• "Mémoires d'une dame de cour dans la cité Interdite "

     

     

    "Mémoires d'une dame de cour

     

    dans la Cité interdite"

     

    de Jin Yi

    Témoignage rare car aucun document complet dévoilant la vie des dames de cour n'avait été publié à ce jour en Chine!

     

     

     

    Entrée dans la Cité Interdite à 13 ans, mariée en "cadeau"

     

    à un eunuque à 18 ans, He Rong Er servit la dernière impératrice de Chine jusqu'à la fin de son règne.

     

    Après la chute du régime impérial, elle travailla jusqu'à

     

    la fin de sa vie comme femme de ménage.

     

     

     

    Grâce à son dernier employeur:

     

    un jeune étudiant en histoire,

     

    qui réussi avec tact à délier la langue d'une femme

     

    dont le silence avait été de rigueur pendant

     

    ses années de service auprès de l'Impératrice,

     

    et à retranscrire ces souvenirs avec minutie

     

    (elle ne savait ni lire, ni écrire),

     

    nous avons le privilège de découvrir
    la vie quotidienne du

     

    " Vieux Bouddha":

     

    la redoutable impératrice Cixi *
    * (cf plus d'infos en bas de page)

     

     

     

     

      La vie du personnel de cour était avant tout régit par

     

    le quotidien de l'impératrice douairière :

     

    du lever au coucher et même durant son sommeil,

     

    tout était orchestré avec maestria

     

    dans les moindres détails.

     

    Ainsi, indiscrets, nous nous immisçons dans son quotidien,

     

    son intimité et partageons les détails de cette vie

     

    interdite au public qui se cachaient derrière

     

    les hauts murs de cette cité mystérieuse et séculaire.

     

     

     

    Un monde d'honneur mais aussi de terribles peurs,

     

    un monde d'un extrême raffinement

     

     mais d'une extrême cruauté,

     

    un monde orchestré par les saisons, dicté par la religion,

     

    un monde codé, de manies, de superstitions,

     

    un monde influencé par le pouvoir, le sexe et la jalousie...

     

    Un monde d'exigences mais surtout de contraintes

     

    imposés au personnel de la cour et aux eunuques.

     

     

     

    Tout - ou presque - nous est divulgué : 

     

    instructif, étonnant, surprenant et troublant

     

    d'une Chine à jamais perdue.

     


     

     

    · Date de parution : 15/01/1999
    · Code ISBN : 978287730275
    · Edition : Picquier poche
     
     

     
    L'Impératrice Cixi
    ou
    l'ambition redoutable d'une femme.

    Tseu-Hi, ou Ts'eu-hi
    est née en 1835 à Pékin
    et décédée en 1908 à la Cité interdite.
    Elle était l’impératrice douairière de Chine
    sous la dynastie Qing (1644 - 1912).
    Elle exerça son pouvoir en Chine
    durant la période allant de 1861 à sa mort
     
    *
    Concubine :
    Elle est issue du clan mandchou, fille d'un porte-enseigne impérial, et ne s'appelle pas encore Cixi...
    A la mort de ses parents, son oncle l'envoie au palais impérial afin de faire partie d'une sélection de 60 jeunes filles choisies à devenir les concubines de l'empereur :
    elle sera 5ème concubine, le rang le plus bas.
    Elle a 15 ans et rentre dans la Cité Interdite.
     
    Grâce à un deal passé avec son eunuque rusé et calculateur
    qui fit l'éloge de sa beauté auprès de l'empereur
    Cixi devient la concubine de celui-ci et sa favorite :
    elle passera trois mois entiers auprès de lui,
    nuit après nuit...
    Le 27 avril 1856, elle donne la vie à un fils : Zaichun,
    qui devient l’héritier du trône.
    Sa vie prend alors une tournure décisive :
    après avoir donné un fils à l'Empire
    elle est, après l'impératrice,
    la femme la plus importante de l'Empire!
    Toutefois, son ascension à un prix :
    l'éducation du prince héritier est confiée à l'impératrice,
    sa rivale et aux eunuques de la Cour.
     
    Cependant Cixi, en tant que favorite de l'empereur,
    est sa conseillère dans les affaires de l'Empire,
    ce qui constitue à l'époque une attitude sacrilège
    en totale rupture de la répartition des rôles établis.
     
    Impératrice :
    À la mort de l’empereur en 1861,
    elle devient impératrice douairière,
    conjointement à Ci'an, alors impératrice .
    Son fils Zaichun, âgé de six ans,
    est intronisé empereur sous le nom de Tongzhi. 
    Acculée de rester dans l'ombre face à la force de caractère de sa rivale, l'impératrice en titre, Ci'an s'efface du jeu
    jusqu'à sa mort en 1881,
    Cixi détient alors seule les pleins pouvoirs !
    À sa majorité, Tongzhi prend officiellement le pouvoir,
    mais sa mère Cixi entend bien ne rien changer
    à l'ordre établi :
    même si c'est l'Empereur qui promulgue les décrets,
    la décision véritable revient
    en fait à la toute-puissante impératrice douairière.
     
    Cette pratique est appelée par ses contemporains
    « régner derrière le rideau » :
    Cixi a en effet installé dans la salle du trône une tenture
    suffisamment transparente pour qu'elle voie
    le dos de l'Empereur et les gens,mais
    suffisamment opaque pour que les autres ne la voient pas.
     
    Assise derrière le trône impérial,
    elle tire les ficelles de l'Empire,
    ce qui constitue une situation
    sans précédent dans l'histoire chinoise :
    le « fils du ciel » est réduit au rôle de figurant.



    L'Empereur, pantin de sa mère,
    sort de la Cité Interdite pour se distraire :
    voir des prostituées, fumer de l'opium
    (introduit via l’Inde par les Britanniques
    et interdite à la consommation par décret impérial).
    Ses excès et sa vie de débauche ne lui permettent pas de tenir longtemps :
    il meurt à dix-neuf ans à peine, en 1874.

     Cixi n'a pas le temps de sombrer dans le chagrin
    emportée dans sa course au pouvoir
    car sa belle-fille, l'épouse de Tongzhi est enceinte :
    si celle-ci donne naissance à un fils,
    ce dernier sera l'héritier du trône
    et l'impératrice, évincée du pouvoir :
    la jeune veuve deviendrait régente à la place de Cixi…
     
    Cette dernière convoque alors les hauts dignitaires de l'Empire le soir même du décès de son fils
     et envoie chercher Zaitian, le fils de sa sœur,
    pour le faire succéder au trône,
    réalisant ainsi un véritable coup d'État :
    Zaitian, âgé de trois ans,
    devient le nouvel empereur sous le nom de Guangxu.
    Le nouvel enfant empereur est soumis au même sort que son prédécesseur...
     
     
    Réformes et déclin:
    Résolue à préserver la tradition impériale chinoise,
    Cixi dirige la cité interdite d'une main de fer.
    Cependant, elle ne perçoit pas les signes avant-coureurs du déclin de la Chine impériale.
    À sa majorité, l’Empereur se charge personnellement des affaires du gouvernement :
    en 1898, il lance la Réforme des Cent Jours.
    Face aux velléités d'indépendance et de changement
    de son neveu, Cixi organise un nouveau coup d'État :
    elle fait décréter Guangxu « incapable de gouverner »
    et le fait enfermer dans son palais,
    assumant la régence de l'Empire !
     
     
    Pujun, le fils de son proche conseiller et neveu par alliance, est désigné comme héritier du trône.
    Afin de contrecarrer l'influence des puissances étrangères,
    elle soutient en 1900 la révolte des Boxers.
    Mais l'alliance des huit nations anéantit la révolte et
    Cixi est forcée de fuir à Xi'an.  
    Elle impute alors la responsabilité du déclenchement
    des attaques aux Boxers et pour apaiser les puissances étrangères, elle donne l'ordre aux troupes impériales
    de participer à la répression du mouvement :
    la Chine se voit infliger le protocole de paix Boxer.
     
    En 1902, Cixi peut retrourner à Pekin.
    L’empereur Guangxu meurt le 14 novembre 1908 :
    il aurait été empoisonné sur ordre de Cixi
    avec un yaourt contenant de l'arsenic…
     
    Le jour suivant le décès, Cixi désigne Puyi,
    fils du prince Chun, pour être le nouvel empereur.
    Jamais 2 sans 3?
    Le destin l'a enfin contrariée :
    le lendemain, Cixi décède à son tour,
    laissant son pays à un enfant de 2 ans et 10 mois...


     
    La Chine clôt ainsi ses dernières heures de faste impérial...
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    « Mémoires d’un Eunuque dans la Cité InterditeHISTOIRE du TIBET »

    Tags Tags : , , , ,