• L'éventail et la guerre

    L'éventail et la guerre

     

     
     
    L’éventail n’est pas uniquement qu’un accéssoire de mode et de bien-être.
      
    Ainsi, en Chine l'éventail est présent dans l'art du Kung fu comme l'arme suprême anihilant le corps et l'esprit.
      
      
    Il est également présent au Tai-Chi-Chuan et dans la danse traditionnelle chinoise.
      
     
     
    Pendant le Moyen-Age au Japon, le chef de guerre (le shôgun) portait un "gunsen" (littéralement: "éventail de guerre") :
      
    ce type d'éventail avait une monture forgée en acier et servait à la fois de signe de ralliement et de direction des troupes (brandi ouvert), et à la fois de garde et de protection (une fois fermé) lors d'un combat au sabre.
     
     
      
    LeTessen, de forme plus européenne, était plutôt reservé aux femmes.

    Le tessen en photo est entièrement en métal et est utilisé aujourd’hui dans les arts martiaux.
      
      
      

    Les premiers éventails sont chinois.

      

    Ils seraient ori­ginaires de la région de Yushan, et on en trouve une représentation sur une théière en bronze da­tant des Royaumes Combattants (481-221 avant J.C.)

    Ils étaient réalisés en plumes et rigides.

     

    Afficher l'image d'origine

    Par la suite les mon­tures commenceront à être en bambous.

      

    Ce sont les Japo­nais qui auraient mis au point l'éventail qui se plie. Généralement dans ces pays, il servait à préserver de la cha­leur.

     

    Par contre, lorsque l'on avait besoin de se défendre, on pouvait l'utiliser comme une arme.

     

    Tessen : l’éventail de fer

    tessen

     

    Sa première qualité est l'effet de surprise car c'était un objet usuel.

    On ne peut pas tuer avec mais il peut servir à repousser une attaque, détourner une arme, voir blesser un adversaire.

     

    Il était courant au Japon d’avoir un éventail pour lutter contre les grosses chaleurs qui règnent en été.

     

    L’imagination débordante des bushi a transformé cet ustensile en un outil guerrier.

     

    Il a d’abord et avant tout été utilisé pour transmettre des signaux pour diriger les troupes sur un champ de bataille.

    Ces éventails étaient en papier, bois ou fer. 

    Leurs noms sont Gunsen, Saihai, Uchiwa et Tessen (鉄扇).

     

    Seul ce dernier était aussi fait pour combattre selon l’art du tessen-jutsu
    En savoir plus su

    Descriptif


    L'éventail est monté sur des lames de bambou ;

     

    par contre, pour le tessen-jutsu japonais ,

     

    Tessen

    celles-ci sont remplacées par des la­melles de fer ou d'acier.

    Ces lames permettent d'apporter du poids et de la résistance lorsque l'éventail est replié.

    De plus, lorsqu'elles sont pointues, on peut s'en servir déplié comme d'une griffe.

    Une technique usuelle consiste à atta­quer les yeux avec les pointes. Généralement, les panneaux sont en soie pour apporter résistance et légèreté.

     

    J'ai pu voir aussi des modèles qui comportaient un fermoir qui permet­tait de libérer par inertie des pointes tranchantes de 2 cen­timètres au bout de lames creuses.

    Effet de surprise et efficacités garantis !

    Nous verrons aussi qu'au Japon des tessens ont été réalisés monobloc pour le tessen jutsu.


    Le shan

    Mulan QuanEn Chine comme au Japon, la population n'ayant pas le droit d'être armée, on utilisait ce que l'on pouvait porter lé­galement.

    Un shan (éventail)Shan pouvait devenir redoutable lorsqu'il était manié avec dextérité.

    Il est généralement en soie avec monture en acier.

    On utilise ces claquements ré­pétitifs pour surprendre ou déstabiliser l'adversaire.

    On ne montre jamais l'envers du shan, car ses lames et leurs pointes sont cachées par le tissu ce qui provoque un effet de surprise à l'usage.


    Position fermée :

    en bloquant les attaques et riposter dans la même position.

    Zone cible : le poignet, la main, la tempe, la nuque, la gorgeAttaque Gorge

      

    Position ouverte :

    en le déployant afin de masquer l'adversaire puis de le lui porter une attaque.

     

    Zone cible: la gorge, le visage, les yeux, les parties...

      
    Sources :
      
    http://eventails.blogspot.com/
      
    http://www.style-li.org/index.php/fr/articles/fan  
      
      
      
      
     
    « Les pieds bandés ou pieds de Lys des fillettes de Chine Les GAOSHANS »

    Tags Tags : , , , ,