• La sculpture sur ivoire.

    La sculpture sur ivoire.

    La sculpture sur ivoire.

    En Chine, la sculpture sur ivoire est un art très apprécié mais qui pose beaucoup de problème. La sculpture de l’ivoire en Chine et plus particulièrement à Beijing et surnommé l’ « un des trois trésors ». Cet art vieux de 2000 ans a été classé dans le patrimoine culturel immatériel de niveau national. Cependant cet art apparait comme une menace pour les éléphants.
     

    De nos jours à Pékin, il n’y a qu’une seule usine autorisée à produire et à vendre des sculptures en ivoire. Cependant le métier de sculpteur semble être en voie de disparition. Deux raisons expliquent cela, un le manque d’ivoire et la deuxième est que le savoir faire disparait de plus en plus. Il faut savoir que la plupart des sculptures d’ivoire représentaient des personnages, des fleurs et des arbres ou encore l’architecture. Le dernier sculpteur de fleurs étant mort récemment son savoir a disparu avec lui. A Pékin, le plus jeune des sculpteurs sur ivoire a 57 ans.
    Si l’on arrive à assurer la relève, ce qui semble être possible, il faudra par la même occasion essayer de trouver d’autres matériaux que l’ivoire comme le bois, la pierre ou autre encore afin que l’art chinois soit préservé, ainsi que les éléphants. En effet, la Chine fut un des pays signataire d’une charte afin de protéger les animaux en danger sur terre et à même arrêté l’achat d’ivoire entre 1990 et 1991.
    La sculpture sur ivoire.

    Certes il y a un atelier officiel en activité en Chine mais on peut quand même trouver environ 300 sculpteurs d’ivoire dans le pays, la plupart travaillant chez eux. Le prix d’une sculpture en ivoire est relativement élevé. Certaine pièces pouvant être plus cher qu’une voiture neuve.

      

      

      

      

      

      

      

    « Définition du YIN et YANG Un moment à Pékin de Lin Yutang »