution !     

     Texte en version pdf (95k)

     

    Texte 

    Quelques défauts.

    "Commençons par leurs défauts, pour déblayer le terrain. Jamais je n'oublierai le spectacle étrange, à l'aube, dans un demi-sommeil alourdi de fièvre, de mon pantalon courant affolé par la chambre. Je bondis à sa poursuite, la fenêtre le happa?; je sortis dans la cour, plus rien. Fuite définitive: des mains invisibles, comme dans la Chatte blanche, avaient commis ce rapt; entendez : pêcher mon vêtement sur ma chaise au moyen d'une longue perche en bambou. 

    Un ami revenant de France ne retrouve plus son service de table; il a la satisfaction de manger dedans le lendemain chez un ami, magistrat par-dessus le marché. Où l'as-tu acheté? — Rue de la Porcelaine: je tiens à te donner l'adresse, car c'était une remarquable occasion: devine combien je l'ai payé?. Mon camarade n'insista pas

    On connaît l'histoire de ce boy d'un haut magistrat du Tonkin. Il promettait, moyennant finances, son appui à l'un des plaideurs, s'engageant à rendre l'argent si son intervention était inefficace. Sa femme tenait le même langage à l'autre partie. À l'issue du procès, tout le monde était satisfait, même le perdant auquel on restituait, avec force excuses et regrets, les arrhes qu'il avait versées. 

    Pas une usine, pas une plantation où le contremaître et les fournisseurs ne cherchent à faire main basse sur une partie de la paye de I’ouvrier et du coolie, à prélever une impitoyable dîme. Si ce dernier veut être engagé, il devra promettre tant pour cent sur son salaire, et s'il ne s'exécute pas, il n'est pas chassé, — car alors la vigilance des dirigeants serait mise en éveil, — mais des menaces le font disparaître mystérieusement. La moindre approbation, la moindre promotion de grade est interprétée par son bénéficiaire comme une possibilité de pressurer impitoyablement ses compatriotes. 

    Un des aspects de cette exploitation, c'est l'usure. Le malheureux paysan annamite succombe littéralement sous le poids des dettes qu'il a dû contracter pour se procurer des semences, un buffle, quelques instruments aratoires. Nous avons ouvert la culture du riz, par un magnifique effort de colonisation, des surfaces nouvelles immenses?; nous avons créé des Caisses de crédit agricole. Or les terres n'ont pas été réparties entre ceux qui vraiment les travaillent, ou leur ont été ensuite arrachées; notre argent ne leur est pas davantage parvenu. Il leur est finalement prêté, par ceux auxquels nous avons fait des avances, à des taux et à des conditions qui constituent pour eux un écrasement parfois définitif. Espérons que nous saurons profiter de l'occasion unique offerte par la crise actuelle, qui a fini par mettre à mal cette classe de spoliateurs,. pour tenter d'établir un contact direct entre le capital, — notre capital, — et le travail. La lutte contre cette néfaste exploitation d'un peuple pauvre et souvent affamé est I'une des raisons, parmi tant d'autres, de la nécessité du maintien intégral de notre autorité en Indochine. Si nous commettions la folie, pour des raisons prétendues humanitaires, de relâcher tant soit peu notre surveillance, I'Indochine se trouverait livrée, comme autrefois, à des exactions odieuses, survivance des abus des mandarins, qui réapparaissent dès que vigilance se trouve quelque peu en défaut. 

    Souhaitons que les hommes d'intelligence et de bonne volonté dont le jeune Empereur de l'Annam vient de s'entourer, — à la suite d'une révolution de palais qui eût alimenté, par ses péripéties multiples et pittoresques, la verve d'un Saint-Simon, —fassent partir de haut d'indispensables exemples et contribuent à cet affranchissement d'un peuple digne d'estime, en ledébarrassant d'habitudes centenaires qui paralysent son essor

    Autre petit défaut des Annamites. Dans une usine de papier [Papeteries de l’Indochine*, du groupe SFFC], une malfaçon grave a été commise, entraînant un accident mortel. Il importe absolument. de sévir. Or, impossible de dégager la vérité et de découvrir le responsable. C'est la conspiration du silence; personne n'a rien entendu, ni rien vu. Enfin, vous mettez la main sur un chef dé fabrication qui était là, vous en avez la certitude. Vous allez pouvoir faire aboutir votre enquête, car, au surplus, il entend fort bien le français. Du coup, il l'a brutalement oublié, bredouille des heures entières sans que notre impatience paraisse en quoi que ce soit le troubler; poussé à bout, il vous égare sur une fausse piste. Inutile de vous mettre en colère, la perte de votre contrôle tournerait à votre entière confusion. Il semble que la vérité ait pour les Annamites quelque chose de brutal et de dangereux et que sa précision même les rebute. C'est une lumière qui brûle. 

    Les Qualités

    Les qualités vont maintenant prendre leur revanche. 

    Tout d'abord le courage. Les Annamites sont admirablement courageux. Un excellent petit apprenti, un becon comme on les appelle, tourne depuis quelques jours avec admiration autour d'une nouvelle machine à papier; la bouche ouverte, il darde des heures entières ses petits yeux noirs vers ce monstre qui siffle et qui fume. Il interroge, veut comprendre comment l'appareil fonctionne. Une curiosité soudain le saisit et pour voir «comment cela fait», il glisse sa main entre deux cylindres de la sécherie, et en sort un chiffon émacié et sanglant. Il court vers nous sans un cri, sans flancher. Tant bien que mal, car il n'y a pas une minute à perdre, nous l'amputons, le ligaturons, sans une plainte de sa part. Il regagne à pied, en tenant son moignon, la can nha paternelle. Huit jours après, à son retour, il demande à travailler au service du monstre qui l'a blessé.

    Au cours de la révolte de Vinh, fanatisées par les extrémistes, les bandes ont marché sur les mitrailleuses, tranquillement, en se tenant la main. C'est au courage des Annamites qu'est due en partie leur remarquable expansion en Indochine. Ils ont chassé les Cambodgiens du delta, largement contribué à la chute des Khmers, réduit à rien le royaume des Chams, et maintenant les Laotiens reculent devant eux, tant cette race a de rayonnement et de mordant. Si toutes les conditions requises par la religion sont remplies, si l'Annamite a l'assurance que ses mânes seront révérées, qu'elles trouveront un asile, il songe à la mort avec une sérénité parfaite. Son fils, légitime ou adoptif, lui donnera, s'il le peut, un beau cercueil qu'il fait admirer aux visiteurs. Puis, il se commande un tombeau, dans un lieu riant, au pied d'une colline, près d'un bouquet d'arbres, et si possible d'un ruisseau. ... 

    Mais la race annamite, en dehors de son courage, est servie par bien d'autres qualités hors pair: adresse, patience, esprit d'observation. Nous partons dans la brousse pour quelques jours. Mon cuisinier (bep) me demande avec insistance de lui prêter ma montre. J'hésite, me souvenant de l'histoire toute récente du pantalon. Enfin je me décide. — Qu'en as-tu fait?? dis-je, la lui réclamant dès mon retour. Il me la rapporta intacte. — Moi, en avoir fait une. — Montre-la. Alors il me présente fièrement une sorte de gros réveil, bricolé au moyen de boîtes de conserves, de morceaux de bambou, d'un vieux ressort d'acier donné par le chef d'atelier. À ma stupéfaction, le réveil marche... à la condition d'être remonté toutes les trois heures. J'entends le soir, dans la cuisine, le grincement de crémaillère qui redonne du souffle à ce nouvel et bruyant habitant de mon bungalow solitaire.  

    Dans une imprimerie importante, à Hanoï [Imprimerie d’Extrême-Orient (SFFC)], des enfants de douze à seize ans deviennent en quelques mois d'excellents compositeurs, étonnamment rapides et soigneux, dans une langue qui n'est pas la leur et qu'ils ont souvent apprise au hasard. Une importante verrerie est mise en marche à Haïphong pour fabriquer des glaces [Verreries d’Extrême-Orient (SFFC+St-Gobain)]. La mise au point d'une telle fabrication en Belgique et aux États-Unis comporte souvent des semaines de casse. Au bout de quinze jours, la main-d’oeuvre est formée, les ouvriers ont attrapé le tour de main voulu, les pertes sont presque insignifiantes [arrêt de la prod. de verre plat en 1933].Une usine de pâte de bambou [à Vietri], dont la marche doit être ralentie en raison des circonstances, est confiée entièrement à des Annamites. Ils observent de près I'un des points délicats de la fabrication, la récupération de la soude, et obtiennent des rendements égaux sinon supérieurs à ceux des usines analogues d'Europe les mieux menées au point de vue technique. 

    Passons à l'agriculture. Le greffe des hévéas dans les plantations de caoutchouc, — ce greffage dont on parle tant depuis quelques années, non seulement dans les rapports spéciaux, mais aux assemblées générales d'actionnaires, — et la saignée de l'arbre à caoutchouc, opérations des plus délicates, sont effectuées dans les plantations de Cochinchine de manière généralement remarquable. Après un court apprentissage, les coolies réussissent couramment deux cents greffes par jour et les hévéas en production sont bien rarement blessés par cette entaille qu'on leur fait subir tous les deux jours en leur enlevant, afin que le latex s'écoule, une mince lanière d'écorce dont l'épaisseur doit être réglée à un millimètre près. La canne à sucre [Sucreries et raffineries de l'lndochine*] est à ses débuts en Cochinchine; sa culture s'est heurtée aux pires difficultés dans le delta dont le sol n'est pas encore désacidifié, où les inondations sont fréquentes; les qualités de cannes locales étaient, au surplus, assez inférieures, le rendement à l'hectare était décevant. Devant tous ces obstacles, une plantation décide de s'adresser à des métayers pris dans les rizières voisines: ils s'installent, échouent d'abord, observent, travaillent le sol motte à motte, sélectionnent les cannes, comprennent l'intérêt des engrais et déterminent quels sont les meilleurs. Peu à peu cette culture s'améliore, s'intensifie, devient payante. Certes, les champs parcourus avec ces paysans ne valent pas encore ceux de Java ou des Hawaï. Nulle part cependant ils ne sont cultivés avec plus d'amour et d'intelligence. Le thé [lndochinoise de cultures tropicales, puis Plantations indochinoises de thé] se développe actuellement dans la haute région de Dalat et du Kontum, produisant d'ailleurs une qualité hors pair qui rivalise avec les meilleurs produits de la région de Ceylan et de I'Himalaya. On sait combien la cueillette, au début surtout, est délicate. Un expert hollandais réputé, qui vient de visiter à fond ces plantations, déclare qu'il n'a pas constaté uns seule faute dans la récolte des feuilles. 

    Mais est-il besoin d'insister davantage? Ne suffit-il pas, pour se convaincre de l'adresse du peuple annamite, de parcourir cette ville du moyen âge qu'est le quartier des artisans d'Hanoï, d'observer les brodeurs sur soie qui travaillent tard dans la nuit, au tambour, souvent à la clarté de petites bougies qu'ils déplacent sur la soie. Passez à la rue des sculpteurs, examinez comment, pour incruster la nacre dans l'ébène, ils poussent, sans se servir d'aucun modèle, la gouge dans le bois dur, à petits coups, sans qu'aucune malfaçon ne se produise; vous serez convaincus. Avant de quitter les arts mineurs, il faut nous arrêter un instant à la pittoresque corporation des cuisiniers, de ces cuisiniers qui se passent vaisselles et recette d’une maison à l'autre, qui, toujours accroupis au milieu des casseroles et des plats sans que vous ayez jamais à vous occuper ni du fourneau, ni des achats, ni de rien, en ville ou en pleine brousse, vous préparent ce que vous voulez pour le nombre d'invités que vous voulez et savent disposer sur la table avec un goût sûr et sobre des jetées de fleurs et de charmants bouquets. Le mien, qui adore les sucreries, m'impose chaque soir un gâteau richement décoré. Je lis dessus «Vive les usines» ou «Vive le patron», en sucre et en moka, ou encore, une douloureuse nouvelle m'étant parvenue, cet avis compatissant «Bon courage». Ils vous troussent des langoustes rutilantes, dans une gamme insoupçonnée de sauces multicolores et d'oeufs mimosas. Le domestique en vous servant vous susurre aux oreilles les mots «Timbale Richelieu», « Rôti à la Talleyrand», toute notre histoire et notre géographie y passent! 

    On dit que, pour bien connaître un peuple, il faut rechercher ce qu'il fait lorsqu'il n'a rien à faire. La fête du Têt, la grande fête annamite qui immobilise la vie pendant plusieurs jours et parfois des semaines, a commencé ce matin à la plantation de caoutchouc de B... L..., hier encore en plein travail, est totalement silencieuse et déserte aujourd’hui. Nous venons de la parcourir et nous nous reposons sur la terrasse de la maison du directeur, M. d'A... [d’Aboville > Terres rouges, selon Yvonne Pagniez], d'où l'on découvre tout le domaine. Au premier plan, les caféiers d'un vert sombre et lustré, et, au loin, la ligne bleue et légère des montagnes; comme un rideau, en quelques minutes, la nuit tombe. — C'est le mauvais moment pour nous, dit d'A., celui du phonographe qui grince dans le silence, des lettres que l'on relit; parfois la fièvre oubliée au cours des tournées de la journée commence à vous sonner dans les oreilles et à vous battre dans les poignets. N'y pensons pas ce soir; vous êtes là et nous aurons une distraction inattendue. Restez, dit-il en insistant. Nous entendons alors un bruit lointain qui gronde parmi les arbres; puis des lumières paraissent, se groupent, se rapprochent et voici sortant de la forêt un long serpent multicolore qui, le long des allées, rampe vers nous. — C'est le concours des lanternes, la farandole du premier soir, je vais vous demander de distribuer les prix. Notre embarras est grand tandis que les coolies vêtus de blanc, pieds nus, au son de leurs instruments monocordes et de leurs gros tambours, défilent. Nous sommes bien loin, en effet, de nos deux types de lanternes indéfiniment répétées depuis toujours, celles du 14 juillet ou des bals de barrières, les rondes et les cylindriques à accordéons. Nous hésitons entre une véritable pagode lumineuse à deux étages, un tigre qui remue la tête en tournant des yeux terribles, un grand diable d'éléphant bleu qui secoue sa trompe, un phare qui, mû par un mouvement d'horlogerie, projette des feux intermittents bleus et roses; vraie fête à la vénitienne, ruisselante de couleurs, tout emmêlée de banderoles, d'oriflammes, de panneaux coloriés. J'ai la vision, un moment, de l'une de ces folies nocturnes peintes par Pietro Longhi. Ils défilent, défilent toujours, la musique devient plus grave, scandée, les petites figures jaunes se tendent, le rythme exerce son emprise, nous nous sentons nous-mêmes entraînés. Un gong résonne comme un tonnerre. Un dragon, de plusieurs mètres de long, sort alors du bois, annelé, au chef énorme couvert de bosses et d'antennes, il est porté par quatre Annamites, l'un dans la tête, les trois autres dans le long corps ondulant. Il commence sous nos yeux une danse folle, se roule et se tord, sa croupe se distend brusquement, sous une affreuse colique, il bondit vers nous, menace le balcon, fait mine de sa grosse gueule ouverte de mordre les poteau qui le soutiennent. Deux jeunes picadors, serrés dans un vêtement de jersey blanc, ceints d'une écharpe de soie rouge, armés alternativement de bâtons et de sabres, surgissent à leur tour. Avisant ses ennemis, le dragon se jette sur eux; une sorte de danse et de voltige gracieuse et preste, réglée comme un impeccable ballet, commence alors. Le dragon reçoit en cadence des coups de matraque sur la tête ou de sabre en plein coeur. Un arrêt: I'occupant de la tête, étourdi par la bastonnade, passe ce poste de choix à son collègue de la partie caudale. Enfin, le dragon rend l'âme, chiffe incolore affalée par terre, symbole des mauvais génies errants dans la plantation, rôdant autour de la maison, et dont on vient d'avoir raison. Puis il se ravise, saisit deux bâtons et se hisse lentement vers nous pour ouvrir une gueule affamée dans laquelle nous glissons cinq piastres en guise de dragées qui secouent tout son long corps de satisfaction. Alors, le long serpent de lumière, glissant le long des allées, regagne sa forêt. 

    Intelligence et faculté d'assimilation 

    Mais ces qualités natives, ces dons si rares que nous venons d'observer, que donnent ils lorsqu'on les cultive et les développe. On sait combien les Annamites aiment et respectent les études; la hiérarchie dépendait autrefois du degré d'instruction, les premiers ministres étaient choisis, suivant une doctrine vraiment renanienne, parmi les forts en thème et les premiers prix d'un véritable concours général qui se tenait tous les quatre ans à Nam-Dinh. 

    Il faut voir à Hanoï, Ia ville universitaire de l'Indochine, défiler graves, avec des airs recueillis de séminaristes, les jeunes étudiants en pantalon blanc, en robe de soie noire rappelant un peu une chasuble par sa forme, n'était la doublure de soie bleue de ciel que l'on découvre de temps en temps. Leurs familles les entretiennent à grands frais, les revenus de maintes rizières laborieusement travaillées y passent; le soir, pour économiser la lumière, mâchant du riz ou une patate bouillie, ils apprennent leurs leçons dans les jardins publics, sous les lampes électriques. 

    Nous entrons dans une école au moment où une petite voix flûtée nous apprend que Clovis, pour faire plaisir à saint Rémy et donner une preuve décisive de sa foi, a tranché de haut en bas le voleur du vase de Soissons. Pauvre vase, te, revoilà! Je t'avais laissé en France: je ne me doutais certes pas que tu étais un article d'exportation. Les petits Jaunes, pétrifiés par nous, regardent du coin de l'oeil tandis que nous admirons leurs cahiers si bien tenus, à l'écriture soignée, sans une tache. C'est là toute une génération nouvelle que nous formons avec un grand luxe de professeurs, d'écoles, de Lycées, d'examens. Ne conviendrait-il pas de développer ces dons-là où il sera possible de les utiliser? Les Annamites pourront assurer peu à peu nos services d'ingénieurs praticiens; déjà ils font le plus clair de ceux du cadastre et des travaux publics; les cadres professionnels de l'industrie naissante de la colonie pourront sans doute leur être à peu près confiés. Ils sont aptes à devenir d'excellents mécaniciens, électriciens, dessinateurs, chimistes. 

    Enfin, ils sont déjà, et doivent devenir plus encore, des médecins au diagnostic sûr et des chirurgiens pleins de sang-froid et de dextérité. Nous en avons trouvé des preuves décisives chez les infirmiers chargés des hôpitaux des plantations. Le médecin inspecteur de l'une d'elles déclarait que, sur soixante-huit malades ou blessés soignés ce jour-là, il ne relevait pas une erreur de diagnostic sur les feuilles de visite. Le domaine ayant été attaqué par des pirates, un chef de village avait, reçu à bout portant la décharge d'un fusil qui lui avait brisé la jambe et enlevé le bout du nez. Il gisait le visage couvert d'un énorme pansement. On le lui enlève: — Mais il a un nez! — Oui, répond l'infirmier, moi avoir voulu faire greffe, moi avoir pris morceau fesse et lui avoir collé là; moi l'avoir fait bien plus joli qu'avant; sa femme très contente. 

    Voilà dans quel sens il faut orienter ces jeunes étudiants, en se préoccupant de leur trouver un gagne-pain quand leurs familles se seront saignées à blanc pour leur permettre de triompher aux examens, sans pouvoir comprendre ni admettre qu'ensuite ils ne soient pas pourvus d'un poste correspondant à leurs sacrifices et leurs efforts. Aussi, les laisser venir nombreux en France, où le spleen les guette, où ils perdent leur jolie tenue et leurs manières courtoises pour laisser pousser leurs cheveux, porter lunettes, errer de la Coupole à la Rotonde, et palabrer interminablement à la russe, en faisant soi-disant du droit, des lettres ou de la philosophie, nous paraît être une erreur lamentable. Nous leur communiquons cette aigreur, ce besoin de dominer des primaires dont sauront tirer parti les quelques mandataires de Vladivostok qui errent encore de port en port et cherchent à tout prix à pénétrer dans cette Indochine, qu'un service de sûreté, organisé de main de maître, s'efforce de préserver. 

    Nous contribuons souvent à détruire le foyer annamite, à effacer d'admirables traditions qui s'estompent comme les plus fins dessins sur les vieilles laques, alors qu'il fallait les leur restituer peu à peu. Quelle erreur d'enlever leur âme supérieure à l'autel familial où elle habite, pour l'orienter vers une idéologie sèche et raisonneuse qui conduit à des impasses et couvre de mots creux la violence et la rébellion ! N'exagérons d'ailleurs rien; le mal n'est pas irréparable; ce n'est là qu’une erreur de méthode, il semble que l'on commence à s'en rendre compte. Des artistes ! oui, peu à peu il en est qui lèvent parmi les artisans, à force de travail et d'attention. Méfions-nous d'aller trop vite; chez eux le trait précède la tâche, ils sont mieux doués pour un dessin personnel, fouillé, souvent nerveux, que pour le choix des couleurs et la détermination des valeurs. Si nous leur mettons le pinceau trop vite à la main, — et quel que soit le remarquable talent du maître qui les oriente actuellement dans ce sens, — ils ne donneront pas leur pleine mesure.

     

    Or, l'on peut fort bien espérer, aux résultats acquis déjà, que les expositions de l'Agence économique de l'lndochine nous révèlent, voir apparaître quelque jour un Jongkind du fleuve Rouge ou un Puvis de la rizière! 

    Nous avons essayé de dégager bien incomplètement quelques traits du caractère annamite. Il faudrait mentionner aussi, en effet, leur sobriété, leur grande sociabilité qui se traduit non seulement par d'interminables conversations, mais par cette volumineuse correspondance qui fait que, chaque jour, dans telle usine du Tonkin, le courrier des secrétaires est plus important que celui de la Société.

     

     

    Que de lettres, mon Dieu, sur grand papier, d'une écriture soignée, habillant de métaphores plus ou moins heureuses tous les potins de la ville, de la brousse ou de la rizière ! L'un, avant de vous demander un service, vous compare à la clarté douce et bien`faisante de la lune; un autre, qui fait du catalogue de la Manufacture d'Armes de Saint-Étienne son livre de chevet, vous envoie des «salutations polies et finement nickelées».

     Y a-t-il dans ce pays aux aspects si divers, mais toujours si imposant par l'amplitude de ses paysages, qu'est l'lndochine, un point où, en dépit de leur existence de lutte et de misère, les Annamites ont pleinement donné leur mesure et exprimé leur âme imaginative et complexe. Ils ne sont pour rien dans l'art khmer, ultime témoin de l'art indien aux confins de la zone d'influence chinoise, art chargé d'impressionnantes réminiscences assyriennes et grecques. Ils ont abattu les Chams, dont les temples de briques roses, qui dressent encore dans le Sud-Annam, au haut des collines, leurs tours simples, de style vertical, très pures de lignes, n'ont pas grand sens pour eux.

     

    Mais on les retrouve vraiment dans la plaine des tombeaux des environs de Hué, où palpite un animisme de féerie. Cette solitude peuplée, ces jardins fleuris où l'on s'égare dans un labyrinthe de temples, d'escaliers, de terrasses, de portes de porcelaine multicolore qui s'ouvrent sur le ciel, où les eaux sont voilées d'herbes et de lotus en fleurs, laissent une impression d'attente inquiète. Nulle part au monde on n'a su rendre plus présente une absence. Au moment où vous allez trouver certains détails puérils, une forte impression vous arrête. Voici, au milieu de cette villa aménagée pour le maître, une colline sombre, entourée, comme par un anneau sacré, d'un immense mur gris, dont la lourde porte est hermétiquement close et pour toujours. C'est le tombeau même du roi. Vous sentez alors parmi ce paysage, où le culte et le divertissement alternaient, une sorte de souffle romantique, wagnérien, qui passe.

     

    Ce contraste, que vous observez surtout dans le tombeau de Ming-Mang, me paraît marquer un sommet de l'art annamite moderne et la plus forte expression qu'il nous ait donnée de sa pensée dans ce qu'elle a de plus charmant et de plus élevé."

     

    Sommaire

     

    http://belleindochine.free.fr/RegardsSurLesAnnamites.htm

     

     

     

     


  •  

     

    Une femme planteur : Mme de la Souchère

    La Princesse de l'hévéa ! 

     

    S'il y a bien une femme de caractère en Indochine, c'est la marquise de La Souchère ! 

    Planteur dès 1909 à une époque où les femmes sont encore rares à la colonie, elle a réussi l'exploit de forger de ses propres mains l'une des plus vastes exploitations d'Indochine..  

     

    Les quelques lignes qui suivent lui rendent hommage.

     

     

     

     

    Société des plantations des Hévéas de la Souchère.

    Mme de la Souchère, Planteur et Présidente du Conseil d'Administration de la société

     

    1926

     

     

     

    Extraits du livre "La femme française dans les colonies" de Chivas Baron, 1929

     

    "La Princesse de l'Hévéa"

     

    "Il y a 20 ans, Mme de la Souchére n'a pas craint de s'installer en brousse cochinchinoise. Aidée de quelques coolies, elle fit ses premières plantations. Mais, aux 1eres espérances, succédèrent les premières déceptions. L'incendie qui détruisit 50.000 plants d'Hévéas ne la découragea point. Ne la découragérent pas davantage les énormes difficultés financières auxquelles se heurta sa ténacité.

    La plantation de la Souchére est, actuellement, un modèle du genre : 2000 hectares en plein rendement, coupés de plusieurs kilomètres de routes.

    A la place des huttes primitives, de jolies maisons, un village.. infirmerie, pagode, chapelle.

    Tout le confort moderne colonial, toute l'élégance. Tout le progrès mécanique appliqué.

    Et plus de 250 tonnes de caoutchouc par an."

     

     

     

    villa réservée au Conseil d'Administration de la société (1931)

     

     

    Extraits du livre "Promenade en Indochine" d'Henriette Célariè, publié en 1937

     

     

    "Madame de la Souchère est vice-présidente du syndicat des Hévéaculteurs.

    Elle fut dans la colonie la 1ere femme planteur.

     

    Au début du siècle, en 1909, Mme de la Souchère acheta quelques terrains dans la région de Saigon : 300 hectares de terres grises et seulement ½ hectare de « terres rouges ».

    -         « Rien que de la grande forêt. Beaucoup d’arbre d’essence précieuse et partout, autant dire à chaque racine, des termitières géantes dures comme de la pierre »

     

    La-dedans, elle met un millier de coolies :

    -         Ce qui leur donnait le plus de mal, c’était les bambous males, à cause de leurs longues épines acérés. Les termitières, on les faisait sauter à la dynamite. On défrichait par fractions ; au fur et à mesure, l’on plantait.

    Vous étiez là ?

    Je veux dire, sur place ?

    -         Pendant 3 années, tous les jours, depuis l’aube jusqu’à la nuit, avec seulement une heure pour la sieste, bottée comme vous me voyez, je me perchais, munie d’un parapluie, sur une termitière.

     

    Mes coolies disaient :

    -         Madame « caoutchouc », pas bon pour toi. Pluie tomber. Toi rentrer..

    Trop de soleil pour toi… »

     

    Je leur répondais :

    -         Mes enfants, la pluie, le soleil sont les mêmes pour tout le monde.

    Ou habitiez vous ?

    -         Comme mes coolies, dans une paillote, sur le sol nu. Pas une fois, durant les 3 années du défrichement, je suis allé à Saigon. Si je l’avais fait, je n’aurais pas eu le courage de retourner à la plantation.

     

     

    Du courage ! le mot n’est pas excessif. Rendons nous compte : Seule, au milieu de travailleurs indigène, Mme de la Souchère a connu ce que l’épaisseur de la grande forêt recèle de terrifiant : les fauves, les attaques de pirates.

     

    Elle a subi les chaleurs qui épuisent, la puanteur des pourritures tropicales, la privation de tout ce qui rend la vie agréable et, pire que tout, la fièvre :

     

    -         Des accès, dit elle, à vouloir me jeter par la fenêtre.

    Dans certaines plantations – les plus malsaines – on comptait alors jusqu’à 30% de décès.

    Aujourd’hui, il n’y a pas 15 malades par semaine."

     

     

    Au bout de 3 ans, les hévéas étant plantés et déjà, d’une belle venue, le feu éclate dans la plantation : une cigarette jetée par malveillance, par imprudence plutôt ; avec cela, comble de malchance, un vent de typhon. En deux heures, tout a été nettoyé.

    - Qu’avez vous fait ?

    - J’ai recommencé.

     

     

    La marquise de la Souchère avait fini par posséder l’un des plus beaux domaines de la Cochinchine. Il s’étendait sur 1500 hectares. On le visitait comme un modèle. Plusieurs centaines de familles y vivaient de leur travail.

    Pour ses coolies, elle avait fondé un dispensaire, une infirmerie. Elle avait construit une église, des pagodes. Une école maternelle avait été ouverte et une école élémentaire.

    Des sœurs de Saint Paul de Chartres les dirigeaient ainsi que les institutrices laïques. Il y avait des terrains de jeux, un cinéma et un théâtre.

     

    La crise s’est abattue ; la ruine totale…

     

    - Mon mari, murmure Mme de la Souchère, est enterré dans ce qui fut mes terres.

     

    Quant il m’a fallu tout vendre, au moins on m’a laissé cela : une tombe.

    C’est là que je viendrai me reposer, à mon tour."

     

     

     

     Dispensaire de Long Than - Don de Madame de la Souchère

     

    La crise de 1929

     "En 1927, lors du boom, le kilo valait 20 francs. En 1932, il se vendait 2,10 Frs et il revenait au planteur à 6 francs.

     Le nombre de ruine qu’il y a eues, alors, soupire Madame de la Souchère. Je suis qualifiée pour en parler. Du jour au lendemain, je me suis trouvée avec un déficit de 600.000 piastres.

     

    Autour de moi, on me disait :

    -         Abandonnez. Rentrez en France…

    C’était mal me connaître. Je ne suis pas de celles qui s’en vont en laissant des dettes. Payer ce que je devais ! Seigneur ! Cela semblait impossible. J’y suis presque arrivée…

     

    Sans doute, poursuit elle, nous avons été victime du ralentissement de l’industrie ; mais nous devons faire notre mea-culpa. Durant la période de prospérité, nous avions subi la griserie que cause l’afflux d’argent. On s’étalait dans le bien être. Rien n’était trop beau. Rien n’était trop cher. …

     

    « Le plus modeste des fonctionnaires ou des commerçants rêvait d’avoir, sinon sa plantation, du moins une part de plantation. Des sociétés de fondaient. Il n’était que d’entreprendre pour devenir milliardaire. On le croyait.

    On l’a cru jusqu’au delà des limites de l’espérance.

     

    Le réveil en a été plus douloureux.

     

    Devant l’imminence du désastre, le gouvernement indochinois intervint.

    Il intervint comme il l’avait déjà fait pendant la guerre. Plus de 2 milliards avaient été investis dans les plantations ; elles occupaient 80.000 coolies.

    Le premier geste d’assistance fut de consentir de larges avances pour permettre aux planteurs d’entretenir leur domaine.

    L’assistance donnée sous forme de prêt se révélant insuffisance, le Gouvernement décide en novembre 1930, de payer une prime qui mettait à parité le prix de revient du caoutchouc et son prix de vente (ce système fonctionna jusqu’en 1934).

    Insensiblement mais sûrement l’amélioration espérée par les planteurs s’est produite. Aujourd’hui [vers 1936], le caoutchouc trouve preneur aux environs de 5 francs le kilo.

     

    Depuis le 7 mars 1934 , et en vertu d’un accord signé à Londres entre la France, l’Angleterre, les Pays bas et le Siam, il est interdit d’augmenter les étendues plantés en hévéas.

     

    Les conséquences de cette décision ont été heureuses : les plantations ont repris de la valeur et l’on voit à présent ce qui n’existait plus depuis quelques années :

     

    des amateurs se présentent pour l’achat d’un domaine."

     

     

     

    "Voulez vous que nous fassions le tour de la plantation ?

    Je vais chercher la Torpédo.

     

     

     

    "L'usine" de Suzannah, vers 1926 : plantation de Suzannah

     

     

    Mme de la Souchère rêve :

     

    -         Une Torpédo ! De mon temps, nous nous déplacions à cheval ou dans un char à bœufs. La nuit, on allumait des torches aux quatre coins, à cause des fauves.

     

    Pas de pain frais, pas de glace, sauf deux fois par mois. Aujourd’hui, d’une plantation à l’autre, on reçoit à dîner, on bridge, on organise des sauteries. Les intérieurs ne sont pas seulement confortables, ils sont élégants, et souvent d’un goût raffiné.

     

     

     

     

     

    vers 1926 : plantation de Suzannah

     

      D’ou viennent les travailleurs ?

    -     nous employons un assez grand nombre de tonkinois, répond monsieur Berthier. Les indigènes de la région ont le défaut d’être instables. Point d’ennuis de ce genre avec les Tonkinois, mais il faut leur payer le voyage d’aller et de retour.

     

    Ce sont de gros frais, et en ce moment, nous visons à diminuer ceux ci.

     

     

     

     

     

    Combien gagnent vos coolies ?

    -      En « 26 », ils se faisaient jusqu’à 25 piastres par mois.

     

     

    Maison pour les surveillants indigènes

     

    Depuis la crise, leur salaire est tombé à 12 piastres :

    celui d’avant le « boom ».

     

     

     

    De larges avenues coupent géométriquement la plantation. ..

    Les belles colonnes des hévéas s’alignent, majestueuse, comme dans un temple.

     

    Les jeunes sont tous luisants de leur feuillage aux transparences d’émeraude.

     

    Les autres ont un tronc rugueux. Tous montent d’un seul jet, fiers de leur force audacieuse. "

     

     

     

    maison type d'un coolie

     

     

    PAGODE

     

     

     

     

    HOTEL PARTICULIER de Madame de la SOUCHERE

     

     

     

     

     

    Dans l'Asie qui s'éveille - 1923 - François de Tessan

    En 1910, Mme de la Souchére, ayant décidé de créer quelque chose, et quelque chose de bien, de grand , d'utile, de beau, s'installait dans une modeste paillote autour de laquelle le tigre venait souvent roder. Tout autour d'elle, le fouillis hostile des hauts bambous, la forêt et ses menaces, la solitude. Quand les Saigonnais apprirent qu'une jeune et charmante femme prétendait vivre ainsi à la manière des rudes pionniers, ils crurent à une gageure.. Mais ce n'était point fantaisie de citadine éprise d'une romanesque retraite. Mme de la Souchére, avec une troupe réduite de coolies, élargit peu à peu son domaine. Pour défendre les vergers naissants autour de sa demeure, contre les animaux sauvages, elle était parfois obligés de faire le coup de feu. Cerfs, chevreuils, sangliers, porcs-épics lui rendaient plus souvent visite que les personnes avec lesquelles elle était naguère en relation à Saigon. Pendant des mois et des mois, elle batailla contre la terre et les éléments hostiles. Elle avait juré qu'elle ne reviendrait à la ville que quand les hévéas auraient remplacé .. les énormes bouquets de bambous. Habillé en homme, chaussée de hautes bottes, un large feutre l'abritant contre le soleil, elle exercait son métier de planteur avec une surprenante autorité. Parlant couramment l'annamite, s'intéressant à la vie de ses coolies, les soignants lorsqu'ils étaient blessés ou malades, elle savait tout obtenir de son personnel.

    En 1912, un incendie détruisit 50.000 jeunes arbres ! Mme de la Souchère subit ce désastre sans broncher. Elle recommença la lutte dès le lendemain.. Et enfin, sa constance fut récompensée comme dans les romains moraux.

     

    Après 10 années de labeur et d'épreuve de toute sorte, la plantation qu'elle avait dirigé en personne, commença à lui apporter les satisfaction attendues.

    Quand on se rend de Saigon au Cap St Jacques sur la route coloniale n°2, on aperçoit au kilomètre 53 des maisons rayés de blanc et de noir au milieu des alignements d'hévéas, une jolie demeure blanche à étage qui jette une note gaie dans les terres grises :

     

    c'est la plantation de la Souchére.

     

    Plusieurs km de routes la parcourent intérieurement. Il y a, sur les 1000 hectares en plein rendement, environ 600 hectares à caoutchouc et aussi une quantité considérable de cocotiers et de bananiers. 

     

     

    C'est un Kipling qu'il faudrait pour décrire les épisodes de ce duel entre une femme et la brousse rebelle.

     

     

    Grande est la popularité de Mme de la Souchère en Cochinchine.

     

     

    Elle mérite de dépasser les limites de la colonie.

     

    C'est une exemple de vaillance et d'endurance qui doit être connu en France même, pour qu'il serve à nos futures "coloniales".

     

    Daniel Hémery, Révolutionnaires vietnamiens et pouvoir colonial, Paris, Maspero, 1975, p. 29 n
    (contribution Alain Léger)

    On notera l'indignation des colons lors de la vente aux enchères de la célèbre plantation De La Souchère à Long Thanh le 28 septembre 1933 : estimée à 2.000.000 $ [piastres], elle est adjugée pour 100.000 $ au groupe de la Banque de l'Indochine 
    [plus précisément à la SIPH (A.L.)].

     

    « La plaie de la colonie ? c'est la Banque de l'Indochine ! »,

     

    écrit De Lachevrotière, principal porte-parole du colonat,

    dans La Dépêche d'Indochine du 26 octobre.

     

     

    Histoire de Mme de la Souchère, d'après le revue Sernamby, avril 1998

     

     

    Âgée de 23 ans, Janie Bertin, originaire de Normandie, débarque à Saigon le 15 décembre 1904. Elle vient rejoindre son mari, Charles Rivière de la Souchère, Capitaine au long cours, en formation sur la rivière de Saigon.

     

    Ils sont installés dans une villa confortable dans la rue Testard.

     

    Charles obtient son brevet de pilote en 1905, ce qui lui permet d'être affecté à la liaison maritime entre le Cap Saint Jacques et Saigon. Le couple vit une vie mondaine, et participe notamment aux nombreuses fêtes données au Cercle des Officiers.

     

     

    En 1909, lassée de cette vie festive, Mme de la Souchère propose à son mari de créer une plantation.

     

    Il finit par céder, connaissant la ténacité de sa femme.

     

    A une condition : que la plantation ne soit pas trop loin de Saigon,

    car ils ne possèdent pas de voiture.

     

     

    Le lieu de Long Than, à 55 km de Saigon, est choisi.

    Les conditions de vie durant la phase de défrichage sont particulièrement difficiles.

     

    Logement spartiate, approvisionnement tous les 15 jours, présence du tigre, accès de fièvre.

     

    La plantation compte 1000 hévéas fin 1910. Le coup de fusil doit être fréquemment tiré contre les sangliers, lièvres et autres cerfs qui endommagent les jeunes pousses.

     

     

    Au bout de 2 ans, 200 hectares sont défrichés et plantés, soit un total de 60.000 hévéas.

    Mais un incendie ruine les 3 ans d'efforts. Tout est à recommencer.

     

    Craignant de ne pas avoir le courage de revenir, la femme planteur ne se rendra pas une seule fois à Saigon en 3 ans...

     

    Un village est construit, ainsi qu'une infirmerie.

    Une école est confiée aux Sœurs.

     

    Plus tard, une pagode et une chapelle verront le jour.

     

     

    Par arrêté du Gouverneur de la Cochinchine,

    ce village prendra le nom de "Bertin Rivière de la Souchère".

     

    Afficher l'image d'origine

    En 1916, un télégramme arrive sur la plantation :

    Charles, son mari, est brusquement hospitalisé.

     

    Il meurt 3 jours plus tard. Malgré son immense chagrin, elle décide de poursuivre seule l'œuvre entreprise avec son époux.

     

    Elle lui succéde au sein du Syndicat des planteurs de Caoutchouc (elle sera plus tard vice présidente puis présidente d'honneur). 

     

     

    En 1920, elle engage un directeur européen, ce qui lui permet de se consacrer avec plus d'ardeur à son rôle social. Sa porte est ouverte à tous.

     

    Ses coolies l'appellent "Maman".

     

    Elle sait les annamites joueurs : elle crée alors un carnet de pécule, alimenté par des versements mixtes et égaux.

     

    En 1922, elle reçoit la Croix de la légion d'Honneur.

     

     

    En 1927, la simple "cagna" du début est remplacée par une jolie

    maison à colombage meublée avec goût, possédant l'électricité et le téléphone.

     

    La plantation s'étend sur 1000 hectares.

     

    Elle prend un premier congé en métropole.

     

    Avant de partir, elle offre 12000 piastres et un terrain pour la construction d'une maternité.

     

    Elle emmène avec elle un enfant annamite de 6 ans, confié par une famille de notable. Elle l'adoptera plus tard à la demande de ses parents et lui donnera le nom de Charles Bertin Rivière de la Souchère.

    En 1930, la crise éclate.

     

    Les emprunts succèdent aux emprunts.

     

    En 1932, le prix de vente du caoutchouc est de 2.1 piastres

    (contre 20 en 1927) pour un coût de revient à 6 piastres...

     

     

    Pour les banques, le fruit est mûr !

     

    Elles exigent le remboursement des sommes dues et rachètent en dessous de la valeur réelle les plantations concernées.

     

    Mme de la Souchére fait partie des victimes et perd sa plantation.

     

    Le prix de vente ne couvre pas les dettes accumulées.

    Beaucoup lui conseillent alors d'abandonner.

     

    Pugnace, aidée par des amis, elle fait face et, en 1939, ses dettes effacées, se retrouve propriétaire d'une plantation de 200 hectares de caféiers et d'hévéas.

     

     

    Une cruelle épreuve la frappe à nouveau :

    son fils adoptif jean, 13 ans, meurt brusquement à la Seyne sur Mer.

     

     

    Très affectée, elle règle ses affaires, confie sa plantation à William Bazé et rentre en France avec deux autres enfants adoptés, Marie Josée et Pierre, le frère naturel de Charles.

    En juin 1940, elle est installée dans un petit château près de Saumur.

     

    En 1942, elle part pour la France libre à Mont Auroux, dans le Var.

     

    Ses 3 enfants s'engagent dès le débarquement

    dans les campagnes de France,

    d'Allemagne et d'Indochine.

     

    Elle ne retournera plus en Indochine malgré son désir.

     

    Après Dien Bien Phu, elle fera rapatrier les cendres de son mari.

    Promue au grade d'officier de la légion d'honneur en 1952.

     

     

    Elle sera toujours très attentive aux faits politiques de l'Indochine ainsi qu'à tout ce qui concerne l'adoption.

     

     

    Elle termine sa vie à Grasse le 31 octobre 1963.

     

    Elle repose au cimetière de la Seyne sur Mer.

     

     

     

     

    http://www.cambodgemag.com/2015/01/indochine-une-femme-planteur-mme-de-la.html

     

    http://www.bartko-reher-cpa.fr/ak/93-carte-postale-ancienne/18374-autres-villes-et-communes

    -43-Haute-Loire/5470681-CPA-La-Souchere-les-Bains-Parc-du-Family-Hotel

     

     http://belleindochine.free.fr/MmeSouchere.htm

     

     


  •  
    Afficher l'image d'origine
     
    Les courtisanes japonaises en Indochine
     
     
     
    Elle prête son corps, elle ne loue pas son coeur!
     
    Au cours du XIX e siècle, de nombreuses japonaises se sont expatriées dans les pays asiatiques de l'Est et du Sud Est pour y travailler comme prostituées.
     
    Cette "activité" prendra fin en 1920 lors que la prostitution a été déclarée hors la loi par le Japon.
     
    A cette date, les maisons de tolérance ont été fermées à l'étranger et la plupart des femmes sont rentrées au pays. 
     
    Concernant l'Indochine, si de nombreuses cartes postales de japonaises ont circulé, on ne trouve pas beaucoup de récits les concernant.
     
    Les "congais" de l'Indochine et les "poussaos" du Laos étaient suffisamment évocatrices pour remplir les romans coloniaux sans qu'il soit nécessaire d'avoir recours à ces beautés venues de l'étranger..
     
     
    Ci dessous de larges extraits d'une description intéressante écrite par le Professeur Roux en 1905,
     
    "la Prostitution Japonaise au Tonkin" pour la Société d'Anthropologie de Paris, 16 mars 1905 (disponible sur le site Gallica). 
     
     
    On y apprend notamment que les prostituées japonaises (les "moussmés") ne fréquentent que des occidentaux et jamais les annamites.
     
     
    Elles sont très soignées et accordent beaucoup d'importances à l'ordre et l'hygiène....  et très EXPERIMENTEES !
     
     
     
     

    Origine

    "La Japonaise a depuis longtemps envahi les ports de l'Extréme-Orient: le Tonkin, depuis l'occupation française, a attiré l'attention des tenanciers et, actuellement, les maisons de prostitution s'élèvent jusqu'à la frontière de Chine, dans tous les centres où se trouve une agglomération européenne suffisante." 

     

    "On a dit et répété que les prostituées japonaises qui vont chercher, en dehors de leur pays d'origine, ie droit d'exercer leur industrie spéciale, visaient à se constituer une dot pour rentrer ensuite dans leur pays, y choisir un époux et se consacrer exclusivement, par la suite, aux devoirs du foyer, à l'éducation des enfants qu'elles peuvent concevoir. La vérité n'est pas conforme, en général, à cette opinion.

     

    La Japonaise du Tonkin est issue de famille pauvre, elle est devenue l'esclave d'un tenancier parce qu'elle s'est engagée pour une somme fixée par contrat et dont le montant doit venir en aide à ses malheureux parents.

     

     

    Elle contracte ainsi une dette qui va devenir l'origine de stratagèmes sans nombre de la part de son créancier pour qu'elle ne parvienne jamais a t'éteindre et il est probable qu'elle mourra à la peine, si un ami généreux ne vient un jour solder cet arriéré et lui rendre sa liberté. [...]

     

     

    Enfin les déceptions amoureuses, la crainte de la colère paternelle, les offres alléchantes des tenanciers racontant que la vie est plus facile et le mariage plus commode de l'autre coté des mers, sont autant de causes qui agissent sur l'esprit des jeunes filles pauvres pour permettre aux agents de prostitution de pratiquer à leur aise la traite des jaunes. Le paupérisme, ici comme ailleurs, est donc à la base de la prostitution : mais un caractère original doit être retenu qui dérive du système d'adoption des enfants et de la piété filiale envers les parents poussée jusqu'à l'engagement des jeunes filles comme caution d'une avance d'argent."

     

     

    Arrivée à Haiphong

    "Ces recrues féminines, accompagnées de l'agent qui les conduit, arrivent ainsi à Haiphong où elles sont reçues à la maison publique de la ville où se trouve l'agent général de la prostitution japonaise au Tonkin.

     

    Les nouvelles arrivées rencontrent, de la part de leurs camarades qui les ont précédées dans la région, un accueil enthousiaste et les conversations ont leur train sur le pays natal auquel on pense toujours.

     

    Mais le répartition commence il serait peu pratique de laisser improductif ce capital précieux et les sous-maitresses, qui dirigent ailleurs des maisons secondaires, viennent chercher leurs pensionnaires pour Hanoï, Yen-Bay, Lao-Kay et Mong-Tsé.

     

    Ce dernier poste fut en effet créé au milieu de l'année 1904."

     

     

    "Cette répartition n'est pas définitive si la mousmé du Haut-Tonkin est fatiguée par le climat, on la fera descendre dans une région plus saine, de même que tes femmes contaminées d'Haiphong et d'Hanoi essayeront parfois un voyage dans le haut Fleuve Rouge pour échapper à la surveillance médicale du lieu et constater si le médecin de leur nouvelle résidence aura la même sévérité que son collègue du Delta."

     

    Organisation de la maison

    "La prostitution japonaise, en Indo-Chine, est étroitement réglementée. Les femmes sont enfermées dans une maison bâtie en un quartier spécial et ordinairement dirigée par une ancienne courtisane qui jouit d'une grande autorité sur ses pensionnaires et qui intervient, dans tous tes cas, comme responsable, vis-à-vis de l'Administration. Elle s'est substituée au tenancier d'Haïphong qui lui a passé ses créances, sans aucun doute majorées. Les jeunes femmes qu'elle a recrutées lui obéissent très exactement, sans jamais murmurer et la traitent avec déférence.

     

    Elle-même, quoique sachant rire a propos, garde une tenue très décente et ne se commet jamais avec les clients.

     

    Elle dirige ta maison au point de vue domestique, exige que les chambres soient d'une propreté rigoureuse, surveille l'alimentation et s'ingénie à entourer ses étèves d'un cadre spécial leur donne l'illusion d'une maison de là bas.

     

    C'est ainsi que leur papier à lettres, leurs livres, les étoffes, tout vient du Japon et elles augmentent d'autant plus leurs dettes qu'elles se confectionnent davantage de kimonos voyants et de ceintures de soie."

     

     

    "Elles ne sortent guère que le jour de visite médicale, une fois par semaine ou plus souvent si le docteur le prescrit, revêtues de leurs plus belles toilettes, se dandinant sur leurs " gétas " de bois, elles se rendent ainsi en groupe jusqu'au dispensaire où toutes, même les plus jeunes, se laissent examiner sans récrimination, trouvant au contraire très naturel qu'en protégeant la société on les protège elles-mêmes contre des maladies dont elles connaissent fort bien les graves conséquences."

     Afficher l'image d'origine

     

     

    "La dette qui les lie à la tenancière est en moyenne de 180 piastres. Si un Européen veut en solder le prix, la prostituée est libre elle se louera alors à son nouveau maître pour 30 piastres par mois et deviendra une maîtresse de maison sur le zèle de laquelle on peut absolument compter.

     

    Ce n'est que de cette façon qu'elle peut arriver à faire des économies et revoir le pays natat car, dans la maison de prostitution, les tenanciers ne songent que rarement à exécuter l'article 30 de la loi japonaise de 1896 disant "

     

    En traitant avec les courtisanes, les tenanciers tâcheront de les ramener à une vie plus vertueuse et les empêcher de gagner

    de l'argent de pareille manière. "

     

     

     

     

    "L'âge de ces Japonaises est très variable, il va de 14 à 30 ans.

    Mais le plus grand nombre des recrues est aux environs de la dix-huitième année.

    La loi japonaise interdit la prostitution réglementée au-dessous de 16 ans."

     

    Beauté et qualités

     

    "Ces femmes sont en général petites et mal faites. Le buste est long, mais deux de ses éléments, la poitrine et le bassin, sont mal proportionnés […]

     

    Les cheveux sont longs, épais et ramenés en des torsades savantes qui représentent un grand travail.

     

    Aussi la Japonaise tient-elle à sa coiffure et dort, la nuit, le cou appuyé sur un oreiller en forme de fer à repasser, de façon à ne pas déranger cet édifice capillaire péniblement et laborieusement échafaudé. "

     

     

     

    "A propos du système génital, il convient de dire combien les Japonaises sont propres et soignées de toutes les prostituées que j'ai examinées, en différents pays, je n'en ai jamais rencontré qui arrivent à l'examen du médecin sous un aspect de propreté aussi partait."

     

    "L'intelligence est vive, éveillée, elles sont curieuses de rapprocher les mœurs de leurs pays des nôtres et questionnent volontiers sur nos habitudes et nos usages.

     

    Toutes celles que j'ai examinées savaient lire et écrire et leurs moments de loisir se passaient à coudre, à lire ou à écrire à leurs parents.

     

    Elles apprennent assez facilement le français ou l'annamite et sont douées de beaucoup de mémoire."

     

     

     Afficher l'image d'origine

    "Il est courant d'entendre nier la sensibilité chez la prostituée japonaise et il est convenu de dire que c'est une femme de marbremais cette réserve dans tes ébats amoureux, dont on lui fait un reproche, pourquoi l'enfreindrait-elle?

     

    Elle exerce un métier, par raison, par nécessité de quel droit exige-t-on du sentiment dans une occasion où il n'a que faire?

     

    La Japonaise sait qu'elle est ta prêtresse d'un sacrifice indispensable par lequel elle contribue, dans une certaine mesure, à l'assouvissement de cet instinct sexuel par lequel nous sommes nés, pour lequel nous vivons et au moyen duquel nous assurons, la pérennité de l'espèce."

     

     

     

    "Elle prête son corps, elle ne loue pas son coeur.

     

    Mais si un protecteur paye ses dettes et la libère de sa tenancière, il ne tarde pas à constater que cette poupée orientale ne craint pas de faire du sentiment et que, autant par affection que par reconnaissance, elle lui témoignera son contentement par des caresses et des étreintes passionnées.

     

    En cas de maladie, elle se transforme en une infirmière dévouée, qui est aux petits soins pour son malade et fait exécuter à la lettre les prescriptions du médecin."

     

    "Enfin, même dans la maison commune, ses sentiments affectifs trouvent à s'épancher dans de longues lettres quelle écrit très régulièrement à sa famille et dont elle attend la réponse avec impatience. La Japonaise rit facilement, mais se fâche très vite.

     

    Elle a son caractère, je veux dire qu'elle est têtue.

     

    Dans le genre des petites ménagères de chez nous, elle aime l'ordre, la propreté et tient à régir de très près tout ce qui ressortit à une femme, dans l'administration d'une maison. N'allez pas déranger une série de mouchoirs vous auriez à coup sur une scène.

     

    Faites des observations aimables sur le repassage défectueux de votre veste blanche vous auriez sans cela à subir, pendant quelque temps, l'ennui relatif d'un mutisme complet."

     

     

    "Il faut que cette femme, comme tant d'autres, fasse sentir sa volonté de temps en temps ! "

     

      "A défaut d'un client ou d'un protecteur, c'est aux serviteurs annamites qu'elle s'en prend, car elle a le plus profond mépris pour cette race, qu'elle considère comme une race de boys, et les Annamites ne sont pas reçus dans les maisons de prostitution où sont employées les Japonaises."

    Femmes de principes

    "Mais le coté le plus intéressant, à mon avis, de la prostituée japonaise, réside dans sa morale. Tout au moins dans les premières années de sa réclusion, la courtisane ne pense pas que son métier puisse être taxé d'infamie : ses jours de sortie, promenée dans son pousse-pousse, elle ne cherche pas à éveiller l'attention des passants, bien différente en cela des " maison Telliers " que l'on voit parfois, en province, se faire voiturer tapageusement dans des costumes criards. Et pourquoi serait-elle honteuse d'elle-même?

     

    Son métier la force à changer de maître très souvent, il l'expose à subir des maladies dont elle est la première à pâtir mais, en somme, elle n'est pas une dégénérée génitale.

     

     

    Les rapports qu'elle autorise sont conformes à la loi naturelle et les érotomanes n'ont rien à faire à ses cotés.

     

    Combien de nos pauvres filles de la ville, prostituées, pourraient se montrer sous cet aspect, alors que la plupart d'entre elles se prêtent à toutes les exigences de personnes déséquilibrées et oublient si facilement l'usage physiologique de certains de leurs organes?"

     

     

    "Ce fonctionnement génital normal, quoique hyperactif, lié à un état psychique héréditaire, explique, à mon sens, que la prostituée japonaise conserve des quatités morales que nous ne trouvons sans doute pas au même degré parmi les autres races. L'honnêteté, par exemple, est fort en honneur chez elle, sous ses diverses formes.

     

    Le prix convenu, dans une maison, n'est jamais majoré.

     

    Si le médecin a reconnu une femme malade et lui ordonne de garder ta chambre. il est absolument certain que la femme malade n'aura aucun rapport, malgré les offres tes plus tentantes, avant que te docteur ait levé l'interdit qui pèse sur elle et j'insiste sur cette observation, qui est a coup sûr peu banale, et que j'ai eu l'occasion de faire plusieurs fois."

     

     

    "Mais le patriotisme de ces jeunes femmes est aussi un trait bien original de leur vie psychique nous irions, dans une maison de prostitution française, calomnier et insulter un de nos hommes d'Etat les plus en vue, que les pensionnaires s'en soucieraient probablement fort peu et mettraient ces paroles acerbes sur le compte d'une douce folie sans intérêt pour elles.

     

     

    N'allez pas proférer des injures, dans une maison japonaise du Tonkin, à l'adresse du Mikado et mettre en doute sa supériorité intellectuelle :

     

    vous seriez très mal reçu et Mme Chrysanthème aurait tôt fait de vous mettre à ta porte si vous ne reveniez bientôt à des sentiments plus japonophile et à l'observance plus stricte des convenances et des égards que vous lui devez."

     

    [...]" Dans le Haut.Tonkin, elles paient un large tribut à l'endémie palustre : dans les premiers mois l'anémie est rapide les muqueuses se décolorent, le teint se fane et elles essayent vainement de le relever en mettant du rose sur leurs pommettes ou en se carminant les lèvres. Les cheveux tombent aussi et c'est là un de leurs déboires tes plus douloureux, car la coiffure joue un grand rôle dans la vie de ces courtisanes.

     

    Enfin quelques-unes meurent là-haut de cachexie palustre ou d'accès pernicieux mais d'autres viennent les remplacer et ces remplaçantes continueront de monter vers ces pays lointains tant que le Japon sera trop petit pour ses habitants et que le peuple y sera voué a la misère."

     

     

     

     

     

     

  •  

     

     

    Ce jeune homme si triste c'était Thanh-Tai, l'empereur !..

     

    Il y a 20 ans, la cours d'Annam était encore solennellement close aux regards des profanes.

     

    Quand l' Ambassade française arriva, en 1875, c'est à peine si elle put contempler, pendant 5 minutes, le glorieux Thu-Duc, immobile en son trône, sa tiare endiamantée, sa robe de satin, lamée d'ors et de pierreries, brochée de dragons bleus, ses quatre eunuques qui l'éventaient, ses femmes qui brûlaient des parfums de myrrhe sous son nez, ses premiers officiers... [...]

     

     

    Mais aujourd'hui, ce pauvre jeune Thanh-Taî a été si mal élevé, en de si déplorables formules européennes, qu'il en a oublié un peu son trône, sa tiare, ses portes sabres et ses hérauts.

    Il n'a guère conservé que ses eunuques.

     

    Il fait de la bicyclette, de la photographie ; il vient au - devant de ses visiteurs et les reconduit, jusqu'à la porte, comme un ministre républicain.

     

     

    Thanh-Taî n'a t-il point ses femmes si, par hasard, ce mal européen menaçait de l'atteindre ?

    Elles sont là pour obéir à tout ce que peut imaginer son impériale cervelle.

     

    A-t-il envie de leur couper le cou ? Elles tendent le cou (mais cela arrive rarement).

     

    Sa distraction préférée, entre le bicyclette et la photographie, consiste à les faire battre les unes contre les autres, en costume de soldats d'infanterie de marine.

     

    Celles qui sont vaincues, ils les emprisonnent et souvent, m'a t-on dit, les oublie au fond des cachots de la citadelle...

     

    [NDLR : l'empereur sera destitué en 1907 pour ces raisons]

     

    Comme cette légende est FAUSSE !!

     

     

     

     

     


  • Afficher l'image d'origine

    Vous-êtes vous déjà demandé pourquoi certains parlaient du Japon comme du "Nazi de l'Asie" ?

     

     

     

    Un peu avant le début de la Seconde guerre mondiale, en 1931, a eu lieu l'incident menant à la seconde guerre sino-japonaise.

     

    Les Japonais, souhaitant occuper la Chine pour sa terre fructueuse et riche, installent en Mandchourie une voie de chemin de fer, censée transporter des vivres.

     

    C'est lors de l'incident de Mukden que la violence a commencé à se réinstaller entre les deux pays, déjà en tension : Une voie de chemin de fer appartenant aux Japonais explose. Les militaires japonais accusent les civils chinois de sabotage, et si l'accident semble mis en scène - comme beaucoup d'autres incidents à l'époque -, il est le prétexte de l'invasion immédiate de la Chine par les troupes japonaises.

     

    La Mandchourie est annexée, renommée  Mandchoukouo, et le Japon place un dirigeant de paille pour gérer le nouvel état. L'expansionnisme japonais se satisfait, pour l'heure, de cette annexion.

     

    En 1937, après un second incident douteux, l'empereur du Japon Hirohito donne son accord pour envahir le reste du territoire chinois, et la seconde guerre sino-japonaise commence. La guerre stagne quelques mois, jusqu'à ce que l'Empereur ordonne à l'armée de prendre la ville de Nankin, à l'époque capitale de la République de Chine.

     

    Si, comme durant toutes les guerres, les Japonais ont pillé, violé et massacré, l'histoire de la ville de Nankin, qui a mis un terme à la guerre et dégoûté les Japonais de la violence de leur propre armée, est particulièrement horrifiante.

     

    Si l'armée chinoise prétend au début qu'aucune reddition ne sera envisagée et que la défense de la capitale sera leur souci principal, elle se rend très vite compte que cette ville n'a qu'un rôle symbolique, en tant que capitale, et l'armée abandonnera très vite ses civils aux Japonais de l'époque, devenus des monstres après les années de guerre et de propagande décrivant les autres habitants de l'Asie comme du "bétail" (家畜).

     

    Nous conseillons vivement aux personnes sensibles de ne pas poursuivre la lecture de cet article, car les faits qui y sont relatés peuvent choquer, et induire des crises de panique. Cet avertissement est à prendre au sérieux.

     

    1. Les viols

     

     
    les femmes massacrées à nankin empilées sur les marches

    Source photo : bataillescelebres

     

    L'estimation du tribunal militaire international de l'extrême orient porte les victimes au nombre de 20 000 femmes, y compris petites filles, personnes âgées, et femmes enceintes. Les viols y étaient si systématiques que l'autre nom du Massacre de Nankin est le Viol de Nankin.

     

    Les femmes étaient sorties de force des maisons et violées collectivement. Souvent victimes de mutilation et de barbarie (objets introduits de force dans le vagin, membres arrachés...), elles étaient finalement tuées à la baïonnette, ou poignardées.

     

    La ville de Nankin abritait beaucoup d'étrangers, dont la plupart ont réussi à communiquer les atrocités commises à Nankin, via des lettres ou des journaux. Le révérend James McCallum écrit ainsi : 

     

    Je ne sais pas quand cela se terminera. Jamais je n'ai entendu ou lu autant de brutalité. Viol ! Viol ! Viol ! Nous estimons au moins 1 000 cas par nuit et beaucoup de jour. En cas de résistance ou tout ce qui ressemble à une réprobation, il y a un coup de baïonnette ou une balle... Les gens sont hystériques... Les femmes sont emportées chaque matin, après-midi et soir. Toute l'armée japonaise semble libre d'aller et venir comme elle veut et de faire ce qui lui plaît.

    Source citation : Hua-ling Hu, American Goddess at the Rape of Nanking: The Courage of Minnie Vautrin, 2000, p. 97

     

    De même, le chirurgien Robert O. Wilson écrit à sa famille en 1937 :

     

    Le massacre de civils est épouvantable. Je pourrais écrire des pages de cas de viol et de brutalité presque incroyables. Deux corps passés à la baïonnette sont les seuls survivants de sept balayeurs qui étaient assis sur leur siège lorsque les soldats japonais sont arrivés sans avertissement ou raison et ont tué cinq d'entre eux et blessé les deux qui ont réussi à trouver le chemin de l'hôpital. 

     

    Laissez-moi raconter certains cas qui ont eu lieu ces deux derniers jours. La nuit dernière la maison d'un des membres chinois du personnel de l'Université a été détruite et deux des femmes, qui sont parentes avec lui, ont été violées. Deux filles d'environ 16 ans ont été violées à mort dans un camp de réfugiés. Dans l'Université où se trouvent 8 000 personnes, les Japonais sont venus dix fois dans la nuit, passant au-dessus du mur, pour voler de la nourriture, des vêtements et violer jusqu'à satisfaction. Ils ont donné cinq coups de baïonnette à un petit garçon de huit ans dont un dans l'estomac, une partie de son épiploon (partie de l'intestin grêle, ndT) se retrouvant hors de son abdomen. Je pense qu'il va vivre.

     Source citation : Kaiyuan Zhang, Eyewitness to Massacre: American Missionaries Bear Witness to Japanese Atrocities in Nanjing, M. E. Sharpe, 2001.

     

     
    photo d'un soldat japonais qui transperce un bébé à nankin

    Source photo : Pinterest, Japanese soldiers in Nankin

     

     
    un soldat japonais jetant un petit enfant

    Source photo : Pinterest, rape of  Nankin photos

     

    D'autres rapports font montre que les atrocités des Japonais ne s'arrêtaient pas là : d'après Iris Chang, auteure de The Rape of Nanking, ils forçaient les familles à commettre des actes d'inceste, en forçant des fils à violer leurs mères, et des pères leurs filles. Robert B.Edgerton, dans Warriors of the Rising Sun, décrit le viol d'une femme enceinte qui a accouché quelques heures après, à cause du choc. La mère comme l'enfant semblent avoir eu la vie sauve.

     

    Des hommes de foi, ayant fait vœu de célibat, sont également forcés à violer des femmes.

     

    2. Les massacres des civils

     

    Sur la route de Nankin, les Japonais ont aussi commis des crimes dont le cynisme ferait frissonner le moins sensible d'entre nous.

     

    Une atrocité parmi les plus connues est le concours de meurtres, auquel se sont adonnés deux officiers japonais. Couvert par plusieurs journaux comme un évènement sportif, le concours portait sur celui qui serait le plus "productif" à la baïonnette : 

     

     
    concours de deux officiers japonais

    Source photo : Wikipedia. 

     

    Publiée dans le Tokyo Nichi Nichi Shimbun, cette photo met en valeur les deux officiers, Mukai et Noda, ayant un score respectif de 106 décapités pour Mukai, contre 105 pour Noda. On peut y lire "Record incroyable", et que les deux officiers se sont mis d'accord sur une manche supplémentaire :

     

    - puisqu'il était difficile de savoir qui était arrivé à 100 en premier, ils ont décidé de recommencer, avec cette fois pour but d'atteindre les 150 décapitations.

     

    Le 10 février 1938, le secrétaire de légation de l'ambassade allemande décrit certains clichés pris par le révérend John Magee :

     

    Durant le règne de la terreur japonais à Nankin – qui en tout cas continue à ce jour dans des proportions incroyables – le révérend John Magee, membre de la mission de l'église épiscopale américaine qui est sur place depuis près de vingt-cinq ans, a filmé des images qui sont un témoignage éloquent des atrocités perpétrées par les Japonais...

     

     

    Nous allons maintenant attendre et voir si les hauts officiers japonais réussiront, comme ils l'ont promis, à stopper les activités de leurs troupes, qui continuent encore aujourd'hui. 

     

    Le 13 décembre, environ 30 soldats sont venus à la maison chinoise au 5 rue Hsing Lu Koo, dans le quartier sud-est de Nankin et ont demandé à entrer.

     

    La porte a été ouverte par le propriétaire, un musulman appelé Ha.

     

     

    Ils l'ont tout de suite tué avec un revolver et également Mme Ha, qui s'est agenouillée devant eux après

     

    la mort de son mari, les suppliant de ne tuer personne d'autre. Mme Ha leur a demandé pourquoi ils ont tué son mari et ils l'ont abattue. Mme Hsia a été traînée de dessous une table dans la salle des invités où elle a tenté de se cacher avec son bébé âgé d'un an. Après avoir été déshabillée et violée par un ou plusieurs hommes, elle a reçu un coup de baïonnette dans la poitrine et une bouteille a ensuite été introduite dans son vagin. Le bébé a été tué à la baïonnette.

     

    Certains soldats sont ensuite allés dans la pièce suivante, où se trouvaient les parents de Mme Hsia, âgés de 76 et 74 ans, et ses deux filles de 16 et 14 ans. La grand-mère a essayé de protéger les deux filles du viol des soldats. Ils l'ont tuée avec un revolver.

     

    Le grand-père a saisi le corps de sa femme et a été tué.

     

    Les deux filles ont été ensuite déshabillées, la plus âgée violée par 2 ou 3 hommes et la plus jeune par trois hommes.

     

    La fille la plus âgée a été poignardée et un bâton introduit dans son vagin.

     

    La plus jeune a reçu des coups de baïonnette mais a été épargnée du traitement horrible subi par sa sœur et sa mère.

     

    Les soldats ont ensuite donné des coups de baïonnette à une autre sœur de 7-8 ans qui était aussi dans la pièce. Les derniers meurtres dans cette maison sont ceux des deux enfants des Ha, âgés respectivement de 4 et 2 ans. Le plus âgé a été tué à la baïonnette et le plus jeune à l'épée.

     

     
    une femme tient un bébé, après qu'ils aient tous deux reçu un coup de sabre

    Source photo : Dessin représentant les atrocités du Viol de Nankin, Demeureduchaos.skyrock.com

     

     

    Voici un témoignage de Tang Junshan : 

     

    La septième, et dernière personne de la première rangée était une femme enceinte. Le soldat pensait qu'il pourrait tout aussi bien la violer avant de la tuer, alors il l'a tirée hors du groupe à un endroit situé à une dizaine de mètres. Alors qu'il essayait de la violer, la femme a résisté avec vigueur... Le soldat l'a violemment poignardée dans le ventre avec sa baïonnette. Elle a poussé un dernier cri lorsque ses intestins sont sortis. Ensuite, le soldat a poignardé le fœtus, encore accroché par son cordon ombilical, et l'a jeté à côté.

    Source citation :  Cecilia Yang 

     

     
    un bébé pleure sur le cadavre de sa maman, nankin

    Source photo : Literaturesalon.wordpress.com.  Un bébé pleure sur le cadavre de sa mère, empilé sur celui de son père.

     

    3. L'abolissement des lois internationales à Nankin

     

    L'empereur Hirohito approuve en août 1937 la demande des grands généraux de l'armée d'annuler les lois internationales protégeant les prisonniers de guerre. Le terme même de prisonnier de guerre disparaît.

     

     
    Soldats chinois enterrés vivants

    Source photo : Wikipedia. Des soldats chinois sont attachés avant d'être enterrés vivants.

     

    Ainsi, à la chute de la ville, les troupes japonaises reçoivent l'ordre de retrouver tous les anciens soldats, et des milliers de jeunes hommes sont capturés. Ils sont pour la plupart exécutés à la mitrailleuse.  Le plus gros massacre de prisonniers reconnu est celui du 18 décembre : pendant toute la matinée, les soldats japonais lient les mains des prisonniers ensemble, afin de les empêcher de s'enfuir. Ils les divisent en quatre colonnes, et au crépuscule, ouvrent le feu.

     

    Les prisonniers, incapables de bouger, voient leurs morts arriver, pleurent, crient, ou prient. Pendant une heure, les mitraillettes retentissent. À l'issue de cette heure, les survivants sont massacrés à la baïonnette. Les corps sont ensuite jetés dans le fleuve. Environ 57 500 prisonniers chinois ont été tués.

     

    Une autre façon d'exécuter les Chinois à Taiping - décrit dans un article de la BBC NEWS, Nanjing remembers massacre victims de Michael Bristow - a été de les exploser avec des mines, avant de les asperger d'essence, et les brûler vivant. Les quelques malchanceux à survivre aux deux, étaient achevés à la baïonnette.

     

     
    Un soldat menace un homme incapable de se défendre

    Source photo : Vg.no.  Un homme japonais va exécuter un prisonnier chinois qui se remettait de ses blessures.

     

    4. La fin du massacre et ses conséquences sur les relations internationales

     

    En fin janvier 1938, l'armée japonaise reconduit de force les réfugiés vers Nankin, en avançant que « l'ordre est rétabli ». Un gouvernement de collaboration est mis en place, pour essayer d'endiguer le phénomène. Les derniers camps de réfugiés ferment en mai de la même année.

     

    Il n'y a pas de données précises quant au nombre de victimes : Si Lewis S.C. Smythe, habitant à Nanking lors du massacre et y ayant vécu jusqu'en 1951 avance un nombre de 6 600 victimes, là ou le Tribunal Militaire International pour l'Extrême-Orient avance 200 000 victimes civiles et militaires dans les 6 premières semaines d'occupation japonaise (cette estimation paraît la plus probable, car confirmée par les sociétés et organisations mortuaires, portant preuve de plus de 150 000 corps enterrés, sans tenir compte des brûlés, ou des noyés).

     

    Le tribunal des crimes de guerre de Nankin parle de 190 000 civils et soldats assassinés, et 150 000 victimes d'actes de barbarie, portant le tout à plus de 300 000 victimes. Les estimations des historiens varient trop pour que leurs chiffres soient d'une quelconque utilité.

     

    Les jugements commencent en 1946 après la défaite du Japon pendant la seconde guerre mondiale, et beaucoup de criminels de guerre, en position de pouvoir au moment du massacre, ne seront jamais jugés. Le général Matsui est mis en examen pour avoir "délibérément et imprudemment" ignoré "un devoir légal de prendre des mesures adéquates pour assurer l'observation et prévenir les infractions". Le Lieutenant général de la 6e division de l'armée japonaise à Nankin est jugé par le tribunal des crimes de guerres de Nankin.

     

     
    photo de matsui et tani

    Source photo : Wikipedia; à gauche le Général Iwane Matsui, à droite le général Hisao Tani.

     

    Le prince Asaka, officier dans la ville au moment des faits, bénéficiera d'immunité, du fait de sa haute naissance, et de son lien de parenté avec l'empereur. Asaka nie avec ferveur que ces faits aient eu lieu et prétend officiellement n'avoir jamais eu vent d'un souci de comportement de ses troupes.

     

    Le tribunal des crimes de guerre de Nankin ne condamnera que huit accusés. Matsui est décrit auprès du Tribunal de Tokyo comme ultime responsable, puisqu'il a "délibérément négligé de tenir compte et de leurs obligations légales [en vertu de leurs bureaux respectifs] à prendre des mesures adéquates pour assurer [le respect des lois et coutumes de la guerre] et prévenir les violations de celui-ci, et ainsi violé les lois de la guerre ".

     

    Le deuxième condamné principal sera le ministre des affaires étrangères, Hirota Koki, reconnu coupable d'avoir "élaboré un plan ou complot", menant à "une guerre d'agression en violation des lois internationales, traités, accords et des assurances contre la République de Chine", ainsi que du même chef d'accusation que Matsui.

     

    Tous deux sont condamnés à mort par pendaison.

     

    Ce n'est qu'en 1995 que le gouvernement japonais de Tomiichi Muramaya fera des excuses orales, reconnaissant officiellement le massacre de Nankin. Si une majorité des Japonais reconnaissent l'existence du massacre de Nankin, une partie conséquente des hommes politiques, notamment de droite, nient son existence, jusqu'à avancer que le massacre de Nankin serait pure "fabrication" : en effet, dans certains milieux privilégiés, mentionner le massacre de Nankin est une atteinte à la fierté légendaire du Japon.

     

    Si les relations sino-japonaises s'améliorent depuis 1995, la plupart de leurs conflits proviennent des atrocités de guerre commises durant l'année 1937, et notamment le massacre de Nankin. 

     

    Si les militaires japonais ont commis des atrocités, ce sont les civils japonais qui en ont payé le prix, huit ans plus tard : Les photos choc des effets du Nucléaire, 70 ans après Hiroshima et Nagasaki


  •  
     
     
     
    La Seconde Guerre sino-japonaise est un conflit entre l'Empire du Japon et
    la République de Chine, en proie à des troubles politiques entre le
    Parti communiste chinois (de Mao Zedong)
    et le Parti nationaliste Kuomintang (de Tchang Kaï-Chek) alors au pouvoir.
     
     
     
     
     
     
    Cette guerre démontre donc la volonté d'expansionnisme du Japon en Asie de l'Est.*

     
     
     
    Les historiens ne sont pas unanimes sur le jour de début de la guerre,
    certains la font commencer le 7 juin 1937 à cause de 'l'incident du
    pont Marco Polo', où les forces japonaises accusèrent les chinois d'avoir enlevé un de leurs soldats et demandèrent le droit de fouiller les maisons, ce qui fût refusé par les Chinois.
     
    Les Japonais utilisèrent donc ce prétexte pour faire venir des renforts.
     
     

    La plupart des historiens pensent que la guerre commence le 18 septembre 1931 lors de l'incident de Mukden où l'armée du Guandong envahit le nord-est de la Chine (région de la Mandchourie) et créa l'Etat du Mandchoukouo en février 1932, en réalité contrôlé par l'Empire du Japon.

    Voici la carte du territoire japonais et du Mandchoukouo en 1932:

     
     
     


    Cependant en décembre 1936, les deux partis politiques chinois décidèrent de s'unir contre l'envahisseur nippon. D'ailleurs, les chinois surnommaient cette guerre "Guerre anti-japonaise" ou encore "Guerre de résistance" alors que les Japonais évitèrent soigneusement d’utiliser le mot «guerre» pour se soustraire aux sanctions de la Société Des Nations et des puissances occidentales.
     
     
     
    Ils appelèrent ce conflit "Incident de la Chine septentrionale".
     
     
    La guerre fut officiellement déclarée à la Chine après l'attaque de Pearl Harbor le 7 décembre 1941.
     
     
     
     
     
     


    Les villes de Pékin et de Tianjin furent pris dès août 1937. Mais les troupes communistes, déjà mal équipées, et les troupes nationalistes coalisées sont défaits à la bataille de Taiyuan puis à la bataille de Xinkou.
     
     
     
     
    En septembre 1937, les communistes réussissent malgré tout à remporter la bataille de Pingxingguan, mais cela n'empêche pas les Japonais de prendre le contrôle du nord du pays, où les communistes poursuivent malgré tout une campagne de guérilla.
     
     
     
     
     
     
     




    En novembre, les japonais occupent Shangaï après de nombreux bombardements ayant entraîné de nombreuses pertes civiles. Ensuite, l'Armée impériale japonaise envahit Nankin et la région du Shanxi.
     
     
    En 1940, les combats n’étaient plus que de la guérilla.

    Et une carte des conquêtes japonaises en Chine en 1940:
     




    Les Japonais n’avaient ni l’intention ni la capacité d’administrer la partie de la Chine qu’ils occupaient. Le but des dirigeants nippons était de mettre en place des Etats 'fantoches' (des Etats indépendants mais en réalité contrôlé par l'Empire du Soleil Levant, comme le Mandchoukouo par exemple) favorables aux intérêts japonais. Cependant, la brutalité de ces derniers les rendit très impopulaires et enlevait toute crédibilité aux administrations pro-japonaises qui était vu comme des instruments de propagande.

    La plupart des analystes militaires pensaient que les Chinois ne pourraient pas continuer le combat étant donné qu'une grande partie des usines de matériels militaires était située dans les zones sous contrôle japonais. Les puissances étrangères hésitaient à fournir un soutien car elles estimaient que les Chinois allaient perdre la guerre. Cependant, l'Union soviétique aida les chinois afin d'empêcher les Japonais d'attaquer la Sibérie, et l'Allemagne nazie aida les nationalistes chinois durant la guerre civile jusqu'en 1939.

    Malgré de nouvelles offensives japonaises, la résistance chinoise continuait. En août 1940, les troupes communistes surprirent les Japonais par une offensive de grande ampleur dans le nord de la Chine, ce qui aboutit à des combats jusqu'à la fin de l'année.
     
    En 1945, l'armée chinoise parvint à reprendre l'initiative et lança une offensive dans le Guangxi (sud).
     
    L'Union soviétique déclara la guerre au Japon conformément aux accords de Yalta et pût reconquérir la Mongolie-intérieure et la Mandchourie. Même les troupes chinoises remportèrent la victoire dans le Guangxi et enfoncèrent les lignes japonaises dans les autres provinces.
     




    Le conflit se termina par la victoire chinoise à la capitulation du Japon devant les Alliés le 15 août 1945, et par la reprise de la guerre civile entre communistes et nationalistes.
     
     
    L'île de Taïwan, la Mandchourie et les îles Pescadores furent rendus à la Chine.
     


    Durant la guerre, les chefs militaires japonais se rendirent coupables de nombreux crimes de guerre notamment le massacre de Nankin, où des soldats japonais tuèrent de nombreux civils et soldats désarmés.
     
    Afficher l'image d'origine
     
    Les chiffres officiels chinois font état de 300'000 victimes, alors que les japonais dénombrent de 40'000 à 200'000 victimes.
    Cela s'explique par le fait que l’empereur japonais autorisa la suspension des conventions internationales sur la protection des prisonniers de guerre pour faciliter l'avancée des troupes.**


    *Pour plus d'informations, voir mon précédent sujet sur l'expansionnisme du Japon Shōwa
    **Et aussi par d'autres raisons idéologiques et ethniques expliquées dans le sujet surl'expansionnisme du Japon.


    Sources:
    http://www.japoninfos.com/la-seconde-guerre-sino-japonaise.html
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_sino-japonaise_(1937-1945)
     
     
    « Deux cœurs entrelacés surmontés d’une couronne et d’une croix. »
     
     
    SOURCES LIEN - 
    https://strategietotale.com/forum/87-avant-l-eclatement/88325-la-seconde-guerre-sino-japonaise-1937-1945

     

     

     

     


  •  

    Invasion japonaise de la Mandchourie GUERRE SINO JAPONAISE

     

    Afficher l'image d'origine

     

     

     

    L’invasion japonaise de la Mandchourie a commencé le 19 septembre 1931, lorsque la Mandchourie a été envahie par l'Armée japonaise du Guandong de l'Empire du Japon immédiatement après l'incident de Mukden.

     

    Les Japonais y ont créé un État fantoche, appelé Mandchoukouo, et leur occupation a duré jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

     

     Afficher l'image d'origine

    Invasion

    Article détaillé : Incident de Moukden.
     

    Immédiatement après l'explosion, les Japonais cernèrent la garnison chinoise toute proche et attaquèrent les troupes qui y étaient cantonnées, sous prétexte que toute propriété du Japon devaient être protégée des assauts des troupes chinoises.

     

    Cinq cents soldats japonais s'en prirent donc à une garnison chinoise forte de quelque sept mille soldats à Beidaying.

     

     Afficher l'image d'origine

     

    Zhang Xueliang, avec l'approbation implicite du gouvernement de Tchang Kaï-chek, avait déjà prévenu ses hommes de ne prendre part à aucun combat et de mettre les armes hors de portée des Japonais dans l'éventualité d'une invasion.

     

     Afficher l'image d'origine

     

     

    Du coup, les Japonais ne rencontrèrent aucune résistance à Beidaying, et procédèrent le 19 septembre à l'occupation complète de la garnison et des villes principales de Mukden (Shenyang), Changchun, Antung (aujourd'huiDandong), et des environs directs.

     

     Afficher l'image d'origine

     

    Lorsque des combats eurent lieu, ce fut en général dû à des malentendus entre le gouvernement central chinois et ses troupes, qui étaient supposées avoir reçu l'ordre de ne pas résister. En quelques jours, les trois provinces du Heilongjiang, du Jilin et du Liaoning (où se situait Mukden) furent contrôlées par les Japonais.

     

     

    « Il est hors de doute que le gouvernement japonais, mis devant le fait accompli, était impuissant […].

     

    Le premier ministre expliqua au souverain qu'il avait ordonné à l'armée du Guandong de regagner ses bases ».

     

     

    De son côté, le ministre de la Guerre, Minami, envoya « un télégramme à Moukden dans lequel il approuvait l'action […] mais souhaitait aussi que l'affaire ne prît pas d'autre ampleur ».

     

    « Les activistes de l'armée du Guandong décidèrent de passer outre, et ce fut de leur propre initiative qu'ils lancèrent l'offensive contre Chanchun le 20 » du mois, déclenchant l'invasion de la Mandchourie.

     

     Description de cette image, également commentée ci-après

     

    Les militaires l'avaient emporté sur le pouvoir civil, une situation qui annonçait la pression grandissante des militaires sur les civils au cours des années trente (assassinat du premier ministre en 1932, tentative de coup d'état du 26/02/1936), jusqu'à la Seconde Guerre mondiale.

     

     

    En quelques jours, les trois provinces du Heilongjiang, du Jilin et du Liaoning (où se situe Mukden) sont contrôlées par les Japonais.

     

     

    Le 20 novembre, une conférence du gouvernement chinois se met en place.

     

     

     

    La faction de Guangzhou duKuomintang y insiste pour que Tchang Kaï-chek démissionne, vu la débâcle en Mandchourie et le manque de résistance sérieuse des troupes chinoises. Tchang démissionne le 15 décembre. Sun Ke, le fils de Sun Yat-sen, prend le poste de Président de la République de Chine, et fait le vœu de défendre Jinzhou, une autre ville du Liaoning, rapidement perdue en janvier 1932.

     

     

    « S'il ne fait aucun doute que les conspirateurs lancèrent l'incident de leur propre initiative, le gouvernement nippon, et l'empereur en personne, ne devaient pas tarder à considérer la nouvelle situation en Mandchourie avec sérénité », et à reprendre à leur compte les conséquences de l'invasion de la Mandchourie.

     

     

     

    Le 18 février 1932, l'État duMandchoukouo est proclamé sur le territoire de la Mandchourie. Formellement indépendant, il n'est en fait qu'un protectorat japonais.

     

     

    Les acteurs de l'opération furent promus, démontrant que si les conspirateurs militaires avaient agi de leur propre initiative, ils l'avaient fait dans un contexte japonais plus vaste, favorable à une politique de puissance sur le continent asiatique.

     

     

     

    L'Empire du Japon poursuivit sa politique expansionniste en Chine, déclenchant en 1937 la seconde guerre sino-japonaise puis en 1939 une attaque ratée contre la Mongolie pro-soviétique lors de la bataille de Khalkhin-Gol.

     

     

    L'opinion publique chinoise s'en prit sévèrement à Zhang Xueliang pour son manque de réaction, même si le gouvernement central se trouvait indirectement responsable de cette stratégie.

     

    Nombreux furent ceux qui soulignèrent que l'armée du Nord-Est de Tchang, forte de près de cinquante mille hommes, aurait pu ne faire qu'une bouchée de l'armée du Guandong, seulement forte de onze mille hommes, et que la perte de trois provinces sans même opposer aucune résistance était une honte pour le peuple chinois.

     

     

     

    De plus, l'arsenal militaire de Zhang en Mandchourie était à l'époque considéré comme le plus moderne de Chine, et ses troupes possédaient quelques chars, une soixantaine d'avions, quatre mille fusils et un ou deux bataillons d'artillerie.

     

    En réalité, la force à première vue plus importante des troupes de Zhang était diminuée par un certain nombre de facteurs.

     

    D'abord, l'armée du Guandong possédait une importante réserve de forces qui pouvaient être rapidement amenées de Corée, alors une colonie japonaise. Ensuite, plus de la moitié des troupes de Zhang se trouvaient stationnées au sud de la Grande Muraille, dans la province duHebei, et de ce fait ne pouvait pas être déployées assez rapidement pour s'opposer aux Japonais, au nord de la muraille.

     

     

    Enfin, les troupes de Zhang étaient relativement mal entraînées et mal commandées par rapport à leurs ennemis japonais.

     

     

    Mais le plus important, peut-être, reste que des agents japonais avaient noyauté le commandement de Zhang, grâce à sa dépendance passée (et celle de son père Zhang Zuolin) à des conseillers militaires japonais pour équiper l'armée du Nord-Est à ses débuts, et ses chefs de guerre.

     

     

    Ainsi, les Japonais connaissaient l'armée du Nord-Est de fond en comble, et pouvaient conduire leurs opérations à leur guise.

     

    Par exemple, les Japonais détinrent les pilotes de Zhang dans la nuit de l'incident, rendant ainsi son aviation inutile.

     

     

    Surtout, le gouvernement chinois ne résista pas parce qu'il était préoccupé par des problèmes internes, notamment le nouveau gouvernement indépendant de Guangzhou, dirigé par Hu Hanmin, les insurrections communistes, et la terrible inondation du Yang-tsé, qui fit plusieurs dizaines de milliers de réfugiés.

     

     

    Ensuite, Zhang Xueliang se trouvait dans un hôpital de Pékin, soi-disant à cause d'un problème de dépendance à la drogue. Dans ces circonstances, l'ambassade de Chine protesta fermement auprès du gouvernement japonais, appela à l'arrêt immédiat des opérations japonaises en Mandchourie et en appela à la Société des Nations, le 19 septembre.

     

     

    Le 24 octobre, la Société des Nations passa une résolution demandant le retrait des troupes japonaises, et que celui-ci soit effectué pour le 16 novembre.

     

     

    Le Japon rejeta la résolution et insista pour négocier directement avec le gouvernement chinois.

     

     

    Les négociations prirent place de façon intermittente sans véritable résultat. Le 20 novembre, une conférence du gouvernement chinois prit place où la faction de Guangzhou du Kuomintang insista pour que Tchang Kaï-chek démissionne étant donnée la débâcle en Mandchourie.

     

     

    Tchang démissionna le 15 décembre.

     

    Sun Ke, le fils de Sun Yat-sen, prit le poste de Président de la République de Chine et fit le vœu de défendre Jinzhou, une autre ville du Liaoning, qui fut rapidement perdue en janvier 1932. Wang Jingweiremplaça Sun Ke par la suite.

     


     
    Artillerie japonaise en action en Mandchourie (octobre-novembre 1931). Remarquez le haut niveau technologique des armes (canons à frein de recul, télémètre) et l'équipement de bonne qualité (vêtements adaptés au froid) des soldats
     
     

    Le 7 janvier 1932, les États-Unis, par la voix de leur Secrétaire général Henry Lewis Stimson, déclarèrent qu'ils ne reconnaîtraient aucun gouvernement établi sous la pression des Japonais en Mandchourie. Le 14 janvier, la commission de la Société des Nations, sous l'égide de Lord Lytton, arriva à Shanghai afin d'examiner la situation.

     

     

    En mars, l'État fantoche du Mandchoukouo vit le jour, avec à sa tête le dernier empereur de Chine, Puyi. Le 2 octobre, le rapport Lytton fut publié, rejetant la thèse japonaise que l'incident de Mukden était une simple opération défensive.

     

     

    Le rapport assurait aussi que le Mandchoukouo était un produit de l'agression japonaise en Chine, même si le Japon pouvait avoir de légitimes intérêts en Mandchourie étant données ses implantations économiques dans la région.

     

     

    La Société des Nations refusa donc de reconnaître le Mandchoukouo comme une nation indépendante.

     

    Cela causa le départ du Japon de la Société des Nations en mars 1933.

     

     

    Les Japonais poursuivirent et amplifièrent leur politique expansionniste en Chine, en déclenchant en 1937 la seconde guerre sino-japonaise.

     

     

    En 1945, l'invasion soviétique de la Mandchourie mit un terme au contrôle japonais sur la région ; la Mandchourie fut ensuite rétrocédée à la République de Chine. L'instabilité de la région, consécutive à la guerre, en fit l'un des principaux théâtres d'opération de la dernière phase de la guerre civile chinoise.

     

    wikipedia

     

     

     

     

     

     

     

     


  •  

    Colonisation de la CHINE par les EUROPEENS déjà au XVIè siècle...

     

     

    La Chine ne fut pas à proprement parler colonisée par les puissances occidentales, mais elle a été fortement dominée, militairement, économiquement et politiquement, et une grande partie de son territoire fut grignoté.

     

    On peut parler de semi-colonisation de la Chine.

     

    Epoque moderne : prémisses

    XVIème siècle : arrivée des Portuguais

     

     

    Dès le décollage de la puissance commerciale européenne à l'époque moderne, la Chine, comme le reste de l'Asie, voit l'Occident tenter de s'imposer avec arrogance.

    C'est d'abord le Portugal qui est au début du XVIème siècle la première puissance à atteinde une envergure mondiale. La flotte navale portuguaise contrôle la route qui longe les côtes africaines et indiennes, et de nombreux comptoirs commerciaux sont installés (Goa en Inde, Malacca en Malaisie, Nagasaki au Japon). Comme en Afrique, les portuguais capturent des chinois sur les côtes, souvent des enfants, et les utilisent comme esclaves, un traffic qui durera jusqu'au XVIIIème siècle.

     

     

    Parfois ils n'hésitent pas à construire des forts sur le sol chinois, sans même en avoir obtenu la concession.

     

    Ils tentèrent même d'exiger même que le Portugal ait la priorité dans le commerce sur les pays d'Asie.

     

     

    Afficher l'image d'origine

     

    Le Portugal n'était toutefois pas en mesure de faire plier l'Empire chinois à toutes ses volontés. Les autorités répliqueront à plusieurs reprises lorsque les étrangers se comportent en envahisseurs, en les emprisonnant, les tuant ou les repoussant à la mer. Des compromis furent établis, et les portuguais, après une première tentative infructueuse à Liambo, parvinrent à s'établir dans le Guangdong en 1555, en échange d'une taxe annuelle. Le nouveau comptoir, Macao, allait rapidement prospérer, essentiellement en favorisant les échanges entre le Japon et la Chine. Il allait aussi être un foyer des missionnaires catholiques vers le reste de la Chine.

    XVIIème - XVIIIème : un commerce freiné et déséquilibré

    D'autres puissances européennes arrivèrent plus tardivement, l'Espagne, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne... L'Empire chinois reste néanmoins plutôt fermé, commercialement et culturellement. Cet immense pays est auto-suffisant, et la grande bureaucratie étatique qui le contrôle a beaucoup à craindre dans les échanges avec l'extérieur. C'est pourquoi l'idéologie tradtionnaliste est invoquée par le pouvoir pour repousser les "inutiles marchandises occidentales". L'administration est l'interlocuteur unique des marchands étrangers, et leur interdit d'apprendre le chinois et de communiquer avec les habitants.

    En revanche, les classes dominantes européennes, gagnées par l'exotisme, réclament toujours plus de produits chinois (porcelaines, thé, soie...), ce qui créé un fort déséquilibre commercial. L'Etat chinois, qui ne veut pas d'échange libre marchandise contre marchandise, demande d'être payé en or ou argent.

     

     

    Cela peut convenir à l'absolutisme espagnol, qui possède les mines d'Amériques du Sud, mais cela pénalise les britanniques.

     

     

    D'où une ambassade de Lord MacCartney en 1793, ou encore de Lord Amherst en 1816, toutes deux vaines.

     

     

     

    Mais le fait même que les européens eux s'intéressent aux marchandises chinoises va entraîner des boulversements du pays.

     

    Par exemple, les britanniques achètent massivement du thé, et beaucoup en Chine vont reconvertir les terres pour se lancer dans ce marché lucratif, en particulier au détriment de cultures vivrières.

    XIXème siècle : domination accrue

    Mais c'est surtout au XIXème siècle avec la Révolution industrielle que les européens, bénéficiant d'un avantage technologique conséquent, vont user de leur puissance.

    La guerre de l'opium

    A partir du XVIIIème siècle, les anglais vont réussir à commercialiser massivement en Chine l'opium produit dans leurs colonies en Inde, notamment en corrompant les fonctionnaires locaux chargés du contrôle. La dépendance et les ravages dans la population augmentent en flèche, et la balance commerciale s'inverse rapidement, les anglais récupérant au passage les lingots d'argent qu'ils avaient cédés.

     

     

    ChineImpérialisme.png

    Après une série de prohibitions inefficaces, l'Etat chinois parvient en 1839 à mettre un coup d'arrêt au traffic. Presque aussitôt, suite à un lobbying de centaines de compagnies commerciales, le Royaume-Uni déclare la guerre à la Chine, au nom de la liberté de commerce... C'est la première guerre de l'opium.

     

    En 1842, la Chine cède et signe le traité de Nankin, premier d'une série de traités inégaux.

     

     

    Soldats impériaux entraînés à l'européenne dans les années 1867-1868.

     

     

    Peu après, la Chine fait mine de se révolter, et se voit infliger une autre défaire lors de la Seconde guerre de l'opium (1856-1860).

     

     

    Les occidentaux en profiteront pour "ouvrir" davantage le Nord du pays, où le commerce était beaucoup moins effectif qu'au Sud.

     

     

    De nouvelles indeminisations seront exigées (alors que ce sont les dégâts sont surtout en Chine, avec notamment l'incendie du Palais d'Eté par les Français et les Anglais), Tianjin (port de Beijing) sera "ouvert", et la "liberté de culte" pour les chrétiens sera réaffirmée. Ce sera aussi le début des coolies chinois exportés vers les colonies françaises ou anglaises.

    Les traités inégaux

    En plus de se faire rembouser les saisies d'opium qu'avaient réalisés les chinois, les anglais obtiennent Hong-Kong, l'ouverture de ports, la droit de co-décider des droits de douane de la Chine, le droit de juger les britanniques par un tribunal anglais en cas de litige en Chine...

     

     

    Mais un tel privilège et une victoire militaire si facile aiguise l'appétit des impérialismes rivaux. Les Etats-Unis décrochent en 1844 les mêmes droits avec les traité de Wangxia. Les Français font de même en 1846 avec le traité de Whanpoa, obtenant de plus le droit de construire des églises et des cimetières.

     

    Quelques jours après, ils obtiennent le droit d’évangéliser.

    Suite à l'endettement de l'Etat chinois, les impérialistes vont aussi exercer une domination par la dette publique sur le pays, en lui imposant des emprunts à taux élevés.

     

     

     

    Démembrement du territoire

    Chine-Impérialisme-1898.jpg

    Mais le développement du capitalisme engendre toujours plus de besoins pour les impérialistes de contrôler directement les matières premières et les débouchés. Dans l'arrogance militaire d'alors, cela va se traduire par des annexions du territoire chinois.

     

     

    Déjà à partir de 1843, une grande partie de Shanghai devint concession anglaise, concession états-unienne, ou concession française.

     

    Les Japonais vinrent se joindre à la fête après la guerre sino-japonaise de 1894-1895.

     

     

     

     

     

    Puis entre 1856 et 1860, avec la Seconde guerre de l'opium, le Royaume-Uni grignote Kow-Loon au Nord de Hong-Kong, et la Russie tsariste profite de la déroute chinoise pour déplacer sa frontière au delà du fleuve Amour.

     

     

     

     

    En 1885, le pays est contraint par la France de céder le Tonkin.

    Le Japon, nouvellement entré dans le cercle des impérialistes suite à sa Révolution Meiji, lui démembre la Corée en 1895, officiellement en la "rendant indépendante".

    Sentiment anti-occidental et discrédit du pouvoir

    S'ensuit un boom des importations (celles d'opium doublent en 25 ans), et des exportations (dominées par les sociétés européennes.

     

     

     

    L'argent se raréfie en Chine, et l'inflation est galopante, et les impôts explosent.

     

    Dans les campagnes, les paysans s'endettent de plus en plus vis à vis des propriétaires fonciers.

     

    Afficher l'image d'origine

     

    En ville, de nombreux artisans sont ruinés et poussés au chômage. C'est une véritable saignée du pays, et le pouvoir central est totalement décrédibilisé aux yeux des masses chinoises. Cela mena à de nombreux soulèvements, dont la révolte des Taiping en 1850, et la Révolte des Boxers en 1900.

     

     

    XXème siècle : nationalisme et communisme

    Montée du nationalisme  et du prolétariat

     

     

    ChineFranceGBRussie.jpeg

    L'afflux de capitaux étrangers eut aussi pour effet d'industrialiser la Chine. Mais ce développement n'était pas auto-centré, et une bonne partie de la bourgeoisie, moderniste et anti-impérialiste, avait d'autres projets politiques.

     

     

    Reprenant en cela l'idéal des révolutions occidentales,

    elle s'opposait au régime féodal et à l'Empire déclinant, qu'elle jugeait incapable de défendre les intérêts du pays.

     

     

    La Révolution de 1911 fut la première tentative de cette "bourgeoisie" organisée autour du Kuomintang de Sun Yat-sen.

     

     

    La République fut proclamée dans le Sud, mais ne réussit pas à s'étendre à tout le pays.

     

     

    Le Nord, économiquement et socialement plus arriéré, resta entre les mains de nobles, que l'on nommait seigneurs de la guerre.

     

    Cette absence d'Etat "bourgeois" central laissait les mains libres aux occidentaux, qui pouvaient jouer sur les divisions internes et la corruption pour continuer à se partager le pays.

     

     

    L'armée impériale pendant la guerre franco-chinoise

     

     

    Parallèlement, le mouvement ouvrier s'organisait, et il fut d'emblée liée au jeune Parti communiste chinois (PCC).

     

     

    Dans une optique de Front unique anti-impérialiste, les communistes s'allièrent auxnationalistes bourgeois, contre les féodaux et les envahisseurs, notamment japonais. Mais la politique suicidaire du PCC, dictée par les staliniens, conduisit à la tragique défaite de ce qui aurait pu être une révolution socialiste en Chine.

     

     

    Développement étatique et ouverture maîtrisée

    Par la suite, le PCC changea profondément de nature. Il cessa d'être un parti prolétarien, et abandonna de fait la révolution socialiste.

     

    En revanche, il surpassa son traître allié du Kuomintang, en réalisant une révolution nationaliste radicale en 1949.

     

    A la fin du XXème siècle, la Chine s'insère à nouveau dans le marché mondial. Si dans une large mesure cela entraîne immédiatement des formes typiques de l'impérialismecontemporain (multinationales exploitant la main d'oeuvrecorvéable à merci), la bureaucratie étatique parvient remarquablement à défendre ses intérêts, notamment en imposant des transferts technologiques, et grâce à ses très forts investissements publics passés et présents.

     

     

     

    De nombreux débats subsistent parmi les communistes révolutionnaires à propos du degré d'autonomie qu'a atteint la Chine face aux principales puissances mondiales. La Chine est devenue le second PIB mondial, et son importance économique est reconnue par tous. Elle est même une puissance impérialiste de second ordre, notamment en Afrique.

     

    Cependant, son PIB par habitant est encore loin derrière celui des pays de la Triade (Europe, Etats-Unis, Japon), et son économie encore très dépendante de l'extérieur (des exportations, ou des capitaux étrangers, comme l'a encore montré la baisse des bourses en 2011 suite aus rapatriements de nombreux investisseurs).

     

     

     

     

    Notes et sources

    Lettres des prisonniers portuguais à Canton, 1534-1536

     

    sources / http://wikirouge.net/Semi-colonisation_de_la_Chine

     


  •  Afficher l'image d'origine

     

    La mission Lagrené

     

    En 1844, Louis-Philippe envoie en Chine un diplomate expérimenté, Lagrené, pour négocier un traité de commerce, sur le modèle de celui que les Anglais ont signé à Nankin en 1842 pour mettre fin à la première guerre de l'Opium.

     

    La mission conduite par Lagrené comprend des diplomates, parmi lesquelsCharles de Montigny, futur consul de France à Shanghai, un interprète, un médecin, plusieurs délégués du ministère du Commerce et des Finances et des Chambres de commerce et un inspecteur général des Douanes, Jules Itier qui est aussi photographe.

     

     

    C'est à bord du vapeur L'Archimède stationné sur la rivière de Canton (près de Huangpu) , que les plénipotentiaires français et chinois fixent les termes du premier accord franco-chinois politique et commercial.

     

    Afficher l'image d'origine

     

    Les Français sont autorisés à s'installer dans cinq ports, Canton, Shanghai, Amoy, Fuzhou et Ningbo, sous la protection de leurs consuls.

     

    Ils peuvent y commercer librement, sans intermédiaire.

     

     

    Ce n'est pas un hasard si la ville est choisie parmi les cinq ports dont les occidentaux ont revendiqué, à l'issue de la guerre de l'opium, l'ouverture.

     

     

     

    Elle bénéficie d'un site très privilégié : située sur la rive gauche du Huangpu, affluent du Yangzi, elle reste proche du grand fleuve qui permettrait la diffusion au plus profond du continent les produits manufacturés occidentaux ;

     

    de multiples cours d'eau et canaux lui ménagent également une liaison facile vers le nord, vers Suzhou, capitale de la soie, plus loin, vers Pékin, par le grand canal, et son approvisionnement est assuré par une plaine fertile.

     

     

    Au début du XIXe siècle, elle est devenue un centre de

    commerce du coton de 300.000 habitants, qui s'étend déjà au delà

    de ses murailles, vers l'est et le sud.

     

     

    Photo ancienne shanghai

    carte ancienne shanghai

    Charles de Montigny et les débuts de la concession

     

     

    Le 20 janvier 1848, Charles de Montigny, récemment nommé agent consulaire, débarque à Shanghai.

     

    Quelques dizaines de commerçants anglais l'y ont précédé.

     

    La concession britannique a vu le jour en 1845, avec la signature des Land Regulations qui réglementent l'acquisition des terrains et immeubles : moyennant dédommagement versé aux propriétaires chinois, les étrangers pourront conclure des baux perpétuels.

     

     

     

     

     

    La Chine conservera un droit de propriété éminent, reconnu par le versement d'une taxe annuelle.

     

     

    A son arrivée, Charles de Montigny ne trouve guère de commerces à soutenir mais des missions catholiques dont il doit assurer la protection.

     

    La communauté française compte à peine une trentaine de personnes, parmi lesquels des jésuites, installés à Shanghai dès 1842.

     

     

    Esprit libre et audacieux, Montigny va prendre des initiatives pour fixer les conditions pratiques de résidence des Français. !!

     


     
     

     

     

     

    C'est à la demande de Dominique Rémi, horloger et commerçant en vins venu de Canton pour développer ses activités à Shanghai, que le consul négocie avec le magistrat chinois, le daotai, une concession officielle de terrain.

     

     

    Le 6 avril 1849, il obtient du daotai Lin Kouei une proclamation qui  fixe l'emplacement du territoire de résidence des Français.

     

     

    La concession est située au nord de la ville chinoise.

     

    Elle est limitée, à l'est par le Huangpu, au nord, par la concession britannique dont elle est séparée par un canal, le Yangjingbang.

     

     

     

    Ses dimensions (66 hectares) sont nettement plus modestes que celles de sa consœur anglaise (199 hectares).

     

     

    Pour les Français, cette proclamation, affichée sur les murs de la ville, sanctionne la reconnaissance officielle de leur droit de résidence et garantit leur sécurité. Pour l'autorité locale chinoise, l'attribution d'une concession est certainement conçue comme un moindre mal, le moyen d'isoler les " barbares " pour mieux les contrôler et éviter des frictions avec la population, génératrices de troubles de l'ordre public.

     

     

     

    Concession Française à Shanghai 1851 - 1853

     

     

     

    Le statut et l'organisation générale des concessions se modifie sous la contrainte des évènements.

     

     

    Le soulèvement des Taipings (1851-1864) plonge le pays dans la guerre civile. Fuyant les violences et les pillages, plus de 20.000 réfugiés des campagnes environnantes s'installent dans les zones initialement réservées aux étrangers.

     

     

     

    Leur présence rend nécessaire l'organisation de services administratifs appropriés et l'extension des limites de la concession.

     

     

    En 1854, alors que la bureaucratie locale chinoise a cessé de fonctionner, les consuls britannique, américain et français élaborent en commun des règlements municipaux qui donnent aux communautés étrangères représentées par l'assemblée des propriétaires fonciers le droit de s'auto-administrer.

     

     

     

    Elu par cette assemblée, le Shanghai Municipal Council fixe le montant des taxes imposées aux résidents, y compris chinois, pour financer les travaux d'urbanisme et entretenir une force de police indispensable au maintien de l'ordre.

     

    En 1861, le gouvernement français refuse de ratifier les nouveaux règlements municipaux et fait échouer le projet de concession unique :

     

    la concession française disposera d'un conseil municipal indépendant, placé sous l'autorité directe du consul, et donc du Quai d'Orsay.

     

    " La concession internationale (issue de la fusion, en 1863, des concessions américaine et anglaise) et la concession française se distinguent par leur philosophie politique et leurs pratiques gestionnaires, que la première emprunte au libéralisme britannique et la seconde à la tradition jacobine "

    (M.C. Bergère).

     

    Le gouvernement impérial perd donc de facto la possibilité de prélever des impôts sur les résidents chinois.

     

    Par ailleurs, l'institution en 1864 d'une cour mixte, où siège un représentant consulaire à côté d'un juge impérial, enlève au pouvoir impérial une part de ses pouvoirs juridictionnels.

     

    In fine, les concessions, où les Chinois sont désormais plus nombreux que les Occidentaux, sont devenues de véritables enclaves, qui échappent à un pouvoir impérial affaibli.

     

     

     

    Les relations entre le consul et le conseil municipal ne vont pas sans heurts.

     

    Le conseil s'élève contre la nomination des conseillers par le consul et réclame la haute main sur la police.

     

     

    Cette rivalité conduit à une crise ouverte et à la promulgation en 1866 d'un règlement qui, approuvé par le ministère des Affaires étrangères et périodiquement révisé,

    sert de charte à la concession française.

     

     

    Le conseil municipal est élu au suffrage censitaire, parmi les résidents français et occidentaux de la concession.

     

    Il est responsable devant le seul consul qui, en cas de conflit,

    a le droit de le dissoudre.

     

     

    SOURCES lien - 

    http://chine.in/guide/consulat-municipalite-francaise_1621.html

     

     

    Les notables chinois et la concession française

    L'absence de représentation chinoise est inscrite dans le règlement d'organisation municipale de 1866 : les Français et étrangers, sont en vertu de la lettre des traités, les seuls à résider dans la concession et donc les seuls électeurs. Or, très vite, les notables chinois, séduits par la tranquillité du lieu, souhaitent y habiter et y acquérir des terrains. Ne pouvant en droit accéder à la propriété du fonds (il doivent alors recourir à des prête-noms occidentaux), ils n'en sont pas moins assujettis au paiement des taxes et impôts. Leur absence du conseil municipal peut d'autant moins se justifier et une revendication se fait jour : Pas de taxation sans représentation.

    En 1914, les autorités françaises, qui viennent d'obtenir une extension de la concession, admettent, en contrepartie, le principe de la nomination de deux conseillers chinois. Mais ceux-ci ne siègent pas au conseil municipal et ne sont que très rarement appelés à donner leur avis. Après mai 1925, la question se pose avec plus d'acuité sous la pression des évènements politiques, et après l'annonce de l'octroi prochain d'une représentation chinoise au sein du conseil du settlement international.

     

    Le consul général Meyrier défend l'idée d'une association plus étroite des Chinois à la gestion des affaires municipales, avec l'arrière-pensée de les amener ainsi à désirer d'eux-même le maintien de l'administration française mais aussi de contrebalancer avec l'appui chinois l'influence grandissante au Conseil des autres occidentaux.

     

    Il laisse à son successeur, P.E. Naggiar, le soin de faire des deux conseillers en titre, Lu Baihong et Lu Songhou, des membres du Conseil municipal à part entière (avril 1926). Tout naturellement, c'est parmi les vieilles familles catholiques francophones, médiateurs traditionnels de la société chinoise et vecteurs de la culture française, que sont choisis les conseillers.

     

    Le premier d'entre eux, Lu Baihong, convoqué dès 1919, est présent au conseil jusqu'en 1937.

    Catholique fervent, très actif par ses oeuvres philanthropiques (il a contribué à la création, avec Nicolas Tsu (Zhu Zhiyao)de la branche shanghaienne d'une Union pour l'action catholique chinoise en 1912), c'est aussi un homme d'affaires prospère dans le transport maritime notamment. Parmi les autres conseillers, on trouve aussi un diplomate (Wu Zonglian, ancien ministre de Chine en Italie, entré au Conseil en 1927), un ancien membre de l'administration locale (Lu Songhou, ancien président de la municipalité de Nantao), un pédagogue (Zhu Yanzhi, co-directeur de l'Institut technique franco-chinois), un banquier (Wei Tingrong), directeur du Crédit franco-chinois et gendre du président de la chambre de commerce chinoise) .

    La question de l'ordre public - l'opium

     

     


  •  

    Afficher l'image d'origine

     

    Biographie de Jules Itier

    Par Éric Karsenty

     

    (à retrouver dans le catalogue de l’exposition, pages 78 à 80) Alphonse Eugène Jules Itier est né à Paris le 8 avril 1802 d’un père militaire, JeanJoseph-Paul Itier, et d’une mère issue d’une famille de douaniers, Zoé Dubois.

     

     

    Quatrième d’une fratrie de cinq enfants, Jules Itier commence ses études à Paris en 1809, les termine à Marseille en 1819, et entre dans l’administration des douanes sous la protection de son oncle Dubois-Aymé, polytechnicien membre de l’expédition d’Égypte de 1799 à 1801. Sa carrière dans les douanes l’entraîne successivement à Belley, Lorient, Marennes, La Rochelle, Oloron, Prades, puis retour à Belley en mai 1836.

     

     

     

     

    1844 La grande Pagode 

    Jules Itier, Porte de la Grande Pagode de la ville chinoise à Macao,

    daguerréotypie, novembre 1844

     

    C’est probablement à cette époque que s’éveille sa curiosité pour les sciences, il adhère alors à plusieurs sociétés savantes où ses travaux seront récompensés. Géologie, agronomie, sciences naturelles…

     

    sa curiosité semble sans limite. Un daguerréotypiste-voyageur

     

    Le 15 novembre 1842, ses connaissances et compétences douanières le mènent en mission au Sénégal, en Guyane et aux Antilles dans le but de contribuer à l’expansion commerciale et coloniale de la France.

     

    Le 7 janvier 1843, à Saint-Louis du Sénégal, il note dans son journal :

     

    “Je reçois mon daguerréotype.”

     

    Dès lors, en plus de sa culture héritée du Siècle des lumières, Jules Itier entame une œuvre de daguerréotypiste-voyageur qui mettra en images ses explorations.

     

    De 1843 à 1846, il s’embarque pour la Chine avec la mission de Théodore de Lagrené, ministre plénipotentiaire chargé de conclure un traité commercial (1)

    - à l’instar de l’Angleterre et des États-Unis.

     

     

     

     

    Jules Itier réalisera les premiers daguerréotypes de la Chine, en 1844, mais aussi sans doute parmi  les premiers du Vietnam, de Singapour, de Manille, du Sri Lanka et d’Égypte.

     

     

    Le regard d’un ethnologue

     

     

    À son retour, il publie son Journal d’un voyage en Chine (2) en trois volumes, où il consigne ses études et observations. Observateur scrupuleux, son récit est riche d’informations utiles à la mission commerciale qu’il accompagne.

     

    Mais sa culture et sa curiosité l’amènent à dépasser largement ses fonctions. En effet, en plus d’un talent de conteur évident, Jules Itier donne à voir la vie quotidienne de la Chine à la manière d’un ethnologue.

     

    En racontant les conditions de ses prises de vue, il donne accès aux coulisses de ce premier reportage où l’on découvre des portraits, des paysages, des architectures et des “scènes de rue”.

     

    Malgré les contraintes inhérentes à la technique du daguerréotype, Jules Itier conserve une grande liberté quant aux choix de ses points de vue.

     

    Bien que n’ayant fait partie d’aucune société photographique, il est considéré par certains comme l’un des inventeurs du reportage photographique (3).

     

    Il rapportera de ses différents voyages des produits inédits ou peu connus comme le caoutchouc, la gutta-percha ou le sorgho.

     

    Il déposera aussi de nombreuses porcelaines de Chine à la manufacture de Sèvres avec de précieuses informations sur leurs procédés de fabrication (4).

     

    Sa demeure familiale du Veyras dans les HautesAlpes, se transformera en cabinet de curiosités regroupant ses prélèvements géologiques ainsi que de nombreux objets exotiques.

     

    Engagé dans la vie politique Fait chevalier de la Légion d’honneur en 1843, puis officier en 1846, il se marie cette même année à Grenoble à Henriette de Brémond, dont il aura deux enfants :

     

     

     

    Nommé directeur des douanes en 1848, il s’installe à Montpellier et continue sa carrière jusqu’en 1857 où il rejoint Marseille.

     

    Engagé dans la vie politique, il est conseiller général de Serres de 1848 à 1858, président du conseil général des Hautes-Alpes en 1848, et de nouveau conseiller général, pour le canton de Rosans, de 1868 à 1871. Il prend sa retraite en 1866 et se retire à Montpellier.

     

    Ses pensées s’orientent alors vers la philosophie religieuse.

     

    Il se propose même de réfuter, avec les données de la science, le matérialisme qu’il considère comme le plus grave danger de l’avenir.

     

    Mais il n’en a pas le temps et s’éteint à Montpellier le 13 octobre 1877, à l’âge de 75 ans.

     

     

    Sources lien - 

    http://www.museedelaphoto.fr/wp-content/uploads/2013/09/dossier_pedagogique_ji.pdf

     


  •  

    Auguste François

     

     

    Les lettres de Monsieur le Consul ont toujours le teint frais et le verbe haut

     

    Voici un personnage hors du commun.

     

    Auguste François, né à Lunéville en 1857, est devenu consul un peu par hasard après avoir été résident de France au Tonkin.

     

    Son expérience la plus significative, il l’a vécue en Chine

    sous la dynastie Qing, dans les xian de Guangxi et du Yunnan. Il en rapportera un matériel volumineux, entre photographies et écrits, il tournera même quelques petits films qu’on considère comme étant les premiers témoignages filmés en Chine.

     


    Il existe une association (AAF) chez qui on peut trouver quelques renseignements mais la quasi-totalité de ses photos et de ses carnets sont aujourd’hui conservés au Musée Guimet ou au Musée du Quai Branly, donc inaccessibles au profane.

     

    Ce qui m’a tout de suite interpellé chez cet homme, c’est ces yeux clairs, perçants, ce regard, à la fois froid et espiègle, un tantinet frondeur, et une désinvolture raffinée, fusil à peine retenu dans un main, l’autre dans la poche.

     

    Et il sourit alors qu’il vient de sauver ses camarades du massacre. A cette apparence, on ne peut se dire que l’homme est un drôle, qu’il va nous entraîner sur les pentes scabreuses du calembour et du bon mot. Les lettres qu’il écrit à son ami Jean-Baptiste Beau en sont un bel exemple.

     

     

    Lettre d’Auguste François à Jean-Baptiste Beau, Wou-Tchéou-Fou, 2 janvier 1899

     

    Mon cher ami,

     


    En consultant mon calendrier ce matin, j’ai appris que nous étions au 9e jour de la 12e lune; j’ai vu ensuite que le jour était propice pour se raser la tête et coudre des habits, mais déplorable pour se couper les ongles des mains et des pieds, qu’on pouvait sans crainte construire sa maison et même y disposer la poutre maîtresse de sa toiture, mais qu’il ne fallait pas ce jour-là remonter sa pendule, ni consulter les esprits, ni manger du chien. Par contre, c’est un jour fameux pour prendre un bain et pour écrire à ses amis. Ainsi instruit de ce que je peux entreprendre dans cette 9ejournée de la 12e lune, je me suis dit : « Tu vas prendre un tube sérieux et puis tu écriras à cet animal de Beau, sans crainte de l’indisposer ou de l’ennuyer. »

     

    Si j’avais toujours consulté mon calendrier, j’aurais choisi les jours propices et j’aurais connu les moments opportuns pour dire que Gérard est une canaille, car bien évidemment c’est indiqué dans mon almanach.

     

    Or voyez comme cela se trouve, que ce 9e jour de la 12e lune coïncidait avec le 1erjanvier et en même temps, en suivant ma route sur ma carte, j’arrivais au dernier trait de carmin, c’est-à-dire le premier que je traçais l’an dernier en quittant Wou-Tchéou-Fou ; et en effet, le sifflement des vapeurs me confirmait que j’étais rendu dans ce port ouvert où je voudrais voir élever une statue à Gérard. La matière pour la couler ne manque pas ici et il aurait là une statue odorante et bien appropriée.


    Donc, mon cher ami, puisque nous renouvelons l’année, 

    « Kong-Chi, Kong-Chi ». C’est du chinois.

     

    N’allez pas vous méprendre sur le sens de ces deux vocables.

     

    Ce n’est pas une injonction que je vous adresse, mais des compliments et des souhaits que je  forme pour votre santé.

    Il en est donc qui s’appliquent au bon fonctionnement de vos intestins mais enfin, vous me connaissez trop pour penser que je les formulerai d’une manière aussi crue.

     

     

    in Aventuriers du monde,
    éditions L’iconoclaste, 2013

     

     

    sources /

    http://theswedishparrot.com/les-lettres-de-monsieur-le-consul-ont-toujours-le-teint-frais-et-le-verbe-haut-1/

     

     

     

     


  •  

     

     

     

    Auguste François


    On doit à Auguste François (1857-1935) qui fut diplomate, explorateur et passionné de photographie, des images exceptionnelles : scènes de rue, de travail, portraits, paysages, qui figurent parmi les premiers témoignages photographiques en provenance du Paraguay,

    d’Extrême-Orient et surtout de Chine.

     

    Afficher l'image d'origine 

    Après des études de droit, Auguste François (1857-1935) débute une carrière diplomatique qui le mène au Ministère de l’Intérieur puis au Ministère des Affaires étrangères. En 1886, il se porte volontaire pour accompagner le physiologiste et homme politique Paul Bert au Tonkin.

    *

    Dès lors, les allers retours en Chine (entre autres pays) se succèdent. Devenu consul général de France, il est également nommé Délégué à la Commission du chemin de fer du Yunnan afin d’être en charge de l’organisation des négociations avec les autorités chinoises en vue de créer la ligne Laokay-Yunnanfu, reliant le sud de la Chine au nord de l’Indochine.

    Entre 1896 et 1904, il parcourt le sud de la Chine (Yunnan, Guangxi, Sichuan) et le Tibet Oriental, en passant par une descente

    complète du fleuve Yangtze.

     

     Afficher l'image d'origine

    Il laisse à son actif plus d’une centaine de photographies captant des moments de vie tant des chinois que des expatriés, des paysages grandioses, interrogeant les coutumes et la graduelle modernisation d’une Chine encore principalement traditionnelle.

    LES LETTRES DE MONSIEUR LE CONSUL ONT TOUJOURS LE TEINT FRAIS ET LE VERBE HAUT

    Je ne m’en lasse pas.

     

    Monsieur le Consul Auguste François a toujours un bon mot à l’attention de ses amis.

    Le 13 avril 1900, il est question de cigare, un cigare qu’on traite d’une drôle de manière, un cigare qui lui sert d’embarcation.

     

    Lettre d’Auguste François à Jean-Baptiste Beau,

    Wou-Tchéou-Fou, 2 janvier 1899 

     

     

    Afficher l'image d'origine

     

    Voici un personnage hors du commun.

     

    Auguste François, né à Lunéville en 1857, est devenu consul un peu par hasard après avoir été résident de France au Tonkin.

     

    Son expérience la plus significative, il l’a vécue en Chine sous la dynastie Qing, dans les xian de Guangxi et du Yunnan.

     

     

    Portrait of old men smoking pipes, the length of the pipe showed the smoker's age and seniority

    La majorité de ses archives photographiques sont aujourd’hui conservées au Musée Guimet (Paris).

    Un train pour le Yunnan ou les tribulations de deux Français en Chine
    Afficher l'image d'origine
    Auguste François réside à Yunnanfu de 1899 à 1904.
    Rebaptisée Kunming en 1913, la ville fut fondée sous les Hans (206 av. J.-C.-220 ap. J.-C.). Les murs d'enceinte furent construits sous la dynastie Ming (1368-1644). La ville comptait 50.000 habitants intramuros à l'époque d'Auguste François. Sa population actuelle dépasse six millions et demi d'habitants.
    © Auguste François

    *

     

    La Chine connait, en cette fin de siècle, une époque troublée.

    Portrait of a father wearing an official Qing Dynasty robe and holding his daughter

    Portrait of a father wearing an official Qing Dynasty robe and holding his daughter

     

     

    Golden Temple Park in 1901.

    The temple itself is actually made with incredible amounts of bronze—over 200 metric tons (221 short tons). It's an active Taoist temple, and is a destination for both worshipers and tourists. 

    View of Zhong Ai Square (忠爱坊), whose name comes from a literary work by Yunnan's famous calligrapher Sun Qingyan (孙清彦).

    Afficher l'image d'origine

    Auguste François (1857-1935), ministre plénipotentiaire, photographe passionné, a réalisé des milliers de clichés en Chine.

    Afficher l'image d'origine

    On doit à Auguste François (1857-1935) qui fut diplomate, explorateur et passionné de photographie, des images exceptionnelles :

    scènes de rue, de travail, portraits, paysages, qui figurent parmi les premiers témoignages photographiques en provenance du Paraguay, d’Extrême-Orient et surtout de Chine.

    Le personnage d’Auguste François à lui tout seul mérite d’être présenté : consul intransigeant, cartographe improvisé, homme d'action, épistolier de talent, c’est une figure et un destin empreints de romanesque que l’exposition nous donne envie de mieux connaître.

    Si on a pu voir en lui une sorte de misanthrope, ses photographies relèvent quant à elles d'un regard curieux et attentif à toutes les manifestations de l'activité humaine.

    172 tunnels ont été percés et 3422 ponts construits.
    Au final, 3.628 ouvrages ont été réalisés : viaducs, remblais, aqueducs, murs de soutènement…
    © DR

    Elle  a subi les deux Guerres de l'Opium

    (1839-1842 et 1858-1860) qui se sont conclues par les Traités Inégaux imposant l'ouverture de onze ports au commerce et une présence étrangère importante.

     

    Taken in 1900, photo shows the arhat in Qiongzhu Temple. The temple's most outstanding artistic (and perhaps spiritual) feature is the distinguished, finely crafted statues of the 500 Luohans (Buddhist Arhats, or 'enlightened ones') sculpted by the brilliant artist, Li Guangxiu. 

     

     Les deux ouvertures de part et d'autre du pont sur arbalétriers

    au kilomètre 111
    Ce pont métallique en arc à trois articulations est une première dans le monde entier. Il enjambe une gorge de 102 mètres au-dessus d'un affluent de la Nanxi.

     

    Jinma Memorial Archway which has been a landmark in Kunming

     

    Obligé de rentrer en France en mai 1908, Georges-Auguste Marbotte ne vit pas la fin de ce chef d’œuvre.
    © Georges-Auguste Marbotte

     

     

     

    Auguste François, né à Lunéville en 1857, est devenu consul un peu par hasard après avoir été résident de France au Tonkin.

     

    Son expérience la plus significative, il l’a vécue en Chine

    sous la dynastie Qing, dans les xian de Guangxi et du Yunnan.

    Il en rapportera un matériel volumineux, entre photographies et écrits, il tournera même quelques petits films qu’on considère comme étant les premiers témoignages filmés en Chine.

     


    Il existe une association (AAF) chez qui on peut trouver quelques renseignements mais la quasi-totalité de ses photos et de ses carnets sont aujourd’hui conservés au Musée Guimet ou au Musée du Quai Branly, donc inaccessibles au profane.

     

    Ce qui m’a tout de suite interpellé chez cet homme, c’est ces yeux clairs, perçants, ce regard, à la fois froid et espiègle, un tantinet frondeur, et une désinvolture raffinée, fusil à peine retenu dans un main, l’autre dans la poche.

     

    Et il sourit alors qu’il vient de sauver ses camarades du massacre.

    A cette apparence, on ne peut se dire que l’homme est un drôle, qu’il va nous entraîner sur les pentes scabreuses du calembour et du bon mot.

    Les lettres qu’il écrit à son ami Jean-Baptiste Beau en sont un bel exemple.

     

     

    Lettre d’Auguste François à Jean-Baptiste Beau, Wou-Tchéou-Fou, 2 janvier 1899

     

    Mon cher ami,

     


    En consultant mon calendrier ce matin, j’ai appris que nous étions au 9e jour de la 12e lune; j’ai vu ensuite que le jour était propice pour se raser la tête et coudre des habits, mais déplorable pour se couper les ongles des mains et des pieds, qu’on pouvait sans crainte construire sa maison et même y disposer la poutre maîtresse de sa toiture, mais qu’il ne fallait pas ce jour-là remonter sa pendule, ni consulter les esprits, ni manger du chien. Par contre, c’est un jour fameux pour prendre un bain et pour écrire à ses amis. Ainsi instruit de ce que je peux entreprendre dans cette 9ejournée de la 12e lune, je me suis dit : « Tu vas prendre un tube sérieux et puis tu écriras à cet animal de Beau, sans crainte de l’indisposer ou de l’ennuyer. »

     

    Si j’avais toujours consulté mon calendrier, j’aurais choisi les jours propices et j’aurais connu les moments opportuns pour dire que Gérard est une canaille, car bien évidemment c’est indiqué dans mon almanach.

     

    Or voyez comme cela se trouve, que ce 9e jour de la 12e lune coïncidait avec le 1erjanvier et en même temps, en suivant ma route sur ma carte, j’arrivais au dernier trait de carmin, c’est-à-dire le premier que je traçais l’an dernier en quittant Wou-Tchéou-Fou ; et en effet, le sifflement des vapeurs me confirmait que j’étais rendu dans ce port ouvert où je voudrais voir élever une statue à Gérard. La matière pour la couler ne manque pas ici et il aurait là une statue odorante et bien appropriée.


    Donc, mon cher ami, puisque nous renouvelons l’année, 

    « Kong-Chi, Kong-Chi ». C’est du chinois.

     

    N’allez pas vous méprendre sur le sens de ces deux vocables.

     

    Ce n’est pas une injonction que je vous adresse, mais des compliments et des souhaits que je  forme pour votre santé.

    Il en est donc qui s’appliquent au bon fonctionnement de vos intestins mais enfin, vous me connaissez trop pour penser que je les formulerai d’une manière aussi crue.

     

     

    in Aventuriers du monde,
    éditions L’iconoclaste, 2013

     

     

    sources /

    http://theswedishparrot.com/les-lettres-de-monsieur-le-consul-ont-toujours-le-teint-frais-et-le-verbe-haut-1/

     

     

     

     

    Canton : Riche négociant et ses commis faisant ses comptes avec un abaque, 1887, albumen print

    Cette situation a fait naître de violentes réactions contre les puissances étrangères (différentes révoltes populaires dont celle des Boxers en 1900), qu’Auguste François a eu à affronter durant son mandat.

     

    Extrême Orient Anam - anonyme - groupe d'enfants - ca 1890 (coll JCB)

    Extrême Orient Anam – anonyme – groupe d’enfants – ca 1890 (coll JCB)

     

    View of Jinma Gate. Note the telegraph pole standing in front of the archway, showing Kunming attempting to enter the modern age.

    Investi d’une mission diplomatique, Auguste François est aussi un observateur attentif du monde qui l’entoure.

     

     

    Dignitaries welcoming the newly appointed Qing Dynasty governor-general of Yunnan.

     

     

    Ces remarquables photographies reflètent son intérêt pour les populations qu’il côtoie, sa curiosité sans jugement pour les coutumes et modes de vie autochtones.

     

     

    Photos from the collection of Auguste François (1857-1935), who served as French consul in south China between 1896 and 1904, during which he spent several years in Kunming. The photos have been provided by Kunming resident and private collector Yin Xiaojun (殷晓俊). GoKunming thanks Yin Xiaojun for providing us a glimpse of Yunnan at the beginning of the 20th Century.

    Year: 1902

    A une époque où peu de voyageurs se hasardent à l’intérieur des terres, Auguste François, en véritable aventurier et ethnologue, photographie des cérémonies, des scènes de vie, des costumes et des événements dramatiques ….

     

     

     

     

     

    Ses clichés nous montrent une face ignorée de la Chine d'alors, découverte loin des sentiers battus, et sont le reflet de son émotion humaine et esthétique devant des paysages grandioses et des hommes, si différents de lui.

     

    «Auguste François brandissant deux léopardeaux», circa 1900 – 1904, gelatin silver glass plate negative


    Le personnage d’Auguste François à lui tout seul mérite d’être présenté : consul intransigeant, cartographe improvisé, homme d'action, épistolier de talent, c’est une figure et un destin empreints de romanesque que l’exposition nous donne envie de mieux connaître.

     

    Afficher l'image d'origine

     

    1 Un diplomate-reporter : la Chine au quotidien

    Auguste François a observé les scènes caractéristiques de la vie quotidienne chinoise : les rues, les travaux agricoles, les petits métiers.

    Afficher l'image d'origine

    Les photographies et a fortiori les films rapportés de ses missions dans l'Empire du milieu par le diplomaté lunévillois Auguste François sont d'une valeur inestimable.

    *

    Auguste François : diplomate-éthnologue

    D'abord envoyé au Tonkin en 1896-97 Auguste François va ensuite passer 8 ans en Chine où il va négocier la concession du chemin de fer du Yunan. 

     

    Portrait of a solemn mother, with what appear to be bound feet, holding her infant son.

     

     

    Celui que l'on va surnommer le Mandarin blanc est passionné par un art naissant : la photographie. Il va réaliser des milliers de clichés d'une Chine encore très loin de toute influence occidentale.

     

     

    Les remarquables photographies du consul Auguste François sont un témoignage rare sur les coutumes et modes de vie chinois à l’aube du XX° siècle, alors que la Chine connait une époque troublée.

     

    Diverses guerres l’ont privée de territoires et ont affaibli sa souveraineté nationale,  l’obligeant à s’ouvrir aux puissances coloniales étrangères et suscitant ainsi de violentes réactions xénophobes (différentes révoltes populaires dont celle des Boxers en 1900).

     Afficher l'image d'origine

    A une époque où peu de voyageurs se hasardent à l’intérieur des terres, Auguste François, en véritable aventurier et ethnologue, photographie sans se lasser cérémonies, scènes de vie, costumes, et événements….

     

    Ses photographies reflètent son intérêt pour les populations qu’il côtoie, sa curiosité sans jugement pour les coutumes et modes de vie autochtones.

     

    Elles manifestent une volonté de faire partager un réel amour d’une Chine proche et lointaine, source de réflexion.

     

     

    "Pont de bois" d'Auguste François

     

    Le plus souvent, en s'intéressant à des sujets en apparence d'une grande banalité, il révèle leur beauté étonnante !!

    Imaginez que seulement 6 ans après l'apparition du cinématographe, il va réaliser des petits films au Yunan qui sont des "exclusivités" extraordinaires puisqu'à l'époque, les Chinois n'avaient pas d'appareils photos et encore moins de caméras.

     

    Canton : Cheong Loong, Conserverie de gingembre, no date, albumen print

     

    2  Un diplomate-ethnologue :

    La Province du Yunnan, où Auguste François exerce l'essentiel de son activité diplomatique, compte une grande diversité de populations (25 « minorités »). Il y trouve donc naturellement beaucoup de sujets originaux de photographies d'individus, ou de groupes.

    Canton : Les remparts à l'ouest de la ville, 1887, albumen print

     

    Hong Kong : maison privée, sur Queen's road, 1887, albumen print

    3 Paysages                 

    Deux types de paysages sont particulièrement représentés dans les photos

    d’Auguste François : l'élément minéral, (au Yunnan, en particulier, bordés par le Tibet, avec des reliefs impressionnants) et l'élément aquatique.

     

    Canton : la pagode à cinq étages (Zhenzai tower) au nord des remparts, 1887, albumen print

     

    4  Voyages, explorations, excursions

    Auguste François a été amené à effectuer de nombreux voyages : d'abord pour rallier ses postes excentrés aux confins de l'Empire, puis pour remplir ses fonctions de Consul.

    Il a également mené des explorations pour compléter les informations cartographiques lacunaires dont disposaient les Français.

    Canton : la rivière et le port vu de la rive droite du quai Fati (Huadi), no date, albumen print

     

    Les photographies de cette section permettent de saisir les conditions de voyage à cette époque.

     

    Afficher l'image d'origine

    5  Diplomate : portrait d'un consul de terrain                                  

    Quand le Ministère des Affaires Etrangères nomme Auguste François Consul Général Honoraire Délégué au Chemin de Fer à Yunnanfu, sa tâche est d'organiser avec les autorités chinoises les négociations en vue de créer la ligne Laokay-Yunnanfu.

     

    Shanghaï : la Pagode Longhua (?), 1887, albumen print

    Occupant un poste excentré, aux contours politiques mal définis, ce consul de terrain doit faire preuve d'une capacité d'adaptation de tous les instants et a agi en éclaireur de la diplomatie franco-chinoise.

    Au tournant du siècle, la Chine subit des pertes territoriales conséquentes après la Guerre sino-japonaise.

    Période émaillée de multiples séditions xénophobes, dont la plus célèbre est la révolte dite « des Boxers » qui éclate en Mai 1900 et conduit au siège de Pékin (les « 55 jours de Pékin »)

    Passage du pont suspendu de Luding Qiao (Sichuan) sur le Dadu He, circa 1886-1904, gelatin silver glass plate negative

     

     

    Au Yunnan, des mouvements similaires se propagent également et Auguste François doit faire face à plusieurs sièges.  

    Porteur de bois, no date, gelatin silver glass plate negative

    Les autorités Chinoises sanctionnent durement les meneurs de la révolte : ils seront décapités et leurs têtes exposées à la vue de tous.

     

    Porteurs de thé au Sichuan, 1903, gelatin silver glass plate negative

    La France voulait affirmer sa présence économique et géopolitique en construisant une voie de chemin de fer reliant l'Indochine française (Vietnam actuel) à la Chine pour contrer l'influence britannique.

     

    Etape de la route du Tonkin à Kunming, circa 1886-1904, gelatin silver glass plate negative

    Ce grand projet posa des défis multiples : obstacles montagneux colossaux, difficulté d'acheminement des matériaux, conditions de travail extrêmes pour les ouvriers, choc culturel pour les traditions de la population locale.

    Chemin pierreux en descente, file de porteurs, vallée avec champs en terrasse à gauche, no date, gelatin silver glass plate negative

     

    Le chemin de fer du Yunnan reste symbolique des relations diplomatiques France-Chine tissées il y a plus d'un siècle. Il traverse des paysages exceptionnels.

     

     

     

     

     

     

    Une prise de conscience de ce que représente ce patrimoine a conduit à proposer le classement de la ligne de Chemin de Fer Yunnan-Vietnam au patrimoine mondial de l'UNESCO lors du forum de Kunming de Mars 2013.

     

     

     

    tes1


    Si on a pu voir en lui une sorte de misanthrope, ses photographies relèvent quant à elles d'un regard curieux et attentif à toutes les manifestations de l'activité humaine.

     

     

     

     


  •  
     
     
    L'INDOCHINE FRANCAISE (1858-1954)
      
    Un peu d’histoire: la conquête (1858-1897)

     

        Rappelons que dès le XVIe siècle des missionnaires, en particulier des jésuites se sont installés dans le pays. L’un d’eux est resté célèbre jusqu’à ce jour. Il s’agit de Monseigneur de Rhodes qui traduisit les pictogrammes vietnamiens en latin et permit ainsi l’utilisation de notre alphabet. Une rue d’Hanoï porte toujours son nom.

     

        La situation au milieu du XIXe siècle était très confuse dans la région. Le Cambodge - ou l’Empire khmer avait disparu au XVe siècle - et le Laos sont en voie de disparition au profit du royaume de Siam et de l’empire d’Annam. Ce dernier était vassal de la Chine et devait payer un tribut qui fut ponctuellement payé jusqu’à l’arrivée des Français.

     

        À la même époque l’Europe, en particulier l’Angleterre et dans une moindre mesure la France est en pleine industrialisation. Elle connaît une forte croissance démographique et un dynamisme économique élevé. Elle recherche des débouchés pour ses produits et des matières premières. L’Empereur Napoléon III soutient l’expansion économique vers la Chine et le Sud est asiatique il veut en outre protéger les chrétiens.

    L'Empereur Napoléon III (1808-1873)

     

        L’Angleterre a déjà constitué un empire colonial colossal. Contre  la Chine, elle entraîna la France dans « la seconde Guerre des Boxers » (1858-1860). L’Amiral Rigault de Genouillyreçut l’ordre de faire une démonstration vigoureuse en Annam. Il débarqua à Tourane en 1858 et se sa propre autorité à Saigon pour assurer la protection des missionnaires. La France obligea l’empereur vietnamien Tu Duc à dénoncer le protectorat chinois et entra au Tonkin. Ainsi alors que Napoléon III n’avait conçu qu’une simple aventure commerciale les événements lui donnaient une vaste colonie.

     

        En 1883, l’Amiral Courbet entreprend la conquête de l’Annam et du Tonkin. La conquête est difficile aussi bien au Sud qu’au Nord. En 1885, après l’épisode dramatique de Langson qui entraîna la chute de Jules Ferry la Chine signait le traité  reconnaissant la tutelle française sur les régions Annam et, Tonkin. La France assurait un protectorat sur le Cambodge, le royaume d’Annam et le Tonkin et administrait directement  la Cochinchine.

     

    Jules Ferry (1832-1893)

     

        Il faut attendre l’arrivée du Gouverneur général Paul Bert en 1897 pour voir mis en place un vrai plan de développement du pays et sa modernisation. Des banques, des hôpitaux, des écoles, des routes des ponts des voies ferrées sont réalisés. Sous l’impulsion de la France le territoire indochinois se transformait significativement, mettant en œuvre un véritable progrès de l’agriculture. Par la construction de réseaux hydrauliques et de digues, ou par le biais de grandes plantations d’hévéas (arbre à caoutchouc), de thé ou de café. Le sous-sol fut systématiquement exploité (houille, étain, antimoine), les industries textiles et alimentaires développées (1).

     

        Malheureusement, le poids de la fiscalité, la corruption omniprésente, la lenteur de l’alphabétisation  favorisaient les soubresauts nationalistes (2). D’autant que l’Indochine n’était pas une colonie de peuplement. La société coloniale se composait essentiellement, de fonctionnaires civils et militaires et de planteurs d’hévéas, d’entrepreneurs au nombre de 40 000 approximativement.


    La période intermédiaire (1900-1939)

        Avec la France s’éloignent les disettes, l’insécurité, les épidémies (variole et choléra), et l’âpreté de la féodalité mandarinale. Mais dans le même temps apparaît une nouvelle société  : une bourgeoisie enrichie par le commerce et l’industrie, une classe moyenne formée de fonctionnaires et d’employés liés aux structures coloniales et  un prolétariat vivant du travail dans les mines ou  dans les plantations d’hévéas qui s’ajoute à la masse paysanne fidèle aux traditions. Malgré ces disparités sociales, grâce au progrès sanitaire, a la paix, à un niveau de vie en augmentation, la population passe de 18 à 23 millions d’habitants entre 1921 et 1936.

     

        Mais l’entre-deux-guerres vit le développement des idées nationalistes et surtout anticolonialistes avec l’appui du parti communiste et de la SFIO. La crise économique de 1929 aggrava la situation et dévalua la piastre. En 1930, le Parti Communiste Indochinois (PCI) organise la conquête et le contrôle des populations du Tonkin, de l’Annam et de la Cochinchine. Des émeutes éclatent. Elles sont réprimées, mais ils provoquèrent en France l’indignation des partis de gauche. Le gouvernement français chercha à s’appuyer sur l’élite annamite modérée. La conquête s’était faite contre les mandarins. La colonisation avait provoqué une mutation de la classe dirigeante et les nouveaux mandarins réclamaient leur place dans le système colonial. Pour n’avoir pas su les intégrer, la politique française rejetait une partie d’entre eux dans l’opposition et la révolte (3).


    La perte de l’Indochine

        En 1931 le Japon attaque la Chine sans déclaration de guerre. La Chine nationaliste reçoit de l’aide des Etats–Unis par le Tonkin. En 1939, le Japon envahit les îles Paracels et Spratley pour intimider la France. Mais en Europe la guerre se profilait et la politique de défense de la France était tournée vers le théâtre  européen. Par ailleurs les forces militaires françaises sur place étaient très faibles (40 000 hommes) et très mal équipées. Or en novembre 1939 des divisions japonaises étaient au contact direct des forces françaises à la frontière chinoise.

     

        La défaite française de 1940 bouleversa l’équilibre des forces au profit du Japon qui adressa un ultimatum au gouverneur de l’Indochine, le Général Catroux, qui, en l’absence de directives gouvernementales et de l’appui des alliés, accepta de discuter des modalités du contrôle de la frontière avec la Chine. Il fut désavoué par Vichy qui le remplaça par l’Amiral Decoux. Celui ci refusa de suivre de Gaulle, mais prit une attitude ferme vis-à-vis des Japonais. Toutefois il ne put s’opposer à l’entrée et à l’entretien de 6000 hommes au Tonkin et de graves incidents eurent lieu en octobre novembre 1940 à la frontière chinoise. Simultanément des émeutes fomentées par le PCI eurent lieu en Cochinchine. Le Siam estima que le moment était venu de récupérer des territoires au Cambodge. Les forces françaises réagirent. Pour éviter la défaite du Siam le Japon proposa sa médiation.

     

        Le 29 juillet 1941 le gouvernement de Vichy fut contraint de signer un nouveau traité qui accordait au Japon  le droit d’utiliser nos bases navales et de débarquer 50 000 hommes. Mais tout en ayant des rapports cordiaux avec l’administration française les Japonais encourageaient les mouvements nationalistes et les campagnes antifrançaises. De son côté, l’Amiral Decoux, fidèle au gouvernement de Vichy mis sur pied une politique basée sur la suppression des assemblées élues, sur le recours croissant au personnel indigène et l'application du programme de la « Révolution  nationale ». Il s’efforçait de temporiser en attendant des jours meilleurs.

     

        En septembre 1944, le Général Mordant devint le chef de la résistance française. Compte tenu du contexte son action fut essentiellement tournée vers le renseignement. La situation était particulièrement confuse. Le 9 mai 1945 les Japonais attaquèrent, sans préavis les garnisons françaises et commirent des atrocités sur les civils et les militaires. Ils poussèrent l’empereur Bao Dai à déclarer l’Indépendance. Mais en août 1945 la capitulation japonaise permit à Hô Chi Minh et aux communistes de prendre le contrôle du pays. Bao Dai démissionna.

     

    Hô Chi Minh (1890-1969)

     

        La conférence de Potsdam, à laquelle la France n’avait pas été conviée, avait divisé l’Indochine au niveau du 16e parallèle. Les Chinois au Nord pillaient le pays, les Anglais au sud soutenaient les Français. Les Américains regardaient sans intervenir La confusion était à son comble. Des incidents éclatèrent dans le sud. Jean Sainteny et le Général Leclerc entamèrent  des discussions avec Hô Chi Minh qui semblait ouvert à un accord. Mais les conférences de Dalat et surtout de Fontainebleau furent des échecs cuisants en raison de l’opposition du gouvernement à toute indépendance et unité du Vietnam. Et à l’action des extrémistes des deux bords. Le 19 décembre 1946, après une série d’incidents, le Vietminh lança une attaque sur le Tonkin. La guerre venait de commencer.



    La guerre (1946-1954)

        Elle durera huit années. Commencée comme une action de décolonisation, elle se poursuivra dans le cadre de la Guerre froide comme un épisode de l’affrontement des deux blocs. Elle coûtera à la France 47 000 morts ou disparus. La métropole qui sort exsangue de la guerre se désintéresse des opérations d’Indochine  à 14 000 kilomètres. De plus, seuls les soldats professionnels sont concernés. Le parti communiste et ses organisations associées lance des action contre « la sale guerre ». Et pourtant la France représentée par son gouvernement, s’efforce de faire face :


    -    En accroissant les forces militaires qui passent de 67 000 en 1946 à 180 000 en 1954, complétées par 57 000 supplétifs
    -    En essayant de trouver des solutions politiques, accords de la Baie d’Along en 1948 accordant l’indépendance au Vietnam de Bao Dai…
    -    Développement d’une armée vietnamienne

    Artilleurs français

        La guerre se poursuit. Elle oppose le Viet-Minh qui mène une guerre révolutionnaire : contrôle des populations, formation politique, discipline de fer, embuscades, guérilla permanente, entrave des voies de communication. Les forces françaises, essentiellement concentrées dans les villes, sont moins mobiles. En 1950, la Chine est devenue communiste et soutient le Viet-Minh, qui peut alors passer à la deuxième phase de la guerre révolutionnaire en engageant de grandes unités. De 1950 à 1952, le Général de Lattre de Tassigny résiste victorieusement aux tentatives viets contre le delta du Fleuve Rouge au Tonkin.

     

    Le Général Jean de Lattre de Tassigny (ci-dessus) et
     
    le Lieutenant Bernard de Lattre de Tassigny (ci-dessous).
     
    Père et fils devaient combattre ensemble en Indochine. Jean de Lattre verra, cependant, son fils mourir à la bataille de Ninh Binh le 30 mai 1951
     
     


        Malgré le soutien matériel des Américains, l’offensive se poursuit sur tous les fronts.
     
    Pour stopper l’offensive viet vers le Laos et casser son corps de bataille,
    le Général Navarre crée le camp retranché de Diên Biên Phû. 
     
    Le Général Giap relève le défi par une mobilisation de tous ses moyens en particulier logistiques et l’appui de la Chine.
     
    Il concentre 70 000 hommes et plus de 100 piéces d’artillerie.

    Parachutistes français dans la cuvette de Diên Biên Phû
     
       
     
    Le piége se referme sur les 15 000 Français qui, isolés, se battent avec courage et détermination.
     
    Les pertes des assaillants sont énormes, mais l’étranglement du camp retranché se poursuit.
     
    L’héroïsme des combattants atteint des sommets.
     
     
     
    Le Silence se fait sur le camp 113
    le 7 mai 1954.
     
     
    Sur les 10 300 hommes dont 4300 blessés faits
    prisonniers à Diên Biên Phû, seuls 3300 seront rendus.
     
    Les autres souvent laissés sans soins, épuisés, affamés, maltraités ont perdu la vie sur les routes qui conduisaient aux camps de détention.
     
     
     
     

     

    Blessés français durant la bataille de Diên Biên Phû

        En France, le choc est énorme,le nouveau gouvernement de Pierre Mendès France signe les accords de Genève qui mettent fin au conflit (temporairement !). La France quitte le pays, mais l’influence française demeure.

    (1) Cf. Histoire universelle.
    (2) Cf. FÉRIER (Gilles), Les trois guerres d'Indochine, PUL, 2004, 168 p.
    (3) Cf. GRAS (Yves), Histoire de la Guerre d'Indochine, Denoël, 1992, 609 p.

    Mémorial dédié aux combattants de la Guerre d'Indochine.
     
    Le monument se trouve à Fréjus

     
     
     
     
    SOURCES
     
    http://maisonducombattant.over-blog.com/pages/LIndochine_francaise_18581954-506601.html
     
     
     
     
     

  • Afficher l'image d'origine

    Tibet

    Depuis l’occupation du Tibet par l’armée chinoise en 1950, la population a vécu une répression féroce.


    Emprisonnés, exilés, affamés ou torturés, les tibétains ont subi un véritable génocide culturel.

    Le dalaï-lama, exilé en Inde depuis 1959, continue à parcourir le monde pour que le Tibet ne soit pas une nation opprimée oubliée de tous. 


    Communément appelé le « toit du monde, le Tibet est aujourd’hui une région qui a reçu le statut de région autonome.


    Mais sous cette appellation flatteuse, la population subit une sinisation (installation massive de Chinois à l’intérieur du Tibet ; rééducation des moines tibétains ; enseignement en langue chinoise) toujours plus pressante.




     

     

     

     

     

    Monastère de Drepung Lhassa Tibet

     

     


  • MA TENTATIVE D’EVASION ET SES CONSEQUENCES

     

    Nous quittâmes le camp vers 23 heures sans être inquiétés. Une demi-heure plus tard, nous voguions déjà bon train en direction de VinhThuy. La lune masquée par de lourds nuages noirs chargés de pluie diffusait une clarté complice. C’était le temps idéal. Le camp était déjà loin. Nous éprouvions, l’un et l’autre, une sensation de soulagement de l’avoir enfin quitté, bien que le 14 juillet de cette année terrible 1953 se fût déroulé sous de bons auspices.

    Je dois en effet avouer que pour commémorer ce jour anniversaire de la liberté, les responsables du Camp 113 avaient fait un effort, qui pour les non-initiés en matière d’ordinaire avait pu paraître louable. En fait, nous n’avions récupéré qu’une infime partie de l’excédent de boni réalisé sur les morts, dont les décès n’étaient déclarés officiellement, en haut lieu, qu’avec dix ou quinze jours de retard. Toutefois, la ration de riz avait été sensiblement augmentée. La part de viande de buffle doublée. Le saindoux, débloqué pour l’occasion et prélevé sur les cochons dont nos geôliers s’étaient goinfrés, m’avait permis de rôtir la viande et même d’arroser le riz avant distribution. Des courges avaient complété le menu.

    Quel événement ! Depuis trois semaines nous n’avions pas goûté aux légumes. Pour une fois depuis neuf mois, j’avais eu l’impression d’avoir mangé à ma faim. Mon estomac aussi paraissait satisfait.

     

    Afficher l'image d'origine

    La nuit était calme ; seul, le croassement des crapauds-buffles, de part et d’autre des rives, troublait le silence de la jungle. Mais l’atmosphère était lourde et orageuse.

     

    Sur notre petite rivière la navigation était un jeu d’enfant, un coup de pagaie de temps à autre suffisait pour maintenir notre radeau bien au milieu, et dans le sens du courant.

     

    Sans montre (8), nous n’avions qu’une très vague notion de l’heure. Bientôt parvint à nos oreilles un grondement sourd et continu, léger d’abord, mais qui alla s’amplifiant au fur et à mesure que nous avancions. A n’en pas douter, nous approchions très vite de la Rivière Claire, car c’était bien elle qui faisait tout ce vacarme. Gonflée par les pluies diluviennes et incessantes des derniers jours, elle était vraisemblablement à son plus haut niveau. A l’idée d’affronter avec notre frêle esquif cet immense torrent, j’éprouvai quelques craintes.

    L’apparition soudaine de la silhouette disloquée du pont de VinhThuy confirma nos prévisions : l’impétueuse Rivière Claire se trouvait immédiatement derrière. Combien de fois avais-je franchi ce pont branlant, dépourvu de garde-fou, dont le tablier métallique effondré sur plus de la moitié de sa longueur était remplacé par un tablier de bambou, lui-même suspendu par des lianes aux anciens câbles d’acier de soutènement demeurés intacts ? Dix fois, quinze fois peut-être ; je dois avouer qu’à chaque passage j’étais pris de vertige.

    Le village de Vinh-Thuy s’élevait à notre gauche. Par trois fois nous tentâmes de franchir la barre qui se formait entre la Rivière Claire et son petit affluent.

     

     

    Par trois fois nous fûmes refoulés, et notre radeau en souffrit énormément. C’est pourquoi, sagement, nous nous approchâmes de la rive droite pour faire halte dans une petite crique afin de souffler et réfléchir sur les dispositions à prendre.

    La découverte, dans ce petit havre, d’une flottille de cinq magnifiques et solides pirogues d’un seul tenant facilita nos réflexions sur la conduite à tenir. Leur présence près du village, en lieu et place des radeaux traditionnels, indiquait clairement que ce type d’embarcation était utilisé de préférence à tout autre par les indigènes de l’endroit en raison de sa solidité et de sa maniabilité. De là à faire l’échange, il n’y avait qu’un pas, vite franchi.

    Ce fut donc en pirogue que nous repartîmes, mais en longeant, cette fois, au plus près la rive droite. Cette initiative nous permit d’entrer sans trop de difficultés dans la Rivière Claire, qui aussitôt nous entraîna à une vitesse folle vers la liberté. Nous eûmes cependant toutes les peines du monde à atteindre son milieu, où le courant était encore plus rapide, puis à maintenir notre embarcation dans le sens du courant pour éviter qu’elle ne chavire.

    Vers les deux heures du matin, la pluie se mit à tomber dru, nous forçant très vite à écoper pour ne pas trop nous enfoncera Il y avait heureusement à bord le nécessaire, deux fonds de bambou creux. En fin de nuit, la visibilité devint presque nulle ; la pluie redoubla de violence, le vent se mit de la partie. Notre pirogue roulait et tanguait sans cesse. Bientôt, poussée par je ne sais quelle force, elle se mit en travers, et ce fut presque aussitôt la catastrophe. Notre embarcation heurta un rocher à fleur d’eau. Le temps de crier à Montagne "direction rive gauche" et nous étions précipités aines, qui nous entraînèrent vite et loin, toujours plus loin, dans les flots déchaînés, malgré nos efforts pour pousser vers la gauche. Très vite, je perdis de vue mon camarade. Happé moi-même par un remous, je disparus brusquement sous l’eau, entraîné par une force invisible. A partir de cet instant, tout se passa rapidement. Aveuglé, pris de panique, je bus la tasse, incapable de m’arracher à l’attraction de cette vague de fond. En même temps que je sentais mes forces m’abandonner m’apparurent les images des êtres chers dont j’étais l’unique soutien. Tout de suite l’instinct de conservation reprit le dessus, et dans un ultime sursaut de volonté et d’énergie je remontai à la surface. Il me fallut encore plus d’un quart d’heure d’efforts pour atteindre la rive. Pour comble de malchance, j’atterris dans un buisson d’épineux. A bout de force, je n’allai pas plus loin et m’accrochai désespérément à ces branches salvatrices, dont les épines pourtant s’enfonçaient dans ma chair. Après un dernier effort et quelques piqûres supplémentaires je parvins enfin à me hisser sur la berge, où je m’affalai dans l’herbe humide.

    Qu’était devenu mon compagnon ? Moins bon nageur, il avait dû être emporté beaucoup plus loin. C’était donc en aval que je devais le rechercher.

    Le jour commençait à poindre. Précautionneusement, je descendis le long de la berge, me dissimulant de mon mieux aux regards éventuels d’indiscrets et m’arrêtant de temps en temps pour écouter. Par intermittence, j’émettais un sifflement bref pour signaler ma présence. Au bout d’un quart d’heure de marche, je reçus, comme en écho, le même sifflement bref. Ce ne pouvait être que Montagne, il n’y avait que les français pour siffler de la sorte. Au détour de la piste, nous tombions dans les bras l’un de l’autre, heureux de nous retrouver sains et saufs après nos malheurs.

    Que d’émotions et de forces déjà gaspillées, depuis notre départ, pour rien ! De plus, dans le naufrage, nous avions tout perdu : boules de riz de réserve, coupe-coupe, comprimés, chapeau tonkinois, précieux accessoire pour dissimuler nos cheveux et visages. Malgré tous ces avatars, nous prîmes la sage précaution de nous reposer. Rompus de fatigue, nous nous endormîmes très vite.

    A notre réveil, le soleil avait amorcé sa courbe descendante. Nous avions dû dormir près de six heures. La remise sur pied fut pénible, nous étions courbaturés, mais nous avions également faim. Soulager c